Établissement La Rochefoucauld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
Établissement
La-Rochefoucauld
logo
Généralités
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 51′ 36″ nord, 2° 18′ 21″ est
Adresse 90 bis, rue Saint-Dominique
22 rue Malar
7e arrondissement Paris
Site internet laroche.org
Cadre éducatif
Formation Baccalauréat général (S et ES)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg
Blason.

L’établissement La-Rochefoucauld est un collège lycée privé catholique sous contrat avec l’État et sous tutelle lasallienne. Il est situé en plein cœur du 7e arrondissement de Paris dans le quartier du Gros-Caillou à deux pas de la tour Eiffel.

Il est composé d’une maternelle avec 244 élèves, d’une école avec 417 élèves, d’un collège avec 474 élèves et d'un lycée avec 405 élèves soit un total de 1540 élèves.

Le lycée prépare au bac S (spécialité mathématiques, physique-chimie ou SVT) ainsi qu'au bac ES (spécialité mathématiques, économie approfondie ou sciences sociales et politiques), mais n'inclut pas la préparation au bac L.

En 2017, l'établissement fête son tricentenaire.

Historique[modifier | modifier le code]

De la fondation au XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Rochefoucauld est un établissement scolaire qui a toujours entretenu des relations très étroites avec la vie du quartier dans lequel il est situé.

Lorsqu’au XVIIe siècle fut créé l’hôtel des Invalides arrivèrent dans le quartier de très nombreuses familles d’artisans et d’ouvriers en tous genres. Le quartier étant rattaché à la paroisse Saint-Sulpice, il ne comptait pas encore d’église ni d’école.

À cette époque, un certain Jean-Baptiste de La Salle venait d'organiser une communauté de volontaires qu'on appelait frères, tous dévoués aux personnes humbles et pauvres. Le nombre d'enfants à instruire ne cessait de croitre, et un frère arriva de Rouen avec deux autres frères venus de Saint-Yon, pour créer une école dans le quartier du Gros Caillou.

À cette époque, les effectifs étaient très importants en raison de l'arrivée croissante d'artisans liée à l'édification de l'École militaire et des hôtels particuliers.

Mais ce fut la Révolution et elle se chargea de mettre fin à tout cela : l'école du Gros Caillou fut fermée.

Assez rapidement après la Révolution, une bienfaitrice, en la personne de la marquise de Trans réinstalla l'école, desservie par les Frères. Deux cents enfants pris intégralement en charge sur le plan financier étaient scolarisés dans cette école qui fut ainsi la première école gratuite de Paris. Mais les fonds de la marquise de Trans n'étaient pas inépuisables. Lorsqu'elle mourut, le vicomte Sosthènes de La Rochefoucauld, duc de Doudeauville, aidé par l'héritage qu'il reçut d'elle, et de par son importante fortune personnelle, prit le relais dans la digne tradition d'éducation des frères et de leur fondateur.

Depuis la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Façade côté rue Saint-Dominique.

Dans les années 1950-1960, lorsque les établissements privés purent signer des contrats avec l'État, La Rochefoucauld fut un des premiers établissements agréés grâce au nombre de professeurs licenciés et aux résultats obtenus aux baccalauréats.

Depuis lors, l'établissement prospère, mais comme partout ou presque, la communauté des Frères a quitté les lieux. Les classes de l'école primaire se sont installées rue Cler, dans les locaux des sœurs de saint Vincent de Paul. Puis, en 2006, l'histoire de l'enseignement catholique de Paris conduisit la tutelle de l'association La Salle à étudier la constitution d'un ensemble scolaire qui intégrerait la maternelle Saint-Pierre, ce qui fut fait en septembre 2008.

En 2008, le directeur de cette école est Didier Retourné, qui succède à Étienne Roulleaux-Dugage. En 2010, le titre revient à Guillaume Champagne.

En 2011, Jérome Dieuset et Christine Jeancolas succèdent à Jocelyne Graux aux postes respectifs de responsable des sixièmes et de responsable des cinquièmes. Mais en 2014, Christine Jeancolas succède à Jérôme Dieuset au poste de responsable des sixièmes. L'anglais commence dès le CP.

Le poste de responsable des quatrièmes et troisièmes est actuellement occupé par Sophie Paix et celui de responsable de vie scolaire du collège par Marion Lesage.

Il y a trois classes par niveau au primaire, quatre au collège et deux par série au lycée.

Classement du lycée[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 41e sur 109 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 404e au niveau national[1]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[2].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Classement départemental et national du lycée
  2. Méthodologie du classement national des lycées français
  3. Élisabeth Chavelet et Ludovic Vigogne, « Guillaume Peltier - Geoffroy Didier, le jeune duo qui bouscule l’UMP », Paris Match, semaine du 3 au 9 janvier 2013, pages 86-89.
  4. Karl Zéro, propos recueillis par Virginie Desvignes, « Le jour où - Karl Zéro : j'ai compris que je ne ferai rien dans les règles », Paris Match, semaine du 24 au 29 avril 2014, page 134.

Lien externe[modifier | modifier le code]