Centre national d'enseignement à distance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’éducation
Cet article est une ébauche concernant l’éducation.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Centre national
d'enseignement à distance
Image illustrative de l'article Centre national d'enseignement à distance

Création 1939
Type Établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère chargé de l'Éducation nationale
Siège Technopole du Futuroscope, Chasseneuil-du-Poitou, Vienne
Drapeau de la France France
Langue Français
Budget 94 millions d'euros
Effectifs 2 200
Directeur général Jean-Charles Watiez depuis le 16 décembre 2015
Site web www.cned.fr

Le Centre national d'enseignement à distance (Cned) est, en France, un établissement public à caractère administratif du ministère de l'Éducation nationale offrant des formations à distance. Premier opérateur européen et du monde francophone, il est aujourd'hui implanté au Futuroscope.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

Le Cned est l'héritier de l'enseignement à distance créé en 1939 en raison de la Seconde Guerre mondiale. Outre la direction générale, le Cned est présent sur tout le territoire national grâce à ses huit sites (Grenoble, Lille, Lyon, Poitiers, Rennes, Rouen, Toulouse et Vanves). Ce dispositif est complété par six représentations ultramarines (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et La Réunion).

Formations[modifier | modifier le code]

Une double mission[modifier | modifier le code]

Le CNED est au cœur de l’innovation pour permettre à chacun d’apprendre et de se former avec les technologies d’aujourd’hui : élèves, étudiants, enseignants, professionnels…

  • Scolarité réglementée : le CNED assure pour le compte de l’État, le service public de l’enseignement à distance[1] ;
  • Formation tout au long de la vie : le CNED forme tous ceux qui ont un projet de formation quels que soient leur âge et leur situation (enseignement supérieur, formation professionnelle, concours…).

Un référent de la formation individualisée pour tous[modifier | modifier le code]

L’accès au savoir pour tous et l’équité dans l’accès au savoir sont au cœur des valeurs portées par le CNED. Opérateur public, l’établissement est attaché à mettre en œuvre des pédagogies adaptées, personnalisées, respectueuses de chaque apprenant quel que soit son projet : reprise d’études dans l’enseignement secondaire, études supérieures, préparation de concours de la fonction publique ou de concours enseignants, formation professionnelle…

Le Cned offre de multiples formations, de la maternelle à l'université, ainsi que des préparations aux concours de recrutement de la fonction publique, la formation à différents métiers...

Le Cned propose des classes complètes et des cours à la carte pour l'enseignement élémentaire, le collège, le lycée général, technologique et professionnel, ainsi que pour l'enseignement des élèves en difficulté à besoins éducatifs particuliers. En complément à une scolarité normale, le Cned propose des cours et exercices de soutien, des cours d'été et de préparation de la rentrée.

Un opérateur de l’État au cœur du système éducatif[modifier | modifier le code]

Au service de la politique éducative numérique du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le CNED se positionne au cœur même du système éducatif avec deux services opérationnels depuis la rentrée 2013 :

  • D’COL, dispositif d’aide, de soutien et d’accompagnement en français, mathématiques et anglais pour les élèves de 6e en difficulté, au collège et à la maison[2]
  • English for Schools, dispositif en ligne pour l’apprentissage de l’anglais en primaire proposé aux élèves et aux enseignants de CE2, CM1 et CM2[3].

Le Cned et les nouvelles technologies[modifier | modifier le code]

Le Cned est présent sur internet depuis 1997. Il propose des contenus de formation et des services en ligne en complément des autres outils pédagogiques. Par ailleurs, le Cned produit des documents numériques et audiovisuels qui accompagnent ses formations mais qui sont également accessibles en produits libres. Le service audiovisuel abrite un plateau de télévision de qualité broadcast.

En février 2013, le rapport annuel de la Cour des comptes épingle pourtant le CNED sur son offre en ligne inadaptée[4]. Le Nouvel Observateur[5] et Capital[6] en font une analyse très critique.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1939 : Pour pallier la désorganisation du système d'enseignement due à la guerre, un service d'enseignement par correspondance est créé à Paris. Il connaîtra les aléas de cette période, se voyant doublé d'un service similaire au sud de la ligne de démarcation.
  • 1944 : Le décret no 1585 du 30 mai 1944 portant création du centre national d'enseignement par correspondance paraît au Journal officiel de l'État français du 21 juin 1944.
  • 1944 : À la libération, sa mission est confirmée sous le nom de Centre national d'enseignement par correspondance (CNEPC). Il reçoit le statut de lycée (au sens de l'époque). Il doit notamment prendre en charge la scolarité des enfants malades, des anciens prisonniers et des déportés... Les enseignements se voient ensuite élargis : commercial, primaire, préparation aux concours d'enseignement...
  • Il porte ensuite plusieurs noms notamment Centre national d'enseignement par correspondance, radio et télévision, puis CNTE (Centre national de télé-enseignement) puis de nouveau Centre national d'enseignement par correspondance (CNEC) avant de recevoir son nom actuel en 1986.
  • 2002 : Nouveau statut de l'établissement par décret no 2002-602 du 25 avril 2002[JORF 1]. Le Cned se voit doté des moyens juridiques nécessaires à son développement et à sa modernisation.
  • 2005 : Loi no 2005-380 du 23 avril 2005, d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école. L'article 11 de la loi consacre pour la première fois le service public d'enseignement à distance.
  • 2006 : Lancement d'une gamme de formation pour les entreprises.
  • 2008 : Démarrage d'une étude de modernisation organisée par le Cned et pilotée par un cabinet de conseil.
  • 2009 : Décret no 2009-238 du 27 février 2009 relatif au service public de l'enseignement à distance[JORF 2], officialisant la mission de service public du Cned.
    • 22 janvier 2009 : Conférence de presse[7] de Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale annonçant l'ouverture en juin d'une nouvelle académie (la 31e académie), une académie en ligne proposant de télécharger l'intégralité des enseignements correspondant au programme, du primaire au lycée. Le Cned est chargé de sa mise en œuvre.

Historique des recteurs, directeurs généraux du Cned[modifier | modifier le code]

Les recteurs, directeurs généraux du Cned ont été successivement :

Dominique Lecourt, ici photographié en 2013 par Kasia Kozinski, a été recteur, directeur du Cned, en 1986-1987.
Recteur Décret de nomination
Dominique Lecourt 28 février 1986 [nom. 1]
Claude Goasguen 2 décembre 1987 [nom. 2]
Bernard Loing 4 janvier 1991 [nom. 3]
Michel Moreau 12 juillet 1993 [nom. 4]
Guy Aubert 27 janvier 2000 [nom. 5]
Olivier Dugrip 20 mars 2003 [nom. 6]
Jean-Michel Lacroix 20 juillet 2005 [nom. 7]
Michel Leroy 9 avril 2009 [nom. 8]
Serge Bergamelli 1er août 2011 [nom. 9]
Béatrice Boury (par intérim) 16 mars 2015 [nom. 10]
Jean-Charles Watiez [8],[9] 16 décembre 2015 [nom. 11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. décret 2009-238 du 27 février 2009
  2. D'COL, l'accompagnement interactif du CNED - CNED
  3. [www.englishforschools.fr KIDS - l'univers dédié aux enfants - English for Schools]
  4. [PDF] « Le CNED, un établissement public d'enseignement inadapté à la formation en ligne », dans Le Rapport public annuel 2013, Cour des comptes, février 2013, p. 419–442.
  5. Patrick Fauconnier, « Enseignement à distance: l'incroyable fiasco du CNED », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne).
  6. Éric Wattez, « Cours à distance : Zéro pointé pour le Cned », Capital, no 260,‎ , p. 56-58 (lire en ligne).
  7. Point d'étape et programme d'action pour 2009 - Texte du discours de Xavier Darcos du 22 janvier 2009
  8. Jean-Charles Watiez – Directeur général – Toutes les nominations - Cadreo
  9. Jean-Charles WATIEZ surLinkedIn

Dans le Journal officiel de la République française (JORF), sur Légifrance :

  • Textes relatifs à l'organisation :
  • Décrets de nomination des directeurs généraux :
  1. Décret du 28 février 1986, JORF no 51 du 1er mars 1986, p. 3242.
  2. Décret du 2 décembre 1987, JORF no 282 du 5 décembre 1987, p. 14192, NOR MENB8700723D.
  3. Décret du 4 janvier 1991, JORF no 5 du 6 janvier 1991, p. 334, NOR MENB9003197D.
  4. Décret du 12 juillet 1993, JORF no 160 du 13 juillet 1993, p. 9911, NOR MENB9305500D.
  5. Décret du 27 janvier 2000, JORF no 25 du 30 janvier 2000, p. 1618, texte no 22, NOR MENB0000127D.
  6. Décret du 20 mars 2003, JORF no 70 du 23 mars 2003, p. 5259, texte no 20, NOR MENB0300582D.
  7. Décret du 20 juillet 2005, JORF no 169 du 22 juillet 2005, texte no 73, NOR MENB0501477D.
  8. Décret du 9 avril 2009, JORF no 85 du 10 avril 2009, texte no 52, NOR MENB0903169D.
  9. Décret du 1er août 2011, JORF no 178 du 3 août 2011, p. 13299, texte no 59, NOR MENB1110341D.
  10. Arrêté du 16 mars 2015, JORF no 82 du 8 avril 2015, texte no  33, NOR MENF1506838A.
  11. Décret du 17 décembre 2015, JORF no 294 du 19 décembre 2015, p. 23447, texte no 66, NOR MENB1530740D.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]