Vivaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vivaise
Image illustrative de l'article Vivaise
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Rémi Simphal
2014-2020
Code postal 02870
Code commune 02821
Démographie
Population
municipale
765 hab. (2011)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 18″ N 3° 33′ 42″ E / 49.6216666667, 3.56166666667 ()49° 37′ 18″ Nord 3° 33′ 42″ Est / 49.6216666667, 3.56166666667 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 118 m
Superficie 9,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Vivaise

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Vivaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vivaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vivaise

Vivaise est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

L'association sportive et culturelle de Vivaise possède sept courts de tennis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vivaise s'établit jadis sur la voie romaine qui reliait Laon à Arras.

Au Moyen Âge, le prieuré de Vivaise était propriété du chapitre de Laon, qui exerçait sa seigneurie sur le village.

La proximité de Laon en a fait de nos jours un village résidentiel.

La passion des fleurs, partagée par toute la population vous enchantera. Il fait bon vivre à Vivaise où l'on peut pratiquer toute sortes de passions : sport, théâtre, lecture.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église du XIIe siècle. Cette belle église romane, construite en grès en 1162, est dédiée à saint Remi, évêque de Reims qui baptisa Clovis.

Elle est joliment entourée de fleurs et possède des vitraux répertoriés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1958[1] Émile Simphal    
1958[1] 6 juin 2008[1] Jean Simphal[2]   Fils du précédent
Décédé en fonction
12 septembre 2008[3] en cours
(au 12 mai 2014)
Remi Simphal   Fils du précédent
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Sports[modifier | modifier le code]

La création de l'ASCV remonte à 1971 ; l'initiative en revient à M. Jean Simphal, alors maire de la commune, à l'écoute de jeunes administrés passionnés de sport collectif, et soucieux de répondre à l'engouement pour le tennis[2].

La première salle couverte, jouxtant la salle des fêtes municipale est inaugurée le 15 mai 1971. La moquette revêtant le sol du hall couvert, vient d'être foulée par les meilleurs joueurs du monde, lors du Masters de Coubertin 1970. La société des tennis Jean Becker, assure la pose et la promotion tennistique de cette nouvelle surface.

Le sport est loisir majeur à Vivaise, équipes féminines et masculines de handball, de tennis, encadrées par des techniciens passionnés (MM. Beljean, Flamant, Piquet pour le hand, Boutet, Michel, Masson pour le tennis) occupent à plein les installations. Un deuxième court couvert, deux courts découverts et le logement de gardiennage répondent à la demande croissante des amateurs de tennis de loisir et de compétition. Le succès du tournoi de Laon a motivé la création d'un tournoi d'hiver, que le président et son épouse animent vigoureusement.

L'apogée de la fréquentation est atteinte dans les années 80, MM. Mauroy, Leger, professent, les équipes atteignent les premières divisions régionales, l'école de tennis, parallèlement au parcours scolaire, amène les jeunes à la compétition, et, à défendre les couleurs du Club.

La section gymnastique animée par Mme Marizy se développe.

La décennie 90 voit une réelle mutation dans le jeu. Le tennis change de dimension, le matériel, la préparation physique, technique et mentale font évoluer, pour le haut niveau, un sport élégant vers un combat toujours passionnant mais plus exigeant.

Avec la venue de M. J.P.MICHEL, BE Tennis, M. R. MESNARD, secrétaire général à partir de 1994, fait évoluer les postes d'enseignants, formalise la relation entre l'ASCV et la commune. La section badminton prend place sur le 4e court, tandis que le revêtement des courts 1 et 2 est remplacé.

Mme M.J. PINSON anime désormais une section nommée Fitness. M. V. SIMAR devient emploi-jeune fin 1999. Une équipe dirigeante rajeunie prend le relais à l'aube des années 2000. Le club-house Tennis est rénové.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 765 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140 179 173 206 257 277 264 237 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250 229 248 220 261 234 247 244 255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
270 262 277 204 249 214 222 236 263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
255 292 448 660 704 702 759 765 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vitrail vivaise.jpg
Eglise de Vivaise.jpg

ÉGLISE SAINT-REMI-DE-VIVAISE

Bâtie en 1262 sur l'antique chaussée gauloise de Laon à Arras à 7 km de Laon.

Dédiée à saint Rémi, évêque de Reims, né à Laon en 438.

Le prieuré de Vivaise était propriété du chapitre de Laon qui exerçait la seigneurie temporelle sur le village

(Vivaise comptait en 1836, 277 habitants).

Les 17 vitraux, objets de dons, ont été édifiés dans les années 1980.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c M.-C.L., « Vivaise (Aisne) : Nécrologie - Maire depuis 50 ans, Jean Simphal est décédé », L'union l'Ardennais,‎ 7 juin 2008 (lire en ligne).
  2. a et b « Vivaise : Le stade est baptisé Jean-Simphal », L'union l'Ardennais,‎ 22 juillet 2009 (lire en ligne).
  3. Stéphane Massé, « Vivaise : Rémi perpétue la tradition Simphal », L'union l'Ardennais,‎ 15 septembre 2008 (lire en ligne).
  4. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 12 août 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011