Chamouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chamouille
Hôtel de ville et école de Chamouille
Hôtel de ville et école de Chamouille
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Craonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Francis Leaute
2014-2020
Code postal 02860
Code commune 02158
Démographie
Population
municipale
263 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 30″ N 3° 39′ 59″ E / 49.475, 3.66638888889 ()49° 28′ 30″ Nord 3° 39′ 59″ Est / 49.475, 3.66638888889 ()  
Altitude Min. 72 m – Max. 179 m
Superficie 3,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Chamouille

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Chamouille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamouille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamouille

Chamouille[1], est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Chamouille est située dans la région Picardie, au centre du département de l'Aisne. La commune appartient au canton de Craonne et à la Communauté de communes du Laonnois.

La commune se trouve à 9,6 km au nord-ouest du chef-lieu du canton, Craonne[2], à 10,9 km au sud-est de la ville préfecture, Laon[3], et à 117,7 km au nord-est de la capitale, Paris[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chamouille
Monthenault Bruyères-et-Montbérault Martigny-Courpierre
Pancy-Courtecon Chamouille Neuville-sur-Ailette
Pancy-Courtecon Cerny-en-Laonnois Neuville-sur-Ailette

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Entrée nord de Chamouille.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le centre-ville de Chamouille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été construit sur l'ancienne voie d'origine gauloise dite le chemin de Barbarie lequel venait de Metz passait à Verdun, Reims, Fismes et rejoignait Laon[5].

Au XIIe siècle les seigneurs de Chamouille portent le titre de vicomte épiscopal et de maréchal héréditaire du Laonnois.

En 1140, Valbert cède ses droits seigneuriaux à l'abbaye Saint-Vincent de Laon et, en 1184, le roi de France, Philippe Auguste, accorde aux habitants de Chamouille le droit d'entrer dans la fédération communale de Cerny.

Au XVIe siècle, le village est la propriété de la famille de Chambly, dont un certain Jacques de Chambly fut gouverneur de l'Acadie de 1673 à 1677.
Le village passe ensuite à la famille d'Espinay qui en est propriétaire jusqu'à la Révolution[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre Leclerc[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Services publics[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 263 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
180 203 203 217 218 214 225 221 224
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
210 207 215 201 192 197 193 207 214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
208 183 179 164 163 151 150 119 127
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
144 128 142 153 147 204 243 234 256
2011 - - - - - - - -
263 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Center Parc[modifier | modifier le code]

Le domaine du lac de l'Ailette.

Le « Domaine du Lac d'Ailette », situé à cheval sur le territoire des communes de Chamouille et de Neuville-sur-Ailette, est le troisième Center Parc français. Il a été ouvert au cours de l'automne 2007. Ce domaine touristique, d'une superficie de 84 hectares, est implanté dans un domaine forestier en bordure d'un lac de retenue de 140 hectares, construit sur l'Ailette, offrant 3 5 km de rives. Le domaine dispose d'un petit port de plaisance, de plages artificielle et d'une zone de sports et de loisirs couverte d'une surface 7 500 m2 offrant une trentaine d'activités différentes. La rive opposée du lac accueille le golf international de l'Ailette de 9 et 18 trous. Le lac est destiné à devenir une base d'entraînement pour pratiquants d'aviron de haut niveau[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Le lac de l'Ailette.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Chamouille.
  • L'église de Chamouille.
  • Le « domaine du Lac d'Ailette », troisième Center Parcs français.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2013).
  2. « Orthodromie entre Chamouille et Craonne », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 septembre 2013).
  3. « Orthodromie entre Chamouille et Laon », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 septembre 2013).
  4. « Orthodromie entre Chamouille et Paris », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 24 septembre 2013).
  5. Le chemin de Barbarie page 258 dans le Bulletin de la Société Académique de Laon
  6. Google Livres : Maximilien Melleville, Dictionnaire historique, généalogique et géographique du département de l'Aisne. Tome Ier, Paris, Laon, 1857
  7. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Matériel & Paysage N° 46 de mars 2008 page 47