Classe préparatoire économique et commerciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Classe préparatoire économique et commerciale
Image illustrative de l’article Classe préparatoire économique et commerciale
Certification du ministère de l'Enseignement supérieur garantissant son contrôle.
Pays France
Établissements Lycée général en CPGE
Sélection
Niveau ou grade requis niveau 4 CEC
Entrée par concours ou diplôme diplôme
Diplôme
Durée de la formation 2 ans ou 1 an (prépa ATS)
Diplôme délivré Aucun
Niveau délivré Aucun
Grade délivré Aucun
Débouchés
Diplômes accessibles Licence ou Concours de grandes écoles
HEC Paris, première école de commerce européenne selon le classement 2019 du Financial Times[1]

Les classes préparatoires économiques et commerciales (EC, autrefois appelées « prépa HEC » ou « épice[2] » en argot scolaire) sont, en France, une des 3 filières des classes préparatoires aux grandes écoles et préparent aux concours des écoles supérieures de management, de commerce et de gestion (HEC, ESSEC, ESCP, EDHEC, EM Lyon, SKEMA, Neoma, Audencia, GEM, KEDGE, TBS Education et autres ESC). Quatre postes de normaliens sont également disponibles au concours de l’École normale supérieure Paris-Saclay.

Plus de 20 000 étudiants étaient inscrits en classes préparatoires économiques et commerciales durant l'année scolaire 2015 - 2016[3].

Les élèves en CPGE aux grandes écoles de commerce avaient en général obtenu de très bons résultats au lycée ; ainsi, selon le Ministère de l'Education nationale, en 2005, 81 % d'entre eux avaient obtenu une mention au baccalauréat (ce chiffre n'étant que de 36 % au niveau national)[4],[5].

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1920 qu'apparaissent les premières classes préparatoires aux grandes écoles de commerce appelées par les lycées « EC » ou « HEC », les élèves emploient alors plus vulgairement le terme de « prépa épices » pour les désigner. La préparation ne dure alors qu'un an et les enseignements suivent directement le programme du baccalauréat. La formation est élargie à 2 ans durant l'année scolaire 1995-1996 s'alignant ainsi sur le modèle des classes préparatoires scientifiques et littéraires[6].

Date de création des classes préparatoires commerciales :

Généralités[modifier | modifier le code]

Les classes préparatoires économiques et commerciales se déclinent en plusieurs voies :

Il n'existe pas de préparation spécifique aux écoles à dominantes économique et/ou commerciale pour les littéraires, mais des épreuves spécifiques leur sont proposées au concours d'entrée de nombre d'écoles de commerce, via la Banque d'épreuves littéraires.

La durée des études en classe préparatoire commerciale est passée de un à deux ans en 1996. Il était toutefois plus courant de redoubler avant cette réforme, qui a finalement institutionnalisé une pratique courante. En outre, elle a aligné les formations commerciales aux autres formations de niveau comparable, faisant passer l'ensemble du cursus de bac+4 à bac+5. Actuellement[Quand ?] la formation dure deux ans mais la pratique du redoublement au terme de la seconde année (« cuber » dans l'argot estudiantin[14]) devient de plus en plus courante, se rapprochant de la pratique des CPGE scientifiques.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Selon les statistiques du ministère de l'éducation, 19 447 élèves étaient inscrits en classes préparatoires économiques et commerciales durant l'année 2009-2010, dont 54,8 % de filles. Ils sont répartis dans environ 500 classes dans des établissements différents, en grande majorité des lycées. On trouve 10 256 élèves en première année et 9 191 en seconde année. 5 044 d'entre eux sont inscrits dans des établissements privés, soit environ 26 % des élèves.

Environ 47,3 % d'entre eux ont obtenu un baccalauréat scientifique, 42,2 % un baccalauréat économique et social et 9 % un baccalauréat technologique.

Filières[modifier | modifier le code]

Anciennes filières[modifier | modifier le code]

Filière économique[modifier | modifier le code]

La voie économique (créée en 1981) (ECE : économique et commerciale option économique), est destinée aux élèves issus de Terminale ES (toutes spécialités) et Terminale L (spécialité « mathématiques »). L'enseignement dispensé dans cette voie offre une formation philosophique, littéraire et linguistique, mais aussi économique et mathématique, de haut niveau. Dans la voie économique, l'économie, sociologie et histoire (ESH) remplace l'histoire, géographie et géopolitique de la voie scientifique.

