Bedford Square

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bedford Square
Image illustrative de l’article Bedford Square
Bedford Square, côté nord (2018).
Situation
Coordonnées 51° 31′ 08″ nord, 0° 07′ 48″ ouest
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Londres
Quartier(s) Camden
Morphologie
Type Place
Longueur 162 m
Largeur 117 m
Superficie 19 000 m2
Histoire
Création 1775-1783

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Bedford Square

Bedford Square est un square situé dans le district de Bloomsbury dans le borough de Camden à Londres, à deux pas du British Museum. Emblématique du style architectural georgien, Il fait partie des squares historiques les mieux conservés du XVIIIe siècle.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le square doit son nom au titre de la famille Russell, ducs de Bedford et grands propriétaires à Bloomsbury.

Historique[modifier | modifier le code]

1 Bedford Square.

Bedford square fut construit entre 1775 et 1783. On attribue généralement sa conception à Thomas Leverton[1] qui résida au n°13 du square, de 1781 jusqu'à sa mort en 1824. On cite également Robert Palmer qui avait travaillé avec James Adam.

Autrefois réservé à l'aristocratie, Bedford Square est célèbre pour ses illustres résidents, comme Lord Eldon, l'un des Lord Chancellor (lord chancelier, secrétaire d'État à la Justice), qui habitait dans la plus grande demeure du square. L'architecte William Butterfield, le fondateur de la revue médicale The Lancet Thomas Hodgkin, le romancier Anthony Hope y ont également résidé. Les blue plaques honorant les grandes figures historiques anglaises et qui ornent la façade des maisons sont là pour en témoigner. Aujourd'hui, la plupart des demeures ont été converties en bureaux en raison de l'augmentation considérable des loyers.

Occupants historiques :

  • No 6 : Lord Eldon (1751-1838), lord chancelier
  • No 11 : Henry Cavendish (1731-1810), scientifique
  • No 13 : Thomas Leverton (1743-1824), architecte
  • No 22 : Johnston Forbes-Robertson, acteur
  • No 35 : Thomas Hodgkin (1798-1866), scientifique et fondateur du Lancet
  • No 41 : William Butterfield (1814-1900), architecte
  • No 41 : Anthony Hope Hawkins (1863-1933), écrivain
  • No 48 : Elizabeth Jesser Reid, activiste anti-esclavagiste et fondatrice du Bedford College for Women

Plaques commémoratives[modifier | modifier le code]

Plusieurs maisons du square portent une blue plaque :

Architecture[modifier | modifier le code]

10 Bedford Square.

Bedford Square représente l'un des meilleurs exemples de l'architecture georgienne à Londres. Il fut construit peu de temps après le Building Act de 1774 visant à améliorer les normes de construction. Les fenêtres aux châssis en bois des maisons du square furent ainsi les premières de la ville à être placées de sorte à minimiser les risques de propagation d'incendie. Toutefois, en raison du coût des matériaux, les constructeurs ont éludé certains points de la nouvelle législation.

Toutes les portes d'entrée des demeures en brique sont décorées de la célèbre pierre de Coade, une sorte de céramique créée par Eleanor Coade dans son usine de Lambeth et dont le mode de fabrication est longtemps resté secret. Les numéros 1-10, 11, 12-27, 28-38 et 40-54 du square sont classés Grade I (au même titre que le palais de Buckingham ou le palais de Westminster).

Le jardin central du square est privatif, à l'instar de nombreux espaces verts de la capitale anglaise.

Préservation du patrimoine[modifier | modifier le code]

Bedford Square a connu d'importants travaux de restauration qui se sont achevés en novembre 2006. Le tracé de ses rues, les trottoirs, ainsi que l'éclairage ont été restaurés dans leur état originel. Ce dernier avait été modifié par un système de route établi dans les années 1970.

Les améliorations portent sur :

  • la restitution de la géométrie d'origine du square en réalignant les rues afin que celles-ci soient parallèles aux habitations ;
  • l'ajout d'une zone piétonne plus large, recouverte de gravier et située autour du jardin privatif central ;
  • l'ajout d'un nouveau matériel urbain dans la zone recouverte de gravier (bancs publics pensés dans le style du square, éclairage moderne en conservant les colonnes de luminaires d'origine) ;
  • le repavement des zones piétonnes au nord, au sud et à l'ouest du square en pierre de York réputée pour sa qualité et son esthétique ;
  • des espaces de stationnement supplémentaires et/ou leur relocalisation selon le type de véhicules.

Le projet a coûté 740 000 £ et a été financé par le Council, The English Heritage, Bedford Estates et The Crown Estate. Cette restauration fait partie d'un vaste programme de restauration des squares de Bloomsbury (Campaign for London Squares).

Résidents actuels[modifier | modifier le code]

  • No 6 : New York University's NYU in London
  • No 16 : Paul Mellon Centre for Studies in British Art
  • No 29 : London Office of the Turkish Republic of Northern Cyprus
  • No 36 : Architectural Association School of Architecture
  • No 50-51 : London School of Hygiene and Tropical Medicine

Le square dans la littérature[modifier | modifier le code]

Bedford Square est également le titre d'un roman policier d'Anne Perry paru aux éditions 10/18.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Peter Ackroyd, Londres. La biographie, Stock, Paris, 2003.
  • Charles Köhne, Londres, Artis-Historia, Bruxelles, 2001.
  • Guide Hachette, Londres, Paris, 2003.
  • Davis Spittles, Get set for Bloomsbury, Evening Standard, mars 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edward Jones et Christopher Woodward, Guide to the Architecture of London, Phoenix, 2013.