Berrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berrieux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Craonne
Intercommunalité Communauté de communes du Chemin des Dames
Maire
Mandat
Gilles Payen
2014-2020
Code postal 02820
Code commune 02072
Démographie
Population
municipale
181 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 19″ N 3° 50′ 56″ E / 49.4886111111, 3.84888888889 ()49° 29′ 19″ Nord 3° 50′ 56″ Est / 49.4886111111, 3.84888888889 ()  
Altitude Min. 72 m – Max. 159 m
Superficie 4,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Berrieux

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Berrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berrieux

Berrieux est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Les habitants de Berrieux se nomment Berrieusiens et Berrieusiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village, situé sur le flanc ouest des collines du Laonnois, en face de la plaine débouchant sur la Champagne, a une double identité, l'une tournée vers la forêt, l'autre vers la plaine et l'agriculture. Berrieux, bâti sur la chaussée gauloise de Fismes au Gros-Dizy, est à 25 km. à l'est de Laon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Berrieux serait très ancien. Selon le chroniqueur Jacques de Guise, il fut bâti 600 ans avant l'ère chrétienne par Ursa, reine des Belges, quand elle soumit les Rémois.

Son origine gauloise est attestée. On en retrouve la mention dans la Guerre des Gaules de César, lors de la bataille dite du « camp de César » (village de Saint-Thomas). Berrieux était alors situé à l'est de la grande « Forêt de Voas », dont les forêts de Vauclair et de Saint-Gobain sont les restes épars.

Les habitants de Berrieux furent affranchis du servage en 1194, par Verric, abbé de Lobbes, et rassemblés une seule et même commune avec ceux de Saint-Erme, Outre, Ramecourt et Goudelancourt.

Berrieux dépendait autrefois de la généralité de Soissons, des bailliage, élection et diocèse de Laon.

Lors de la Première Guerre mondiale, Berrieux était situé sur la ligne de front entre les forces françaises et allemandes. Le village sera entièrement détruit, puis reconstruit après guerre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Berrieux semble avoir une origine gallo-romaine, ber en celtique signifiant "baron" et rieu (rivus), vue.

« Berriacus » en 1081 ; « Bairu » en 1125 et en 1190 ; « Berriu » en 1194.

Seigneurs de Berrieux[modifier | modifier le code]

  • 1172-1176. Vaucher de Berrieux.
  • 1192. Gobert de Berrieux / Theodoric de Berrieux
  • 1194. Jean de Montchâlons, sire de Berrieux
  • 1230. Gobert II de Montchâlons, sire de Berrieux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1848 1870 Nicolas Stanislas Payen[1]   (1801-1890)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Philippe Huart    
mars 2008[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Gilles Payen   Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 181 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
401 472 486 492 529 522 504 481 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
516 505 480 412 389 385 384 386 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
369 344 348 191 244 210 202 173 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
182 162 142 166 162 161 164 181 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Cyr et Sainte-Juliette
  • Fontaine dite de la « Barzibu », vraisemblablement liée à un ancien rite de fécondité pré-chrétien.
  • Fontaine de Saint-Cyr[6]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monsieur Gilles Payen, maire depuis 2008.

Monsieur Sébastien Huriez, président de la Saint-Cyrienne, association sportive et culturelle depuis 2009. Membre du comité départemental de l'UMP dans la 1ère circonscription.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village de Berrieux possède un gîte rural, « les jardins Monsieur ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. lavieremoise.free.fr
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 26 juillet 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Site de la communauté de communes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :