Indice de position sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'indice de position sociale des élèves (IPS) est un outil de mesure quantitatif de la situation sociale des élèves face aux apprentissages dans les établissements scolaires français. Plus l'indice est élevé, plus l'élève évolue dans un contexte familial favorable aux apprentissages. Cet indice est construit à partir des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) des représentants légaux des élèves.

L'indice a été créé en 2016 par la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du Ministère de l'Education Nationale.

Il est utilisé pour décrire les populations scolaires (milieu social plus ou moins favorable et mixité sociale) dans les écoles, collèges et lycées mais aussi pour classer les établissements scolaires et leur attribuer des moyens en conséquence.

Principe[modifier | modifier le code]

L'indice de position sociale (IPS) des élèves est un indice sans dimension compris entre 38 et 179[1].

Plus cet indice est élevé, plus le contexte familial de l'élève est favorable à sa réussite scolaire[1].

L'indice est déterminé à partir des professions et catégories socioprofessionionnelles des parents utilisées dans le système d'information du Ministère de l'Education Nationale et qui compte 32 catégories différentes[2].

Une grille établie par le Ministère permet d'obtenir la valeur de l'indice de position sociale pour chaque couple de professions (père et mère). Cette grille contient 32 x 32=1024 possibilités.

Professions et catégories socioprofessionnelles du Ministère de l'Education Nationale
Agriculteurs exploitants
Artisans
Commerçants et assimilés
Chefs d'entreprise de dix salariés et plus
Professions libérales et assimilés
Cadres de la fonction publiques
Professeurs, professions scientifiques
Professions de l'information, des arts et des spectacles
Cadres administratifs et commerciaux d'entreprises
Ingénieurs et cadres techniques d'entreprises
Professeurs des écoles, instituteurs et assimilés
Professions intermédiaires de la santé et du travail social
Clergé, religieux
Professions intermédiaires de la fonction publique
Professions intermédiaires en entreprise
Techniciens
Contremaîtres, agents de maîtrise
Employés civils et agents de service de la fonction publique
Policiers et militaires
Employés administratifs d'entreprises
Employés de commerce
Personnels des services directs aux particuliers
Ouvriers qualifiés
Ouvriers non qualifiés
Ouvriers agricoles
Anciens agriculteurs exploitants
Anciens artisans, commerçants, chefs d'entreprise
Anciens cadres et professions intermédiaires
Anciens employés et ouvriers
Chômeurs n'ayant jamais travaillé
Personnes diverses sans activité professionnelle
Non renseignée (inconnue ou sans objet)

Valeurs de l'indice[modifier | modifier le code]

Donner toutes les valeurs de l'indice consisterait à donner 1024 valeurs car le Ministère de l'Education Nationale a établi 1024 possibilités de couples de profession mère/père.

Quelques valeurs de l'indice de position sociale (IPS) des élèves[3]
Profession

Mère

Profession

Père

Indice de position sociale (IPS)
Employée de commerce Policier 104
Policière Employé de commerce 110
Ouvrière qualifiée Technicien 89
Technicienne Ouvrier qualifié 110
Ouvrière non qualifiée Ouvrier non qualifié 60
Technicienne Technicien 135
Professeur des écoles Ingénieur 179
Ingénieure Professeur des écoles 164
Cadre d'entreprises Cadre d'entreprises 156
Cadre d'entreprises Ouvrier non qualifié 145
Ouvrière non qualifiée Cadre d'entreprises 148
Agricultrice Artisan 99
Artisane Agriculteur 104
Agricultrice Agriculteur 101
Chômeuse Chômeur 54
Non renseignée Non renseignée 66
Chômeuse Non renseignée 38
... ... ...

L'indice de position sociale moyen en France est de 103[4].

Un collège sur deux a un indice de position sociale moyen supérieur à 102. L'IPS est inférieur à 81 dans les 10 % des collèges les plus défavorisés et supérieur à 124 dans les 10 % des collèges les plus favorisés[5].

Construction de l'indice[modifier | modifier le code]

A partir de données issues d'une enquête de 2008 sur un échantillon de 29'544 élèves de sixième[2], la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance du Ministère de l'Education Nationale a identifié des variables familiales[6] ayant un effet sur la réussite scolaire des élèves dont :

  • le diplôme des parents (mère et père)
  • les conditions matérielles (revenus, nombre de pièces du logement, partage de chambre, ordinateur au domicile, accès à Internet)
  • le capital culturel (nombre de livres à la maison, présence d'une télévision dans la chambre, le temps passé devant la télévision)
  • l'ambition et l'implication des parents (aspirations, conversations sur la scolarité, l'avenir scolaire)
  • les pratiques culturelles (sport, concert, théâtre, cinéma, musée, activités extra-scolaires)

L'indice a ensuite été construit en associant une valeur numérique à chaque variable ainsi qu'un poids plus ou moins élevé selon son effet sur la réussite scolaire. Cette méthode de construction est dite par analyse des correspondances multiples.

Enfin, à partir de toutes les valeurs calculées avec les données de l'enquête de 2008, il a été possible de déterminer et standardiser un indice de position sociale (IPS) moyen par élève qui ne dépendait plus que de la profession des parents[2].

Pour obtenir l'indice de position sociale d'un établissement scolaire français, il faut calculer la moyenne des IPS de tous les élèves de l'établissement.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'indice de position sociale (IPS) des élèves est utilisé pour étudier et décrire les populations scolaires dans les écoles, collèges et lycées[7].

La valeur de cet indice pour un établissement permet de savoir si les élèves sont en moyenne issus d'un milieu social plus ou moins favorable aux apprentissages[5].

La dispersion (ou écart-type) de l'indice de position sociale (IPS) au sein des établissements permet d'évaluer la mixité sociale des élèves accueillis.

Dans le département du Nord, l'IPS a été utilisé pour attribuer les moyens aux collèges pour la rentrée 2020[4],[8].

Le ministère a publié en une note d’information[9] préfigurant l’utilisation de l’IPS croisée avec d’autres indicateurs pour affiner la répartition des moyens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rectorat de Nantes - SEPP, L’indice de position sociale des élèves du second degré, (lire en ligne), p. 4
  2. a b et c Thierry Rocher - MENESR-DEPP, Construction d'un indice de position sociale des élèves, , 24 p. (lire en ligne)
  3. Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance - Ministère de l'Education Nationale, Construction d'un indice de position sociale des élèves - Table des indices croisés, (lire en ligne), p. 3
  4. a et b « CTSD59 : Rentrée 2020 dans les collèges et SEGPA du Nord », sur Site du SNES de Lille, (consulté le )
  5. a et b DIRECTION DE L’ÉVALUATION,DE LA PROSPECTIVE ET DE LA PERFORMANCE, Six types de collèges différenciés par la population accueillie et la situation géographique, , 4 p. (lire en ligne)
  6. « L’IPS : nouvel indicateur de classement des collèges », sur SNES Créteil, (consulté le )
  7. Bureau SNES-FSU Guadeloupe, « Indice de Position Sociale de l'ensemble des élèves (Rentrée 2019) », sur SNES-FSU Guadeloupe, (consulté le )
  8. « - Collèges du Nord : un indicateur social rebat les cartes de l’allocation des moyens », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  9. « Six types de collèges différenciés par la population accueillie et la situation géographique », sur education.gouv.fr, (consulté le )