Rivière-sur-Tarn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière (homonymie).
Rivière-sur-Tarn
Image illustrative de l'article Rivière-sur-Tarn
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Peyreleau
Intercommunalité Communauté de communes de Millau Grands Causses
Maire
Mandat
Bernard Pourquié
2014-2020
Code postal 12640
Code commune 12200
Démographie
Gentilé Riviérois(e)
Population
municipale
1 053 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 21″ N 3° 07′ 54″ E / 44.1892, 3.131744° 11′ 21″ Nord 3° 07′ 54″ Est / 44.1892, 3.1317  
Altitude Min. 372 m – Max. 880 m
Superficie 26,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Rivière-sur-Tarn

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Rivière-sur-Tarn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rivière-sur-Tarn

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rivière-sur-Tarn

Rivière-sur-Tarn est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sévérac-le-Château Rose des vents
Verrières N Mostuéjouls
O    Rivière-sur-Tarn    E
S
Compeyre La Cresse Peyreleau

Site[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1878 1881 Pierre-Basile Laur    
1881 1884 Adolphe de Pastorel   Receveur des postes
1884 1888 Pierre-Basile Laur    
1888 1890 Raymond Fabre    
1890 1904 Félix Julien   Notaire
1904 1908 Firmin Fabre    
1908 1919 Félix Julien   Notaire
1919 1925 Paul Guibert    
1925 1939 Paul Laur   Industriel fromager à Roquefort
1939 1959 Marcel Andrieu    
1959 1976 Léopold Laur   Ingénieur retraité, conseiller général de Peyreleau
1976 2008 Pierre Bloy    
2008 en cours Bernard Pourquié    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 053 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
960 1 134 1 571 1 605 1 721 1 309 1 235 1 329 1 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 301 1 268 1 226 1 255 1 368 1 260 1 191 1 125 1 047
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
956 956 902 832 860 811 818 814 716
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
674 657 625 711 757 961 1 013 1 027 1 053
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Peyrelade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Peyrelade.

 Inscrit MH (1998)[3]

Le château de Peyrelade est une forteresse médiévale bâtie sur un éperon rocheux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Fontaine-abreuvoir[modifier | modifier le code]

Il ne reste qu'une seule fontaine-abreuvoir. À l'origine 3 fontaines abreuvoirs existaient dont la construction fut décidée le 13 octobre 1895.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Laurent Debaene : cycliste, ex-membre des équipes de France Juniors route et cyclo cross, triple vainqueur de la Coupe de France Cyclosport 2007, 2008, 2009. Multiples champions Midi-Pyrénées, plus de cent victoires toutes épreuves confondues.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Portalier, Les Gorges et la vallée du Tarn, Riviere-Peyrelade, Millau 1972
  • Frédéric Laur, Le compoix terrien de Peyrelade de 1667, (mémoire droit) Montpellier 1981
  • P. Dumas et M. Vaissiere, Les brigands du Bourg, des chouans de l'Aveyron, Millau 2000
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Bloy), Peiralèu : La Cressa, Mostuèjols, Ribièira, La Ròca, Sent-Andriu, Vairau / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Peiralèu, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1999, ill., couv. ill. ; 28 cm, 270 p. (ISBN 2-907279-43-2, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37108861)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]