Belmont-sur-Rance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belmont.
Belmont-sur-Rance
Village dominé par la collégiale Notre-Dame
Village dominé par la collégiale Notre-Dame
Blason de Belmont-sur-Rance
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Belmont-sur-Rance (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Belmontais
Maire
Mandat
Monique Aliès
2014-2020
Code postal 12370
Code commune 12025
Démographie
Gentilé Belmontais
Population
municipale
987 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 04″ N 2° 45′ 21″ E / 43.8177777778, 2.75583333333 ()43° 49′ 04″ Nord 2° 45′ 21″ Est / 43.8177777778, 2.75583333333 ()  
Altitude Min. 394 m – Max. 854 m
Superficie 44,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Belmont-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Belmont-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belmont-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belmont-sur-Rance

Belmont-sur-Rance est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Combret Rebourguil Montlaur Rose des vents
Laval-Roquecezière N Camarès
O    Belmont-sur-Rance    E
S
Saint-Sever-du-Moustier Murasson Mounes-Prohencoux

Site[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune constitue une partie sud du Massif central traversée par le Rance.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes officielles de Belmont-sur-Rance

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De sinople au mur d'enceinte crénelé d'argent maçonné de sable, mouvant de la pointe et des flancs, ouvert du champ, sommé de deux tourelles aussi d'argent maçonnées aussi de sable, l'ouverture chargée d'une mitre d'or; ledit mur surmonté, entre les deux tourelles, d'une couronne de vicomte du même perlée d'argent[1].

Autres armes de Belmont-sur-Rance

Il semble qu'il existe un autre blason pour la ville, qui se blasonne ainsi :

De gueules à un mont à six coupeaux d'or accompagné en chef de deux étoiles du même[réf. nécessaire].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine est attestée par des statues-menhirs préhistoriques découvertes au XIXe siècle siècle dans la région.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Belmont apparaît dans l'histoire avec la fondation de abbaye de Belmont-sur-Rance de l'ordre bénédictin au IXe siècle. Au Xe siècle, le patron de l'abbaye était la maison Trencavel. Deux actes de donation, en 1147 et 1185, rappellent cette concession du Xe siècle. Ce patronage a permis à cette famille de contrôler le sud-ouest du Rouergue grâce aux serments de fidélité qui leur sont donnés pour de nombreux châteaux[2]. L'abbaye Notre-Dame de Belmont-sur-Rance est alors considérée comme le sanctuaire dynastique de la famille Trencavel. En juillet 1185, le vicomte et sa femme font une donation en sa faveur[3]

À la demande de Raimond Trencavel, le pape Eugène III accepte la fondation d'une collégiale chanoines de l'ordre de Saint-Augustin en 1146.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

S’établit ensuite sur le même lieu un collège de chanoines qui obéissaient à la règle de St-Augustin. À la tête de ce collège, un prévôt gérait les affaires religieuses et les affaires du bourg constitué autour du monastère.

L’un de ces prévôt, Michel de Pontault, qui portait le titre de protonotaire du Saint-Siège, prend la responsabilité de faire reconstruire la collégiale entre 1515 et 1524, pour le prix de 1000 livres par le maître maçon d'Albi, Pierre Balanguier[4]. Cette reconstruction a dû être rendu nécessaire par le développement de la ville et l’augmentation de la population. La période de prospérité que connaissait la région, et Beaumont-en-Rouergue (comme on l’appelait alors), grâce à ses relations avec le Languedoc et l’Albigeois, a permis de financer cette réalisation.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Puis vient une période de déclin qui a duré jusqu'en 1816 date à laquelle la ville retrouve son rayonnement grâce à l’établissement d’un Petit-Séminaire.

Belmont était aussi au printemps un lieu de foire où se vendent des milliers d'ovins qui allaient prendre leur pâturage d'été sur les Causses et des quintaux de laine.

Belmont a pris le nom de Belmont-sur-Rance en 1919.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 2001 Albert Aliès DVD  
mars 2001 en cours Monique Aliès [5] DVD Conseillère générale
Les données manquantes sont à compléter.

Le parc naturel régional des Grands Causses collabore à l'administration de cette commune en ce qui concerne l'environnement naturel.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 987 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 450 1 561 3 414 2 223 2 151 1 517 1 546 1 479 1 637
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 693 1 788 1 915 1 706 1 745 1 522 1 642 1 540 1 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 381 1 354 1 363 1 255 1 185 1 130 1 159 1 226 949
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
922 877 794 883 1 021 1 006 1 012 1 012 987
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Équipements[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Albert Aliès (1926-2001), maire de Belmont de 1965 à 2001 et conseiller général du canton de Belmont de 1967 à 2001[8].
  • Les frères Bec : Justin (1900-1977), Albert (1910-1984), Joseph (1914-1986), Paul (1917-1987) et Émile (1921-2005), fondateurs de l'entreprise du même nom[9].

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Belmont-sur-Rance.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Albert Aliès), Bèlmont : Montlaur, Monés-Proencós, Murasson, Reborguil, Sent-Sever / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Bèlmont, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1999, ill., couv. ill. ; 28 cm, 256 p. (ISBN 2-907279-44-0, ISSN 1151-8375, lien notice BnF?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Banque du Blason
  2. Hélène Débax, La féodalité languedocienne, XIe-XIIe siècles. Serments hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, p. 274, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2003 (ISBN 2-85816-651-X) Extrait
  3. Sous la direction de Daniel Le Blévec, Les cartulaires méridionaux, p. 138, Librairie H. Chambion (Études et rencontres de l'École des Chartes), Paris, 2006 (ISBN 978-2-900791-80-6) Extrait
  4. Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante en Rouergue, Languedoc, p. 76, Éditions Créer, Nonette, 2003 (ISBN 2-909797-85-6) Extrait
  5. Site des maires de l‘Aveyron-liste des maires (doc pdf)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  8. « L'abbé Albert Aliès n'est plus » ladepeche.fr 16 novembre 2001
  9. L'œuvre des frères Bec par André Bec et Martine Pilate, aux éditions Les Presses littéraires, avril 2009.
  10. « Notice no PA00093964 », base Mérimée, ministère français de la Culture