Marchais (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marchais.
Marchais
Le monument aux morts et l'église.
Le monument aux morts et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Sissonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Picarde
Maire
Mandat
Gérard Gaigne
2014-2020
Code postal 02350
Code commune 02457
Démographie
Gentilé Marchaisien, Marchaisienne
Population
municipale
376 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 04″ N 3° 49′ 03″ E / 49.5844444444, 3.817549° 35′ 04″ Nord 3° 49′ 03″ Est / 49.5844444444, 3.8175  
Altitude Min. 70 m – Max. 110 m
Superficie 15,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Marchais

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Marchais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marchais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marchais

Marchais est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Picardie.

Ses habitants sont les Marchaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

"Marchais" provient du mot latin 'mercasius" qui signifie marais, en effet ce village a longtemps été entouré de marécages, avant l'assèchement du bassin au XVIe siècle.

Le village possède le "Domaine du Prince ou Château de Marchais" habité par le Prince Albert Grimaldi de Monaco.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bernard Immery    
mars 2008[1] en cours
(au 12 mai 2014)
Gérard Gaigne   Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 376 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422 466 428 526 554 586 666 675 657
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
679 656 635 608 606 571 557 549 504
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
475 493 513 501 510 509 474 501 430
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
374 392 343 384 364 381 364 360 379
2011 - - - - - - - -
376 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Marchais fut construit vers 1540 par Nicolas de Longueval, comte de Bossut, surintendant des finances de François Ier, gouverneur de Champagne et de Brie. Il fut acheté en 1854 par l'épouse du prince Charles III de Monaco, la princesse Antoinette de Monaco, née Antoinette de Mérode-Westerloo. Il appartient toujours à la famille Grimaldi de Monaco.

Entouré d'une exploitation céréalière de sept cents hectares, un scandale éclata en 2005 quand on apprit que le prince Albert II de Monaco recevait près de 300 000 euros de subvention de la Politique agricole commune.

C'est dans cette propriété qu'en juin 1906, Maurice Léger s'installe pour mettre au point son prototype d'hélicoptère. Il décollera de 80 cm, avec un pilote à bord, le 13 juin 1907 et ses essais prometteurs s'arrêteront là.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 4 août 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :