Peugeot 605

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peugeot 605
Peugeot 605

Marque Drapeau : France Peugeot
Années de production 1989 - 1999
Production 252 185 exemplaires
Classe Grande Routière
Moteur et transmission
Énergie Essence et Diesel
Moteur(s) Essence
1.8 82/90
2.0 115/123/130/135/145/150ch
V6 3.0 170/194/200cv

Diesel
2.1 83/110cv
2.5 130cv

Position du moteur Avant
Puissance maximale 83 à 200 ch
Transmission Traction
Poids et performances
Poids à vide 1 410 à 1 650 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 4 portes
Châssis Peugeot 605
Citroën XM
Dimensions
Longueur 4 765 mm
Largeur 1 800 mm
Hauteur 1 440 mm
Volume du coffre 500 dm3
Chronologie des modèles
Précédent Peugeot 505 Peugeot 607 Suivant

La Peugeot 605 est une berline routière produite par le fabricant français Peugeot entre 1989 et 1999 à 252 185 exemplaires. Elle fut pendant 10 ans le haut de gamme Peugeot.

La 605 partage la plate-forme de la Citroën XM. Elle succède à la fois à la 604, dont la production avait cessé quelques années auparavant, et à la Peugeot 505 qui a été remplacée par deux modèles, la 405, plus petite, et donc le modèle haut de gamme 605.

Berline classique tricorps typiquement Peugeot, la 605 devait être initialement dessinée par Pininfarina, mais la sortie de la Renault 25 phase 2 pousse Peugeot à sortir son haut de gamme plus vite que prévu et abandonne donc ce projet. On retrouve toutefois une petite touche Pininfarina par l'intermédiaire de la ligne latérale dans la carrosserie.

Historique[modifier | modifier le code]

Les constructeurs français généralistes (Citroën, Peugeot et Renault) ont toujours lutté pour s'imposer sur le segment des berlines routières haut de gamme, surtout en dehors de leur pays d'origine, et la 605 ne fait pas exception à la règle, elle se place en rivale des Opel Omega, BMW série 5 et autres Audi 100. Peugeot mise comme souvent sur le classicisme, le confort et les qualités routières, le châssis de la 605 ayant souvent été cité comme faisant partie des références du moment. Elle connaît des problèmes de fiabilité, en particulier sur ses fonctions électriques, lors de ses premiers mois de commercialisation. En effet, par un équipement complet (direction à assistance variable évoluée, sièges électriques chauffants, suspensions pilotées, OBD etc.) la 605 battait des records de longueur de faisceaux électrique et de câblage. Des problèmes de fiabilité également présents sur les Citroën XM. Le bon démarrage commercial de la grande Peugeot est mis en péril et ses défauts de fabrication ne font pas bonne impression auprès de la clientèle de ce marché conservateur et impitoyable dominé par la rigueur des allemandes et le flegme des anglaises. Des campagnes de mise à niveau sont effectuées et un restylage remet la berline au goût du jour. Trop tard, l'étiquette de voiture à problèmes est solidement collée à la 605 qui ne se vendra finalement pas beaucoup. Toutefois, son excellente plateforme sera en grande partie reprise sur sa remplaçante, la 607. Dans sa version haut de gamme, elle est motorisée à sa sortie par des V6 12 et 24 soupapes développant respectivement 170 et 200 ch. Ces motorisations lui apportent des performances dignes des meilleures voitures françaises. Le 0 à 100 km/h est effectué en 8,9 s pour la 12 soupapes et 8,4 s pour la 24 soupapes. Ils sont complétés par des motorisations plus modestes dont le 2 litres de 115 ch (carburateur) ou de 130 ch (injection). Ils seront épaulés en 1993 d'un autre 2 litres de 123 ch ou bien de 145 ch. C'est en 1997 qu'arriva le nouveau V6 de 194 ch qui officie encore dans la 607. Les diesels ne comptent que des quatre cylindres. La gamme comprend un 2,1 litres diesel atmosphérique de 83 ch de la SLd et le 2,1 litres turbo diesel de 110 ch de la SLdt. Ils seront complétés par un 2.5 turbo de 130 ch en 1995 offrant enfin de bonnes performances aux moteurs diesel.

La voiture n'a pas connu le succès à cause de la mauvaise réputation des premiers modèles et de la concurrence germanique, leader du segment.

Modèles restylés en 1995[modifier | modifier le code]

À gauche, la 605 série 1 ( 1990 à 1994 ), À droite la 605 série 2 ( 1995 - 1999 )

Dès les modèles 1995, Peugeot a opéré quelques changements mineurs sur la carrosserie et à l'intérieur, qui changent néanmoins le style de l'auto sous certains angles.

