Aureilhan (Hautes-Pyrénées)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aureilhan.
Aureilhan
L'église Saint-Guérin.
L'église Saint-Guérin.
Blason de Aureilhan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton d'Aureilhan
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Tarbes
Maire
Mandat
Yannick Boubée
2014-2020
Code postal 65800
Code commune 65047
Démographie
Population
municipale
7 941 hab. (2011)
Densité 841 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 41″ N 0° 05′ 51″ E / 43.2447, 0.097543° 14′ 41″ Nord 0° 05′ 51″ Est / 43.2447, 0.0975  
Altitude Min. 284 m – Max. 385 m
Superficie 9,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Aureilhan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Aureilhan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aureilhan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aureilhan

Aureilhan est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Tarbes située dans son unité urbaine à quatre kilomètres au nord-est de la ville de Tarbes, bordée à l'ouest par l'Adour et du sud au nord par l'Alaric et l'Ailhet, dérivés de l'Adour et le canal du Moulin, dérivé de l'Alaric, Aureilhan s'étend sur une plaine à 300 m d'altitude, s'élève à l'est à 380 m en une colline boisée versant ouest et cultivée versant est en pente douce vers le ruisseau de l'Ousse au pied de la colline de Boulin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Aureilhan et des proches communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Située sur la rive droite de l'Adour, la ville actuelle s'est développée vraisemblablement à partir du domaine gallo-romain d’Aurelius. Il est possible qu’Aurelius ait pris le nom du lieu latinisé et non le contraire… Un autel votif, des monnaies de bronze, des tessons d'amphores et de tuiles datant de cette période y ont été découverts.

Des siècles plus tard, elle devint le siège d'une commanderie de l'ordre des Hospitaliers. Les activités des Aureilhanais furent longtemps essentiellement agricoles avec cependant quelques spécialités artisanales dont la fabrication des bérets et des matériaux de construction.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux lions affrontés d'or tenant entre leurs pattes un besant du même, surmonté d'une croisette fourchée de huit pointes d'azur, elle-même surmontée d'une croisette pattée de huit pointes d'argent chargée en cœur d'un besant aussi d'or.[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Yannick Boubée PS  
2001 2008 Pierre Dussert PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aureilhan fait partie de la communauté d'agglomération du Grand Tarbes. Née de la communauté de communes de l’agglomération tarbaise créée en 1995, ses compétences touchent aux transports, aux gens du voyage, à la culture, aux sports, à l'environnement, au pôle universitaire et à la politique de la ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 941 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
853 827 916 1 006 1 186 1 346 1 357 1 525 1 509
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 426 1 378 1 410 1 588 1 644 1 793 1 895 1 853 1 929
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 948 1 989 1 982 2 244 2 400 2 668 3 939 4 076 5 835
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
6 782 7 895 7 590 7 454 7 447 7 469 7 941 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

De par sa population, Aureilhan est la 4e ville des Hautes-Pyrénées après Tarbes, Lourdes et Bagnères-de-Bigorre.

Économie[modifier | modifier le code]

Longtemps agricole, avec 95 exploitations agricoles et 125 salariés et journaliers en 1866, la ville s'est peu à peu transformée en cité dortoir compte tenu de sa proximité avec Tarbes. Ainsi, 84 % de la population active d'Aureilhan travaille dans l'agglomération tarbaise.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Guérin.
  • L'usine de céramique Oustau d'Aureilhan est fondée en 1873 par Laurence Oustau. Elle occupe un terrain d'environ 2,5 ha situé entre la route de Bours et la voie ferrée, au sud-ouest d'Aureilhan. En plus des tuiles et des briques, activité principale, cette usine fabriquait également des carreaux et des pavés en grès céramés, des tomettes, des produits réfractaires, de la poterie à feu, des tuyaux en grès vernissé, des articles en faïence émaillé, des carrelages et des articles en mosaïques de marbre. Sa production fut récompensée par une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1889. Les Éts Oustau comptèrent jusqu'à plus de 100 employés. L'usine d'Aureilhan fut la première briqueterie de France à avoir des fours équipés de brûleurs à gaz. Les bâtiments de l'usine, datant de la fin du XIXe siècle, abondamment décorés de briques vernissées, ont été protégés au titre des Monuments historiques en 1994 en même temps que la demeure de la famille Oustau, construite à partir de 1910 par l'architecte Paul-Louis-Joseph Gély.
    En 1911, Oustau acquiert un terrain à Aureilhan pour construire des écuries destinées aux chevaux de trait affectés aux transports de la terre glaise des carrières d'argile à l'usine d'Aureilhan et sur ce même terrain, est construite une imposante maison de maître qui adopte les tendances de l'Art nouveau, avec un décor de céramique omniprésent dû à Lucien Gros, dessinateur local. Ce décor présente des échantillons de la production de la maison Oustau. Un parc à l'anglaise de 1,8 ha entoure la demeure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Alfaro (Espagne) depuis 1981

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque du Blason
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]