Escoubès-Pouts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Escoubès et Pouts.
Escoubès-Pouts
Un lavoir d'Escoubès
Un lavoir d'Escoubès
Blason de Escoubès-Pouts
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton Canton de Lourdes-Est
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lourdes
Maire
Mandat
Marguerite Bour
2014-2020
Code postal 65100
Code commune 65164
Démographie
Population
municipale
99 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 25″ N 0° 01′ 56″ E / 43.1069, 0.032243° 06′ 25″ Nord 0° 01′ 56″ Est / 43.1069, 0.0322  
Altitude Min. 373 m – Max. 552 m
Superficie 2,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Escoubès-Pouts

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Escoubès-Pouts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escoubès-Pouts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escoubès-Pouts

Escoubès-Pouts est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les Hautes-Pyrénées entre Lourdes et Bagnères-de-Bigorre sur l'ancienne route nationale 637 aujourd'hui D 937 à l'est de Lourdes. Le village est traversé par le ruisseau l'Echez.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[1].

Extrait de la carte de Cassini situant Escoubès à l'est de Lourdes

Escoubès[modifier | modifier le code]

Dénominations historiques :

  • De Scobariis, latin (1342, Pouillé, Tarbes)
  • Scobers (1429, Censier de Bigorre)
  • Escoubés (1760, Larcher, Pouillé Tarbes)
  • Escoubés ( 1770-1810 Carte de Cassini).

Prononciation locale figurée : [eskou'bès]
Nom occitan : Escobèrs

Étymologie : Escoubès est un mot très répandu dans l'onomastique gasconne qui livre les noms suivants : Escoube, Escoubé, Escoubet, Escouboué, Escoubeyron etc. Tous ces noms dérivent du latin scoparium. Tout le problème est de savoir l'interpréter. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail discutent deux hypothèses :

  • Il peut s'agir d'un nom patronymique médiéval. Mais alors il faut penser que ces noms ont été d'abord des noms de baptême. Or on voit mal un nom de baptême signifiant "balai, marchand de balais, balayeur", aussi penchent-ils pour un dérivé du verbe bas-latin scopare (examiner, veiller, méditer).
  • On peut aussi interpréter scoparium non pas comme balai mais comme "genêt à balai" et, avec une valeur collective, étendue couverte de genêts.

Pouts[modifier | modifier le code]

Pouts a été rattaché à Escoubes en 1846 pour en constituer le hameau.

Prononciation locale figurée: [pouts]

Dénominations historiques :

  • Potz (1429, Censier de Bigorre)
  • Potz (1760, Larcher, Pouillé Tarbes)
  • Pouts ( 1770-1810) Carte de Cassini.

Étymologie : Du mot gascon potz (latin puteum) qui désigne un "puits". Or effectivement on trouve des puits sur Pouts bien qu'il soit bâti en hauteur, ce qui renvoie aux caractéristiques géologiques de la ligne collinaire partant de Bourréac jusqu'à Pouts où l'on trouve des puits sur la ligne de crête et des sources en contrebas sur la pente nord.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 André Lacrampe    
mars 2008 2020 Marguerite Bour    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 99 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
135 124 162 185 199 219 274 269 262
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
241 256 264 249 270 213 195 183 188
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
189 179 168 137 142 112 110 89 116
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
101 82 76 67 68 96 104 99 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste d'Escoubès
  • Église Saint-Jean-Baptiste pour l'église d'Escoubes ;
  • Église Saint-Pierre pour l'église de Pouts ;
  • Moulin qui ne fonctionne plus depuis 1983.
  • Abri pour les pauvres.

Petit édifice qui se situe à la sortie du village en direction de Lourdes. Bâtiment privé où l'on peut voir sur les planches de rives gravé "ABRI POUR LES PAUVRES".

Au rez-de-chaussée se trouvent un lavoir et un "laytès", nom en patois de Bigorre de l'ancêtre du frigidaire; petite pièce où coule de l'eau en permanence venant d'une source et qui permettait à la ferme d'en face de maintenir le lait au frais. À l'étage se trouve un pièce qui servait de dortoir pour les gens de passage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail : Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011