École Boulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École Boulle
Image illustrative de l'article École Boulle
La façade de l'École Boulle.
Généralités
Création 1886
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 47″ nord, 2° 23′ 27″ est
Adresse nos 9-21, rue Pierre-Bourdan
75012 Paris
Site internet ecole-boulle.org
Cadre éducatif
Type Public
Population scolaire 1 000
Niveau CAP à Bac +5
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Point carte.svg

L'École Boulle est un établissement public d'enseignement qui est à la fois une école supérieure des arts appliqués et un lycée des métiers d'art, de l'architecture intérieure et du design. Elle est située au 9-21, rue Pierre-Bourdan dans le 12e arrondissement de Paris (France). Elle est nommée ainsi par référence à l'ébéniste André-Charles Boulle.

Formation dispensée[modifier | modifier le code]

Depuis 1886, l'École Boulle dispense des formations aux métiers de l'art, du design et des techniques industrielles.

Elle a le statut juridique d'un lycée technique et aussi celui d'une école supérieure d'arts appliqués. Elle propose deux grandes filières :

  • La filière « Métiers d'art » (menuiserie en sièges, marqueterie, ébénisterie, tapisserie, décors et traitements de surface, ciselure, gravure ornementale, sculpture sur bois, tournage d'art (sur bronze), monture en bronze élargie à d'autres matériaux métalliques au sein de l'atelier « Conception application métal », gravure en modelé, bijouterie et restauration de meubles anciens) : c'est la filière traditionnellement connue et reconnue de l'école Boulle, qui fait sa célébrité dans le monde, et qui lui a valu entre autres un reportage de 52 minutes dans Envoyé spécial, sur France 2, le 27 octobre 2005.
  • La filière « Arts appliqués » (design d'espace et architecture intérieure, design de produits, expression visuelle et espace de communication, etc.), qui est pareillement une filière de haut niveau dans le champ du design (elle fonctionne notamment en partenariat avec le département design de l’École normale supérieure de Cachan), dans laquelle on trouve aussi un enseignement pluridisciplinaire important (infographie, histoire de l'art, philosophie appliquée, sémiologie, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée de l'École Boulle, rue Pierre-Bourdan.

L'école voit le jour rue de Reuilly en 1886, au cœur du quartier historique des métiers de l'ameublement, près du faubourg Saint-Antoine à Paris. Créée à l'initiative de la ville de Paris, elle est alors une école municipale. Elle avait en premier lieu pour but de former des professionnels de l’ameublement tel que des ébénistes, des menuisiers en siège, des tapissiers et des sculpteurs sur bois. Plus tard, elle sera renforcée par des corps de métier complémentaires comme des ciseleurs, des monteurs en bronze, ou encore des graveurs sur acier. En 1891, l’établissement qui s’est désormais implanté rue Pierre-Bourdan, dans le 12e arrondissement, devient l'École Boulle, du nom du célèbre ébéniste de Louis XIV, André-Charles Boulle (1642-1732). Elle se spécialise dans la copie d’œuvres du passé essentiellement liées à Louis XIV. En 1900, elle participe à l'Exposition universelle de Paris au sein du pavillon de la ville de Paris, où elle présente des objets marqués par l'influence de l'Art nouveau. Après quelques tergiversations, qui la font revenir un temps à la copie d'ancien, elle décide de s'orienter résolument une partie des travaux des élèves vers la modernité. Un cours de composition décorative est confié à Maurice Dufrène juste avant la Première Guerre mondiale. Durant l'entre-deux-guerres, l'école devient un des soutiens de l'Art déco, mouvement auxquels elle donne de nombreux décorateurs. Elle participe activement à l'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925, et dans une moindre mesure à l'Exposition coloniale de 1931 et à celle des Arts et Techniques de 1937. En 1936 a lieu une grande rétrospective dans ses locaux à l'occasion du cinquantenaire de sa création. Elle acquiert ses premières machines juste après la Première Guerre mondiale.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'école développe de nouvelles filières liées à l’espace, l’architecture d'intérieur, l’agencement dans une vision plus moderne et technique. C’est en 1969 que l’École Boulle devient École supérieure d’arts appliqués et développe des filières de design (design d'espace, design produit). C’est aujourd'hui un lycée des métiers d'arts et une école supérieure d’arts appliqués ; elle fait partie des quatre grandes écoles publiques que compte la ville de Paris : l’École Estienne, orientée vers la typographie ; l’École Duperré, les métiers de la mode et l’École Olivier-de-Serres. Tout en restant fidèle à son passé, l’École Boulle a su au fil des ans se moderniser, s’ouvrir au monde, à l’économie et à l’industrie.

De 2001 à 2012, l’école Boulle fut le théâtre d’un très important chantier de rénovation, sans fermeture, pour améliorer et réhabiliter les espaces existant[Quoi ?], afin d’accueillir sur le site les élèves du lycée Nicolas-Flamel qui se forment aux métiers du bijou et de la joaillerie. Quelque 17 800 m2 de locaux ont été rénovés, et 7 400 m2 de salles supplémentaires ont été créées, ainsi qu'un restaurant scolaire, une cafétéria, un CDI, un auditorium, du matériel numérique et une cour plantée. Le coût total du chantier s'est établi à 86 millions d'euros, investis par la mairie de Paris, pour que désormais cette institution puisse accueillir ses élèves dans un écrin de verre et des ateliers flambant neufs. Seul l'atelier d'ébénisterie n'a pas été modifié, conservant certains problèmes de ventilation et d'éclairage[1].

L'École Boulle est soutenue par les fondations Edmond de Rothschild, dont la mission principale est l’éducation, afin de mettre en valeur l'humain et l'ouverture sur le monde.

Façade[modifier | modifier le code]

Le fronton de la façade de l'école porte en exergue les noms de l'ébéniste Martin Carlin, de Jehan Cilbert, de Pierre Thévenin, de l'ébéniste Claude-Charles Saunier, de l'orfèvre italien Benvenuto Cellini, et de l'orfèvre parisien Claude Ballin.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Élève de l'École Boulle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandra Michot, « Après cinq ans de travaux, l'École Boulle ouvre ses portes », Le Figaro, vendredi 12 avril 2013, page 13.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Stéphane Laurent, L'École Boulle, Woippy, Éditions Gérard Klopp, 1998.