Crépy (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crépy.
Crépy
Blason de Crépy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Laon
Maire
Mandat
Pierre Vivenot
2008-2014
Code postal 02870
Code commune 02238
Démographie
Population
municipale
1 921 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 18″ N 3° 30′ 53″ E / 49.605, 3.51472222222 ()49° 36′ 18″ Nord 3° 30′ 53″ Est / 49.605, 3.51472222222 ()  
Altitude Min. 63 m – Max. 183 m
Superficie 27,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Crépy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Crépy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crépy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crépy

Crépy, anciennement « Crépy-en-Laonnois », est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une Charte de commune est accordée en 1184 par le roi Philippe Auguste.

Un traité de paix, la trêve de Crépy-en-Laonnois, y fut signé entre Charles Quint et François Ier en 1544.

Ville prise par les Anglais en 1373, les Bourguignons, puis les Armagnacs en 1418, les Bourguignons de nouveau en 1420, les Calvinistes en 1568, les Ligueurs en 1590.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux trois épis de blé tigés et feuillés d'or passés en pal et en sautoir, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre Vivenot[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 921 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 146 1 339 1 295 1 306 1 463 1 518 1 567 1 654 1 528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 475 1 634 1 758 1 717 1 713 1 686 1 706 1 665 1 711
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 648 1 560 1 531 1 594 1 414 1 272 1 336 1 388 1 689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 567 1 534 1 441 1 543 1 574 1 710 1 821 1 832 1 921
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques :

  • Église Saint-Pierre, classée MH en 1921 de construction composite du XIIe au XVIIe siècle. À l'intérieur, outre des boiseries, on peut y voir un tableau qui représente un Christ en croix. Ce tableau est un élément d'un retable du XVIIIe siècle.

Sites :

  • Les remparts : talus entourant le village, ancien système de défense, aujourd'hui planté de pommiers à cidre
  • Le lavoir dit du Parlement
  • L'abreuvoir du Fer à cheval

Les Monts :

  • Kennedy, rendu célèbre par son monument érigé à la mémoire des frères Kennedy
  • L'Ermitage, propriété communale en partie cultivée
  • La Tombelle qui abrite une ancienne champignonnière ; tumulus et vestiges celtiques
  • Les Avrilmonts où est situé le réservoir d'eau qui alimente la commune et plusieurs villages limitrophes

Ses hameaux :

  • Vertefeuille, à 3 kilomètres vers Saint-Quentin
  • Les fermes de But et Dandry
  • Le Morieulois et Bellevue

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Dewoitine, né à Crépy le 27 septembre 1892. Industriel français, constructeur aéronautique qui à partir de 1920 a développé un grand nombre d'avions aussi bien civils que militaires.
    D'importantes usines implantées à Toulouse ont produit plus d'une cinquantaine de modèles différents jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
  • Paul Henri Milloux (13 avril 1898 - 28 juin 1980). Élu membre non résidant de l'Académie des sciences le 11 mai 1959 (section de géométrie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Le canon qui bombarda Paris
  5. La grosse Bertha

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :