Gissac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gissac
Image illustrative de l'article Gissac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Camarès
Intercommunalité Communauté de communes du Rougier de Camarès
Maire
Mandat
Michel Arvieu
2014-2020
Code postal 12360
Code commune 12109
Démographie
Gentilé Gissacois(e)
Population
municipale
113 hab. (2011)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 50″ N 2° 55′ 57″ E / 43.8472222222, 2.9325 ()43° 50′ 50″ Nord 2° 55′ 57″ Est / 43.8472222222, 2.9325 ()  
Altitude Min. 351 m – Max. 769 m
Superficie 31,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Gissac

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Gissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gissac

Gissac est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées, elle appartient à la Communauté de communes du Rougier de Camarès.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vabres-l'Abbaye Saint-Affrique Versols-et-Lapeyre Rose des vents
Montlaur N Saint-Félix-de-Sorgues
O    Gissac    E
S
Camarès Sylvanès

Site[modifier | modifier le code]

La commune de Gissac se trouve entre les vallées de la Sorgues, du Dourdou et du Grauzou (où ce dernier prend sa source), à une vingtaine de kilomètres au Sud de Saint-Affrique.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Site occupé à l'époque romaine.
  • Le village s'appelait Jenciacium (1133).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours Roger Cremien   Enseignant retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 113 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
165 159 816 809 388 410 405 392 397
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
420 410 431 440 446 432 438 345 307
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
334 320 245 255 254 243 208 184 154
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
146 117 152 139 97 110 114 113 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Montaigut[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Montaigut.

 Inscrit MH (1987)[3]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Château de Gissac[modifier | modifier le code]

Ce château date du XIXe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Divers[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains (sarcophages, autel de Saint-Étienne).
  • Source minérale à Andabre.
  • Anciennes mines de gypse.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. M. le Conseiller général), Lo Pont : Arnac, Brusca, Faiet, Gissac, Melagas, Montanhòl, Pèus-e-Cofolèus, Silvanés, Tauriac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Camarés, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 2000, ill., couv. ill. ; 28 cm, 320 p. (ISBN 2-907279-50-5, ISSN 1151-8375, lien notice BnF?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]