Pour la voie économique, les matières enseignées sont :

Matière[15] Cours
Mathématiques 6 h
TD Mathématiques 2 h
TP Informatique (Scilab) 1 h[16]
Économie, Sociologie et Histoire du Monde Contemporain 6 h
Économie approfondie 2 h
Langue vivante 1 3 h
Langue vivante 2 3 h
Culture Générale - Littérature 3 h
Culture Générale - Philosophie 3 h
Éducation Physique et Sportive (en option) 2 h

À ces horaires s'ajoutent des plages d'interrogation orale (khôlles).

Les écoles ne font pas passer la même épreuve de culture générale. Toutes font passer la dissertation de 4 heures mais elles font ensuite passer soit une contraction de texte en 300 mots, soit en 400 mots, soit une synthèse, selon les écoles. L'informatique (langage : Scilab depuis la rentrée 2013 en première année, et 2014 en seconde année) est évaluée à l'écrit et à l'oral au sein des épreuves de mathématiques.

Depuis la rentrée 2013 en première année et 2014 en seconde année, l'Économie, Sociologie et Histoire du Monde Contemporain (E.S.H.) a remplacé l'A.E.H.S.C à l'occasion du changement de programme. Les horaires sont restés inchangés[17].

Les coefficients des matières diffèrent aux concours en fonction des écoles présentées, il en est de même pour les épreuves.

Filière scientifique[modifier | modifier le code]

Avec 95 élèves en ECS 2, le lycée Janson-de-Sailly avait le plus important effectif durant l'année scolaire 2009-2010.

La voie scientifique (ECS : économique et commerciale option scientifique) est destinée aux élèves issus de Terminale S. L'enseignement dispensé dans cette voie offre une formation généraliste (philosophique, littéraire, linguistique, historique, géographique et géopolitique) et mathématique de haut niveau.

Pour la voie scientifique, les matières enseignées sont :

Matière[18]

Cours

Mathématiques 7 h
TD Mathématiques 2 h
TP Informatique (Scilab) 1 h[16]
Histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain 6 h
Langue vivante 1 3 h
Langue vivante 2 3 h
Culture Générale - Littérature 3 h
Culture Générale - Philosophie 3 h
Économie (en option) 1 h
Éducation Physique et Sportive (en option) 2 h

À ces horaires s'ajoutent des plages d'interrogation orale (colles) dans toutes les matières à l'exception de l'économie.

Les coefficients des matières diffèrent aux concours en fonction des écoles présentées, il en est de même pour les épreuves. Toutes font passer les mathématiques, les langues, l'histoire-géographie et géopolitique et la culture générale, mais de façon différente. De plus, les écoles ne font pas passer la même épreuve de culture générale. Toutes font passer la dissertation de 4 heures mais elles font ensuite passer soit une contraction de texte en 300 mots, soit en 400 mots, soit une synthèse, selon les écoles. L'informatique (langage : Scilab depuis la rentrée 2013 en première année, et 2014 en seconde année) est évaluée à l'écrit et à l'oral au sein des épreuves de mathématiques.

Filières actuelles[modifier | modifier le code]

Filière générale[modifier | modifier le code]

La voie générale (ECG) remplace à partir de la rentrée 2021 les filières scientifique et économique afin de prendre en compte la réforme du baccalauréat votée en 2018 par le Parlement français[19]. Ses enseignements reprennent ceux des anciennes filières ECS et ECE. Les étudiants peuvent, conformément au nouveau bac et au décloisonnement permis par ce dernier, sélectionner quatre parcours[20] mêlant un enseignement de sciences humaines ainsi qu'un enseignement de mathématiques.

L'enseignement d'Histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain n'est donc plus obligatoirement lié à celui de mathématiques d'un niveau supérieur à celui des étudiants étudiant l'Economie, Sociologie et histoire des sociétés contemporaines.

