Peugeot J7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir J7.
Peugeot J7
Peugeot J7

Marque Drapeau : France Peugeot
Années de production 1965–1980
Production 336 220 exemplaires
Classe Utilitaire
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne essence et diesel
Cylindrée Essence: 1 468, 1 618 et 1 796 cm³
Diesel: 1 948, 2 112 et 2 304 cm3
Puissance maximale Essence: 52 à 65 ch - Diesel: 48 à 66,5 ch
Couple maximal Essence: 104 à 131 Nm
Transmission Traction avant
Poids et performances
Poids à vide 1 800 kg
Vitesse maximale 100 km/h
Consommation mixte de 10 à 13 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Fourgon (à partir de 8,7 m³), minibus, pick-up, bétaillère et châssis-cabine
Dimensions
Longueur 4 740 mm
Largeur 2 000 mm
Hauteur 2 350 mm
Empattement 2 500 mm
Chronologie des modèles
Précédent Peugeot D4 Peugeot J9 Suivant

Le J7 est un fourgon vendu par Peugeot à partir de juin 1965. Il est fabriqué chez Chausson comme le précédent fourgon D4B et, en petites séries, chez Heuliez.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Peugeot J7 est une camionnette assez compacte (4,74 m)[1] de type cabine avancée, si bien que l'on peut se pencher sur le moteur depuis le siège conducteur. Elle existe avec des motorisations essence ou diesel.

La traction avant du J7 impose un rayon de braquage plus limité qu'un véhicule à propulsion, en revanche elle permet un seuil de chargement très bas encore amélioré par la suspension à quatre roues indépendantes (pas d'essieu arrière rigide à l'instar des fourgons actuels). Le volume aménageable important pour une camionnette de ces dimensions et l'excellente fiabilité ont fait du J7 le choix de nombreux professionnels à l'époque. Le J7 a la particularité d'avoir des portes de cabine coulissantes qui permettent de rouler portes ouvertes.

Histoire et versions[1][modifier | modifier le code]

Le J7 est d'abord proposé en fourgon de 1 400 kg de charge utile. Les premiers modèles se reconnaissent à leurs roues de la même couleur que la carrosserie avec des moyeux coniques avant proéminents et à leurs six feux ronds à l'arrière. Les petits feux avant proviennent de la 204.

  • La gamme se complète rapidement d'un fourgon 1 800 kg (septembre 1965), d'un fourgon vitré et d'un minibus (octobre 1965).
  • Les ambulances, bétaillères (le van à chevaux par Théault à Avranches ou Heuliez est aujourd'hui très recherché en occasion) et pick-up arrivent début 1966.
  • En septembre 1967, la trappe d'accès au bouchon de radiateur disparaît, on ne peut désormais l'atteindre qu'en basculant la calandre. Une nouvelle planche de bord à deux cadrans ronds fait son apparition et un servo-frein est désormais disponible en option ou en série en fonction des modèles.
  • En septembre 1970, les versions essence passent de 1,5 et 1,6 litre et de 1,6 et 1,8 litre.
  • Pour 1974, le J7 adopte des freins à disques à l'avant tandis que les versions Confort (cars, ambulances...) voient leur calandre spéciale remplacée par la même que les autres modèles avec un Lion héraldique supplémentaire.
  • En septembre 1975, une nouvelle planche de bord rectiligne avec un combiné d'origine 104 et un volant à quatre branches issu de la 504 prennent place.
  • Pour 1978, les versions diesel de 1,9 et 2,1 litre passent à 2,1 et 2,3  litres.

Fin 1980, le Peugeot J7 est supprimé. Il est remplacé par le J9.

Chiffres de production[1][modifier | modifier le code]

Le J7 toutes versions confondues (tôlé, car, ambulances ...) sera produit de 1965 à 1980 à 336 220 exemplaires.

Moteurs[1][modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, le J7 est équipé de deux motorisations de base, une essence (Peugeot 404) et une diesel (Indenor) dont la cylindrée va évoluer avec le temps ou selon les versions (les J7 1 800 kg disposant d'un plus gros moteur que les J7 1 400 kg).

Fourgon 1 400 kg[modifier | modifier le code]

Peugeot J7

Essence[modifier | modifier le code]

  • 1 468 cm³, 52 ch (8 CV fiscaux)
  • 1 618 cm³, 58 ch (8 CV fiscaux), à partir des modèles 1971.

Diesel[modifier | modifier le code]

  • 1 948 cm³, 48 ch (7 CV fiscaux)
  • 2 112 cm³, 62 ch (7 CV fiscaux), à partir des modèles 1978.

Fourgon 1 800 kg[modifier | modifier le code]

Essence[modifier | modifier le code]

  • 1 618 cm³, 58 ch (8 CV fiscaux)
  • 1 796 cm³, 65 ch (9 CV fiscaux), à partir des modèles 1971.

Diesel[modifier | modifier le code]

  • 2 112 cm³, 62 ch (7 CV fiscaux)
  • 2 304 cm³, 66,5 ch (8 CV fiscaux et quatrième rapport allongé), à partir des modèles 1978.

Teintes de carrosserie[modifier | modifier le code]

Le J7 sera disponible en bleu Tahiti ou gris perle pour les fourgons 1 400 kg et 1 800 kg ainsi qu'en vert émeraude ou beige pour le car.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Revue Technique Automobile Peugeot J7

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Revue Technique Automobile n°358, Peugeot J7 essence 1965-1980, éditions E.T.A.I.
  • Revue Technique Automobile n°71, Peugeot J7 Diesel 1965-1980, éditions E.T.A.I.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :