Odos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odos
Église Saint-Georges d'Odos
Église Saint-Georges d'Odos
Blason de Odos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Canton Laloubère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Tarbes
Maire
Mandat
Dominique Lidar
2008-2014
Code postal 65310
Code commune 65331
Démographie
Population
municipale
3 220 hab. (2011)
Densité 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 49″ N 0° 03′ 31″ E / 43.1969, 0.0586 ()43° 11′ 49″ Nord 0° 03′ 31″ Est / 43.1969, 0.0586 ()  
Altitude Min. 315 m – Max. 391 m
Superficie 8,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Odos

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Odos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Odos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Odos
Liens
Site web Site officiel

Odos est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes

Communes limitrophes de Odos
Tarbes Laloubère
Juillan Odos Horgues
Louey Saint-Martin Momères

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site est celui d'un ancien oppidum gallo-romain.

Le château, reconstruit à partir de 1490 par Madeleine de France, reine de Navarre, appartenait aux rois de Navarre. Marguerite d'Angoulême y mourut en 1549.

Pionnière dans l'accueil des gens du voyage, Odos a construit, en 2003, sous l'impulsion de son maire M. Gérard Boube, une aire de stationnement en respect de la loi[1]. Elle comprend 12 places réparties en 8 emplacements. Cet investissement a été bien reçu par la communauté tzigane du Grand Tarbes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Odos

Son blasonnement est :

d'argent à l'ombre de tour crénelée de sept pièces mouvant de la pointe et à l'aigle bicéphale de gueules brochant sur le tout.

Administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Odos.
Mairie d'Odos
Liste des derniers maires de la commune
Période Identité Étiquette Qualité
1991 1995 A.E. Blachère PS  
1995 1997 Maurice Olléon UDF  
1997 2008 Gérard Boube PS Conseiller général
2008 2014 Dominique Lidar ex-UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Odos fait partie de la Communauté d'agglomération du Grand Tarbes. Née de la Communauté de communes de l’agglomération tarbaise créée en 1995, ses compétences touchent aux transports, aux gens du voyage, à la culture, aux sports, à l'environnement, au pôle universitaire et à la politique de la ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 220 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
417 450 574 613 732 684 691 694 772
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
740 714 746 794 797 777 770 727 698
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
683 706 627 648 657 657 656 719 847
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 023 2 222 2 854 3 287 3 285 3 258 3 236 3 220 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marguerite de France, sœur de François Ier et grand-mère d'Henri IV, morte à Odos en 1549
  • Pierre Carrey (1983 - ), journaliste. Auteur du livre "Tour de France : 100 ans de Pyrénées" et créateur du site internet Cyclismag. Vécu plusieurs années à Odos.
  • Robert Soro,Joueur de rugby à XV français, dit le "lion de Swansea" né le 28 novembre 1922 à Odos.Il a joué au Stadoceste Tarbais puis au F.C. Lourdes et a été international.
  • Francis Heaulme, dit "le routard du crime", né le 25 février 1959 à Metz, aurait fait une halte dans la ville d'Odos en 1989, peu avant de rejoindre la Motte-du-Caire, en tant qu'employé saisonnier dans la castration du maïs[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ladepeche.fr/article/2003/05/16/135629-l-aire-d-odos-inauguree.html
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. www.mjcodos.fr
  5. Dans la tête du tueur, Jean-François Abgrall, 2005, Albin Michel (p. 137-138)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :