Arcizac-Adour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Arcizac-ez-Angles.
Arcizac-Adour
Blason de Arcizac-Adour
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton de Laloubère
Intercommunalité Communauté de communes Gespe Adour Alaric
Maire
Mandat
Roger Semmartin
2014-2020
Code postal 65360
Code commune 65019
Démographie
Population
municipale
512 hab. (2011)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 26″ N 0° 06′ 00″ E / 43.1572, 0.143° 09′ 26″ Nord 0° 06′ 00″ Est / 43.1572, 0.1  
Altitude Min. 385 m – Max. 522 m
Superficie 5,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Arcizac-Adour

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Arcizac-Adour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arcizac-Adour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arcizac-Adour

Arcizac-Adour est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople aux deux fasces ondées d'argent, accompagnées de deux truites du même entre les fasces, au chef d'or chargé d'une couronne comtale d'argent*.
Commentaires : Officiel
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Roger Semmartin    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 512 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252 433 465 509 597 621 608 651 642
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
637 624 628 527 528 524 509 462 455
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
443 417 355 345 331 355 332 354 364
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
360 378 440 449 471 512 512 519 512
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Arcisius, gallo-romain, construit une villa sur le site et donne son nom au village.
  • Saint-Misselin ou Mesclin (Ve siècle), prêtre guerrier sauve Tarbes des Barbares,en 407 après J.-C.. Il reste cher au cœur des bigourdans, car en 732, son intervention surnaturelle aurait permise d'écraser une bande sarrasine refluant vers l'Espagne après le désastre de Poitiers. Il devient dès lors le saint patron du village. Une statue équestre de bois sculptée se trouvait dans l'ancienne église du village (entrée est).
  • Arnaud-Guilhem de Barbazan (1360-1431) est seigneur d'Arcizac. Surnommé "le chevalier sans reproches", il est d'abord conseiller puis chambellan de Charles VII. Capitaine durant la guerre de cent ans, il fut maréchal du Poitou. Il participa vaillamment à de nombreuses batailles de la guerre de cent ans. Il meurt au combat à 71 ans. Il reçut l'honneur rare d'être inhumé comme les rois dans la basilique de Saint-Denis. Par son testament, il fait don de la terre d'Arcizac à son écuyer Gaillardet de Soréac qui le transmettra à ses héritiers (de Sérignac, de Carrère, d'Astugue de Buzon). Une branche naturelle coexistait possédant quelques droits, dont le droit de Bouilh (Maison Bouilhet).
  • Antoine Péré-Menginou devient député au conseil des sages sous la Révolution. Il devient comte sous l'empire, est élu sénateur, puis est promu pair de France. Sa carrière politique continua jusqu'à la monarchie de juillet. Si son fils n'a pas eu de descendance, on raconte qu'il eut un fils avec la princesse Adélaïde, sœur du roi Louis-Philippe. Ce fils présumé a toujours une descendance qui vit dans un village voisin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :