Bénac (Hautes-Pyrénées)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bénac.
Bénac
Le village vu depuis Averan
Le village vu depuis Averan
Blason de Bénac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton d'Ossun
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Ossun
Maire
Mandat
Georges Astuguevieille
2014-2020
Code postal 65380
Code commune 65080
Démographie
Population
municipale
508 hab. (2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 15″ N 0° 01′ 37″ E / 43.1542, 0.026943° 09′ 15″ Nord 0° 01′ 37″ Est / 43.1542, 0.0269  
Altitude Min. 341 m – Max. 491 m
Superficie 7,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Bénac

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Bénac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bénac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bénac

Bénac est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la baronnie de Bénac fut aux mains de la famille de Montaut. Elle a regroupé les villages de Bénac, Barry, Loucrup, Louey, Hibarette, Visker, Lanne ou encore Orincles et a rayonné sur d'autres seigneuries hommagères telles que Saint-Sever[1].

En 1030, le baron Guillaume Auriol place le prieuré de Bénac sous l'autorité du monastère de Saint-Pé. L'église, au centre du village, en est le seul vestige.

Lors des guerres de religion, en 1569, le roi de France ordonne au vicomte de Terride d'anéantir les huguenots de Béarn. Il traverse la Bigorre et incendie de nombreuses églises. Celle de Bénac, sous la protection du tout proche château des barons, est épargnée.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 21 mars 2011, au cœur du village, le bar et restaurant La Pastourelle est détruit par un incendie. La mairie a racheté les ruines dans le but d'y rétablir un espace commercial.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur à deux lièvres d’argent bondissant l’un au-dessus de l’autre[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Georges Astuguevieille    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bénac appartient à la communauté de communes du Canton d'Ossun.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 508 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
807 820 729 748 939 881 871 876 855
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
873 806 858 784 734 705 628 626 624
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
589 505 430 449 423 425 421 384 432
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
406 399 436 478 473 485 508 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques commerces dont un restaurant et une épicerie.

Des entreprises, telle que SFIB spécialisée dans l'assemblage aéronautique, sont présentes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mairie
École
Église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge

L'église de la Nativité de la Sainte-Vierge est un édifice roman en croix latine et au clocher carré d'origine bénédictine datant du XIe siècle. Elle comporte un porche à colonnes de marbre de probable origine romaine et un portail renaissance.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Louey abrite un club sportif de football (U.S. Marquisat) et un de rugby à XV (R.C. Louey Marquisat) comptant des joueurs dans une dizaine de villages dont Bénac.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Mauran, Sommaire description du pays et comté de Bigorre : chronique inédite, Société historique de Gascogne, Honoré Champion, Paris, 1887, p. 60.
  2. Armorial de France
  3. Passion-Bigorrehp
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011