Sur la carrosserie, on notera l'ensemble des optiques, les boucliers avant et arrière, également le retrait de l'autocollant noir sur le montant de la porte avant, laissant apparaître le ton carrosserie.

À l'intérieur, sont remplacés les boutons de commande du tableau de bord, et le volant accueille notamment un coussin gonflable de sécurité (« airbag »), et quelques revêtements.

Motorisations[modifier | modifier le code]

Le V6 12 soupapes de la 605

Durant sa carrière, la 605 a connu bon nombre de moteurs et finitions différentes, bénéficiant sans cesse des dernières innovations de la marque.

  • Moteurs au lancement de la berline :
    • 2.0 (1 998 cm³) 4 cylindres essence 8 soupapes, 115 ch à 5 800 tr/min et 16,8 mkg à 2 250 tr/min. Finition SL.
    • 2.0i (1 998 cm³) 4 cylindres essence 8 soupapes, 130 ch à 5 600 tr/min et 18,2 mkg à 4 800 tr/min. Finition SRi.
    • 3.0 (2 963 cm³) 6 cylindres en V à 90° essence 12 soupapes, 170 ch à 5 600 tr/min et 24,5 mkg à 4 600 tr/min. Finition SR3.0.
    • 3.0 24v (2 975 cm³) 6 cylindres en V à 90° essence 24 soupapes, 200 ch à 6 000 tr/min et 26,5 mkg à 3 600 tr/min. Finition SV 24.
    • 2.1 Turbo D (2 088 cm³) 4 cylindres diesel 12 soupapes, 110 ch à 4 300 tr/min et 26 mkg à 2 000 tr/min. Finitions SLdt, SRdt ou SVdt.
  • 1991
    • 2.1 d (2 138 cm³) 4 cylindres diesel 12 soupapes, 83 ch à 4 600 tr/min et 15 mkg à 2 000 tr/min. Finitions SLd ou SRd.
  • 1993
    • 2.0 (1 998 cm³) 4 cylindres essence 8 soupapes, 123 ch à 5 750 tr/min et 18,3 mkg à 2 750 tr/min. Finitions SLi, SRi ou SVi.
    • 2.0 Turbo (1 998 cm³) 4 cylindres essence 8 soupapes, 145 ch à 6 200 tr/min et 23 mkg à 2 200 tr/min. Finitions SRti ou SVti.
  • 1995
    • 2.0 (1 998 cm³) 4 cylindres essence 16 soupapes, 135 ch à 5 500 tr/min et 18,7 mkg à 4 200 tr/min. Finitions SLi ou SRi - Pléiade.
    • 2.0 Turbo (1 998 cm³) 4 cylindres essence 8 soupapes, 150 ch à 5 300 tr/min et 24,5 mkg à 2 500 tr/min. Finitions SRti, SVti, Pléiade ou Executive.
    • 3.0 (2 963 cm³) 6 cylindres en V à 90° essence 12 soupapes, 170 ch à 5 600 tr/min et 24.5 mkg à 4 600 tr/min. Finition SV 3.0.
    • 3.0 24v (2 963 cm³) 6 cylindres en V à 90° essence 24 soupapes, 200 ch à 6 000 tr/min et 26,5 mkg à 3 600 tr/min. Finition SV 24. (inchangé depuis la première génération)
    • 2.1 Turbo D (2 088 cm³) 4 cylindres diesel 12 soupapes, 110 ch à 4 300 tr/min et 26 mkg à 2 000 tr/min. Finitions SLdt SRdt, SVdt ou Pléiade. (moteur identique aux premières générations, seules les finitions changent)
    • 2.5 Turbo D (2 446 cm³) 4 cylindres diesel 12 soupapes, 130 ch à 4 300 tr/min et 29,1 mkg à 2 000 tr/min. Finitions SRdt 2.5, SVdt 2.5, Pléiade ou Executive.
  • 1998
    • 3.0 24v (2 946 cm³) ES9J4 6 cylindres en V à 60° essence 24 soupapes, 194 ch à 5 500 tr/min et 27,7 mkg à 4 000 tr/min. Finitions SV 3.0e V6 ou Executive.

Données issues de Autoweb-france.com.

Peugeot 605 rallye[modifier | modifier le code]

Un exemplaire d'une Peugeot 605 rallye a bien été conçu pour le Paris-Dakar.

Il s'agissait d'une coque extérieure de 605 motorisée d'un V6 24 soupapes sur un châssis de 4x4 Mercedes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :