Abbaye de Vauclair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vauclair.
Abbaye de Vauclair
Image illustrative de l'article Abbaye de Vauclair
Ruines de l'abbaye de Vauclair en 2005

Nom local Vauclerc
Diocèse Laon
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) LXXVII (77)[1]
Fondation 23 mai 1134
Dissolution 1791
Abbaye-mère Clairvaux
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles 163 - Le Reclus (1142-1791)
396 - La Charmoye (1167-1791)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style Art roman / Art gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1970)
Logo monument historique Classé MH (2009)[2]

Coordonnées 49° 27′ 11″ N 3° 44′ 45″ E / 49.45315, 3.74586 ()49° 27′ 11″ Nord 3° 44′ 45″ Est / 49.45315, 3.74586 ()  [3]
Pays Drapeau de la France France
Province Île-de-France
Région Picardie
Département Aisne
Commune Bouconville-Vauclair

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye de Vauclair

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Vauclair

L'abbaye de Vauclair (ou aussi Vauclerc) est une abbaye qui fut fondée en 1134 par saint Bernard de Clairvaux à la demande de Barthélemy de Jur, l'évêque de Laon auquel il était apparenté.

Elle fut construite à une quinzaine de kilomètres au sud de Laon dans la vallée de l'Ailette au pied du versant nord du Chemin des Dames (Aisne), sur un lieu où se trouvait déjà une église et que l'évêque céda à saint Bernard avec tous ses droits et dépendances. Elle est située dans la commune de Bouconville-Vauclair dans l'Aisne. L'Abbaye fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 janvier 1970[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruines du colombier de Vauclair.

Le 23 mai 1134, un groupe de moines de la communauté de l'abbaye de Clairvaux avec à sa tête l'Anglais Henri Murdac, prit possession de cette nouvelle abbaye cistercienne, la quinzième fille de Clairvaux.

Située dans une vallée orientée d'est en ouest, saint Bernard lui donna le nom de Vauclair (Vallis clara), nom inversé de l'abbaye mère (Clara vallis). Aidée par les dons de riches familles, l'abbaye prospéra rapidement en se dotant de nombreuses terres et fermes.

En 1142, à l'initiative de saint Bernard et de Hatton, évêque de Troyes, l'abbaye Notre-Dame du Reclus, au nord de Sézanne, fut mise sous la tutelle de Vauclair. En 1167, à la demande d'Henri Ier le Libéral, comte palatin de Champagne, l'abbaye de Vauclair donna naissance à l'abbaye Notre-Dame de la Charmoye non loin d'Épernay.

La guerre de Cent Ans et les ligues du XVIe siècle firent beaucoup de mal à la communauté qui réussit tout de même à survivre jusqu'à la Révolution française de 1789 quand elle fut définitivement démantelée, et vendue comme "bien national".

Sa situation géographique à proximité immédiate du Chemin des Dames a conduit à la destruction presque totale des bâtiments en 1917 sous les feux direct de l'artillerie. Il ne reste plus aujourd'hui que des vestiges.

Suite à des fouilles[5] entreprises en 1966 par une association locale sous la conduite d'un jeune jésuite belge, le père René Courtois - un amoureux de l'abbaye qui y vécut de 1966 à sa mort en 2005 - le site est classé monument historique en 1970[2]. L'ensemble des vestiges actuels reste cependant majestueux quand on se représente la taille des édifices détruits. Avec les ruines, on peut y voir un arboretum composé principalement de pommiers et de poiriers d'antan, et un jardin de plantes médicinales conçu par le père Courtois et inauguré en 1976.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 125.
  2. a et b « Notice no PA00115546 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Vauclair », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 16 avril 2014).
  4. « Notice no PA00115546 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Page 390 dans Archéologie médiévale

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dany Sandron, Picardie gothique Autour de Laon et Soissons L'architecture religieuse, Éditions Picard, Paris, octobre 2001, 445p., pp.425-432, (ISBN 2-7084-0607-8).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]