École nationale de chimie physique et biologie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Pierre-Gilles-de-Gennes.

École nationale de chimie physique et biologie
ENCPB–Lycée Pierre-Gilles-de-Gennes
Image illustrative de l’article École nationale de chimie physique et biologie de Paris
Entrée du lycée, rue Pirandello
Généralités
Création 1953
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 11″ nord, 2° 21′ 22″ est
Adresse 11, rue Pirandello
75013 Paris
Site internet www.encpb.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Cadre éducatif
Formation Enseignement secondaire, BTS, CPGE, licence professionnelle, formation par alternance
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

L’École nationale de chimie physique et biologie de Paris (ENCPB), rebaptisée en 2009 « ENCPB – lycée Pierre-Gilles-de-Gennes » en hommage au physicien Pierre-Gilles de Gennes mort en 2007, est un établissement public d’enseignement secondaire et supérieur spécialisé dans les formations techniques scientifiques et les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Elle est située au 11 rue Pirandello dans le 13e arrondissement de Paris.

Histoire et formations[modifier | modifier le code]

Vue distante du bâtiment principal depuis la rue Claude-Bernard.

Avec la volonté de réaliser un établissement public de formation de laborantins au niveau baccalauréat et de techniciens supérieurs, dans les métiers scientifiques en pleine expansion durant l'après-guerre, l'État crée en 1953 l'ENCPB. L'école accueille ses premiers cinquante étudiants en 1955 dans ses locaux d'alors rue Corvisart dans le 13e arrondissement de Paris. Un premier transfert de l'école se fait rue du Banquier en 1958. De 1961 à 1971, l'ENCPB agrège de nombreuses institutions de formation de techniciens, telles que l'Institut d'Arsonval (8, rue Rollin à Paris 5e), le centre de recherche de la société l'Oréal (avenue Gabriel-Péri à La Courneuve) et une école de Dijon.

Avec la construction de 1970 à 1973 des nouveaux locaux rue Pirandello sur l'ancien site des usines automobiles Delahaye (1898-1954), l'ENCPB diversifie ses formations avec la création de classes préparatoires aux grandes écoles dans les sections MP, PC, BCPST et TB.

Classement du Lycée[modifier | modifier le code]

En 2016, le lycée se classe 81e sur 110 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1205e au niveau national[1]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[2].

Classements des CPGE[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles françaises les plus réputées. En 2015, le magazine L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
MP / MP* [3] 0 / 31 élèves 0 % 1 % 114eex-æquo
sur 114
en diminution 65
PC / PC* [4] 0 / 39 élèves 0 % 0 % 110eex-æquo
sur 110
=
PSI / PSI* [5] 1 / 49 élèves 2 % 1 % 82eex-æquo
sur 120
en augmentation 38
BCPST [6] 2 / 29 élèves 7 % 25 % 52e
sur 53
en diminution 17
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières scientifiques, c'est un panier
de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui a été retenu par L'Étudiant selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

En 1984, l'ENCPB s'adapte à la réforme de l'enseignement supérieur technique qui propose désormais un diplôme national de Brevet de technicien supérieur (BTS), en créant et diversifiant des sections de :

  • Chimie
  • Physique
  • Analyses de Biologie médicale (ancien BTS Analyses biologiques)
  • Bioanalyse et contrôle (ancien BTS Biochimie avant 2005)
  • Biotechnologie
  • Qualité dans les industries alimentaires et les bio - industries
  • Métiers de l'eau

Mais définit également des baccalauréats technologiques (aujourd'hui dénommés) :

  • STL physique
  • STL chimie
  • STL contrôle régulation
  • STL biochimie et génie biologique

Ainsi que des sections de post-BTS de 1984 à 2007, qui deviendront les « licences professionnelles » :

  • Génomique fonctionnelle
  • Instrumentation et maintenance biomédicales
  • Hygiène hospitalière (formant des biohygiénistes)
  • Double compétence chimie régulation
  • Synthèse organique
  • Formulation
  • Imagerie médicale et radiologie thérapeutique s'y est ajouté aux BTS existants avant de devenir, en 2012, avec la réforme de formations de santé, un diplôme à bac+3

L'ENCPB développe des partenariats avec l'École normale supérieure de Cachan et l'Université Paris VII permettant aux meilleurs étudiants d'intégrer ensuite ces institutions, mais également avec un centre de formation des Professeurs techniques du Royaume du Maroc en Génie Chimique. L'ENCPB participe activement à divers programmes européens (Erasmus, Comett...).

Après le décès en 2007 du physicien Pierre-Gilles de Gennes, lauréat du prix Nobel, l’ENCPB est renommée « lycée Pierre-Gilles-de-Gennes - ENCPB » en hommage, et devient lycée général et technologique avec le développement de la filière générale S (SVT et SI) parallèlement à la filière technologique de laboratoire.

Répartition des effectifs[modifier | modifier le code]

À ce jour l'ENCPB accueille 1 920 élèves répartis dans quatre cycles d'études:

  • 31 % en baccalauréats scientifiques généraux ou technologiques
  • 20 % en classes préparatoires aux grandes écoles
  • 45 % en BTS
  • 4 % en post-BTS

Lieux de tournage de productions audiovisuelles[modifier | modifier le code]

Lors de la construction du nouveau bâtiment de l'ENCPB, l'équipe de tournage du film Juliette et Juliette (sorti en 1974) s'était installée sur le site du chantier. Celui-ci avait en effet la particularité d'être situé à la proximité immédiate de deux cafés, placés face à face et qui faisaient chacun l'angle d'un pâté de maisons. Cette configuration correspondait exactement aux besoins du film (un des cafés étant transformé en restaurant durant le tournage).

Plus récemment, l'entrée de l'ENCPB a été utilisée comme décor du film Caché (2005) de Michael Haneke, notamment pour la scène finale, durant le générique, qui donne la clé de compréhension de l'ensemble du film. En 2010, l'école a été utilisée comme lieu de tournage de scènes du téléfilm Obsessions de Frédéric Tellier dans lequel ses laboratoires font figure de « Laboratoire de la police scientifique ».

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

L'ENCPB est desservie par les lignes de métro (M)(5) à la station Campo-Formio et (M)(7) à la station Les Gobelins, ainsi que par les lignes de bus RATP :

  • 27 47 83 arrêt Banquier
  • 57 67 arrêt Jenner - Jeanne d'Arc
  • 91 arrêt Saint-Marcel - Jeanne d'Arc

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]