Édouard Michelin (1859-1940)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Édouard Michelin.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Michelin.

Édouard Etienne Michelin

Naissance
Clermont-Ferrand
Décès (à 81 ans)

Édouard Etienne Michelin est un industriel français. Il est né le 23 juin 1859 à Clermont-Ferrand et décédé le 25 août 1940[1]. Son nom est lié, avec celui de son frère André Michelin, à l'application du pneumatique aux cycles, aux motos, avions et à l'automobile.

Il épousera en 1894 sa belle-sœur Thérèse Wolff, fille d'un célèbre fabricant de pianos parisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jules Michelin, vérificateur des douanes, 41 ans en 1859, habitant Paris, 3ème ancien (3, rue Saint-Vincent de Paul, Paris, 10ème actuel) et de Adèle Louise Blanche Barbier, 30 ans en 1859, petit-fils d'Aristide Barbier, 59 ans en 1859, fabricant de machines à Clermont-Ferrand.

Élève de l'école des Beaux-Arts, il tente une carrière d'artiste-peintre comme son père Jules Michelin (1817-1870) avant d'être appelé par sa famille à redresser l'entreprise familiale fondée par Edouard Daubrée et Aristide Barbier après la révolution de 1830 à Clermont-Ferrand.

En 1889, il crée (ou plutôt rebaptise), avec son frère André, la société Michelin & Cie. En 1891, Édouard Michelin invente le pneumatique démontable pour les bicyclettes, système qu'il adapte à l'automobile en 1894. C'est le père du célèbre Bibendum Michelin qui décore des millions de véhicules dans le monde et suit chaque année les coureurs du Tour de France. Inventeur avec son frère des guides Michelin, il est à l'origine de la fabrication et de l'implantation des premières bornes kilométriques. Il a couru avec son frère plusieurs courses automobiles, pour montrer la fiabilité des pneumatiques.

L'entreprise a construit pendant la 1re guerre mondiale des centaines d'avions Bréguet-Michelin, qui ont contribué à la victoire en 1918. Avant ces faits d'armes, les frères Michelin avaient doté de nombreux concours de pilotes, de manière à créer une école française de pilotage. Parmi les concours d'aviation fondés par les frères Michelin, on peut citer la Coupe Michelin (160 000 francs de prix) qui récompense l'aviateur ayant parcouru la plus longue distance en circuit fermé sans escales, ou encore le Grand Prix Michelin (un prix de 100 000 francs) remis à l'aviateur qui, partant des départements de la Seine ou de Seine-et-Oise, viendra tourner autour de l'Arc de Triomphe, puis de la cathédrale de Clermont-Ferrand, avant de se poser au sommet du Puy-de-Dôme (1 465 mètres) dans un délai moindre de six heures[2].

La famille Michelin, en la personne de Pierre Michelin et de ses successeurs, prend le contrôle de Citroën en 1933 et le sauve de la faillite. Il en est resté le gérant jusqu'en 1976. Toutes les voitures mythiques ; Traction avant, 2CV, DS, SM, etc, ainsi que la Croisière jaune en Chine ont donc été réalisées sous le pilotage de Michelin. En 1976, la famille Michelin échange et vend ses titres contre des actions Peugeot, contribuant à créer PSA Peugeot Citroën.

Parti de la 30e place mondiale en 1960, Michelin s'est imposé en 20 ans (1979) comme le n°1 mondial du pneumatique, dépassant tous ses concurrents dont Goodyear, relégué aujourd'hui au 3e rang mondial. Michelin a une règle de base hors de France : obligation faite à tous les cadres expatriés de parler la langue du pays. Ainsi par exemple, tous les cadres expatriés de Nihon Michelin au Japon parlent le japonais.

Aujourd'hui, l'entreprise développée par les frères Michelin emploie plus de 110 000 salariés dans le monde, possède plus de 60 usines dans 28 pays et vend des pneus dans 187 pays au monde. Michelin est leader mondial des pneumatiques pour l'aviation (fournisseur des pneus du Concorde), les engins de chantier, les camions, les tramways, métros et michelines (transport urbain) et n°1 ou n°2 selon les années pour l'automobile.

À l'origine, l'entreprise a été créée en Auvergne à Clermont-Ferrand, où se trouve toujours le siège mondial de l'entreprise.

Le stade Marcel Michelin de Clermont-Ferrand accueille d'ailleurs les grands matches de Rugby à XV du club ASM, ex Association Sportive Michelin devenue Association sportive Montferrandaise puis ASM Clermont Auvergne. Le club, membre du Top 14, a donné de nombreux joueurs à l'équipe de France et l'équipe est aujourd'hui classée parmi les six meilleures équipes nationales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. .(en) « Automobilia », Toutes les voitures françaises 1940 - 46 (les années sans salon), Paris, Histoire & collections, vol. Nr. 26,‎ 2003, Page 25
  2. Les coupes Michelin Aero-mondo.fr