Matière[21]

Cours

Tronc commun
Langue vivante 1 3 h
Langue vivante 2 3 h
Culture Générale 6 h
Travaux pratiques d’informatique 1 h
Éducation Physique et Sportive (en option) 2 h
Enseignement de sciences humaines (au choix)
Économie, sociologie et histoire des sociétés contemporaines 8 h
Histoire, géographie et géopolitique du monde contemporain 7 h
Enseignement de mathématiques (au choix)
Mathématiques approfondies 9 h
Mathématiques appliquées 8 h

Filière technologique[modifier | modifier le code]

Le lycée Voltaire d'Orléans accueille l'une des 35 classes d'ECT de France.

La voie technologique (créée en 1976) (ECT : économique et commerciale option technologique), destinée aux élèves issus de baccalauréats technologiques, principalement des baccalauréats STMG.

Matière[22] Cours
Mathématiques 6 h (dont 2h de TD)
Management et gestion des entreprises 5 h (dont 2h de TD)
Économie 3 h
Droit 3 h
Langue vivante 1 4 h
Langue vivante 2 5 h
Culture Générale - Lettres 3 h
Culture Générale - Philosophie 3 h
Éducation Physique et Sportive 2 h

À ces horaires s'ajoutent des plages d'interrogation orale (colles).

Filière droit et économie[modifier | modifier le code]

Filière économie et gestion[modifier | modifier le code]

La classe préparatoire à l’École Normale Supérieure (ENS) Paris-Saclay en économie et en gestion[23] est destinée aux bacheliers des filières S et ES (et à quelques bacheliers STMG[24]). L’originalité de cette classe réside dans le fait que les étudiants suivent un double cursus, partagé entre le lycée et l’université où certains enseignements leur sont dispensés pendant les deux premières années de Licence, selon un emploi du temps aménagé.

Les matières enseignées au lycée sont :

Matière Cours
Analyse économique générale 2 h
Analyse monétaire et/ou Politique économique 2 h
Mathématiques et statistiques 2 h en 1re année / 3 h en 2e année
Option (à dominante économique ou à dominante gestion) 2 h en 1re année / 3 h en 2e année
Approfondissement méthodologique 2 h
Langue vivante 2 h

À ces horaires s’ajoutent des heures d’interrogations orales (dites « khôlles »). Si l’objectif de cette classe préparatoire est la préparation au concours d’entrée au département Économie et Gestion de l’ENS Paris-Saclay (28 places en 2014), ses débouchés sont plus larges :

  • Concours d’entrée à l’ENSAI (École Nationale de la Statistique et de l’Analyse de l’Information). Les épreuves sont communes à celles du concours d’entrée à l’ENS Paris-Saclay, mais assorties de coefficients spécifiques.
  • Concours d’entrée en écoles de commerce. L’accès y est possible par deux voies différentes :
  • l’admissibilité au concours de l’ENS Paris-Saclay confère l’admissibilité à plusieurs écoles (EM Lyon, Audencia Nantes, ESC Grenoble, Banque Ecricome) ; les étudiants passent alors les épreuves orales spécifiques à ces écoles.
  • l’admission parallèle ouverte aux titulaires d’un diplôme de niveau Bac + 2 (ex : EDHEC, Brest Business School, banque d’épreuves Tremplin 1, Passerelle 1, SKEMA Business School, Enass).

Les étudiants peuvent aussi postuler dans les filières universitaires sélectives (comme les Magistères d’économie, de sciences de gestion, de banque finance) ou continuer en troisième année de Licence à l’université. Il est à noter que l’accès à la L3 sélective « Information et Communication » du CELSA n’est possible que par la voie de l’admissibilité à l’ENS Paris-Saclay[25].

Filière professionnelle[modifier | modifier le code]

La voie professionnelle (ECP : économique et commerciale voie professionnelle) est exclusivement réservée aux élèves issus d'un baccalauréat professionnel tertiaire. Il s'agit d'une classe préparatoire ECT (voie technologique) en trois ans.

Il en existe trois en 2015 :

  • au lycée Jean-Perrin, à Marseille[26] ;
  • au lycée de la Venise-Verte, à Niort[27] ;
  • au lycée René-Cassin, à Strasbourg[28].

Filière juridique[modifier | modifier le code]

Certaines filières juridiques plus selectives[29], en particulier le Collège de droit de la Sorbonne[30] ou d'Assas, intègrent des élèves issus des classes préparatoires économiques et commerciales[31].

Débouchés[modifier | modifier le code]

À l'issue des deux ans de formation, de nombreuses écoles de management recrutent sur concours ou sont regroupées en banques communes :

  • Banque commune d'épreuves (regroupant une vingtaine d'écoles dont HEC, ESSEC, ESCP, EDHEC, EM Lyon, SKEMA, Audencia ou GEM qui sont conceptrices des sujets)
  • Ecricome (regroupant NEOMA Business School, KEDGE Business School, Rennes School of Business, Montpellier Business School, EM Strasbourg).

À signaler aussi, la Banque d'Épreuves des Concours des Écoles d'Actuariat et Statistique, qui recrute sur le programme de voie S.

Il est possible également d'intégrer l'une des écoles normales supérieures ou de continuer ses études à l'université (reconnaissances de parcours via des conventions entre CPGE et universités)[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le ).
  2. « Jargon des prépas », sur noos.fr (consulté le ).
  3. Marine Miller, « Classes prépa : le nombre d’élèves continue d’augmenter », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  4. « Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles Croissance soutenue des effectifs Année 2005-2006 », sur éducation nationale, (consulté le ).
  5. Ministère de l'Éducation nationale, « Résultats définitifs de la session 2005 du baccalauréat », Ministère de l'Éducation nationale,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Histoire des écoles de commerce : le saviez-vous ? - Ecoles commerce », Ecoles commerce,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « CPGE Carnot - Présentation », sur cpge-carnot.fr (consulté le ).
  8. « Historique – Cité Scolaire Michelet de Vanves », sur www.cite-scolaire-michelet-vanves.ac-versailles.fr (consulté le ).
  9. « Classes préparatoires ECS-ECE », sur Groupe Ipesup (consulté le ).
  10. « Projet Éducatif », sur Saint-Louis de Gonzague (consulté le ).
  11. « Notre histoire | Saint Jean de Passy », sur www.saintjeandepassy.fr (consulté le ).
  12. KEEO, « Un peu d'Histoire... », sur www.stjean-douai.eu (consulté le ).
  13. « Historique -Lycée Saint-Louis, Paris VI », sur www.lycee-saintlouis.fr (consulté le ).
  14. Formation Khûbe, Université Paris 1.
  15. [1].
  16. a et b Durée moyenne calculée à raison de 5 min par élève et par groupes de 12 ; consulté en ou avant 2015.
  17. Arrêté du 4 avril 2013.
  18. [2].
  19. Karine Darmon, « Prépas économiques et commerciales : tout savoir sur la nouvelle filière ECG », sur Studyrama, .
  20. « La prépa ECG : débouchés, spécialités et contenu », sur Major-Prépa, (consulté le ).
  21. « Classe Préparatoire Economique et Commerciale voie Générale : Le contenu de la formation », sur infoprepa.com.
  22. [3].
  23. Classe dénommée « économie, méthodes quantitatives et gestion » sur APB.
  24. C’est le cas dans deux lycées en 2014 (Lycée Louise Michel à Bobigny et Lycée La Hotoie à Amiens).
  25. [4].
  26. http://www.lyc-perrin.ac-aix-marseille.fr/docs/cpgeect_plaquette.pdf.
  27. http://etab.ac-poitiers.fr/lyc-venise-verte-niort/IMG/pdf/plaquette_cpge_ecp-2.pdf.
  28. « Page introuvable », sur Le lycée des métiers René Cassin de… (consulté le ).
  29. le figaro, « Le collège de droit d’Assas, filière d’excellence », sur Le Figaro Etudiant (consulté le ).
  30. « Admission », sur Collège de Droit de la Sorbonne (consulté le ).
  31. « En licence de droit, l’art de la distinction », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Prépas - universités : le mariage aura-t-il vraiment lieu ? », sur letudiant.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]