Noyal-Pontivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noyal-Pontivy / Noal-Pondi
Porche de l'église Sainte-Noyale.
Porche de l'église Sainte-Noyale.
Blason de Noyal-Pontivy / Noal-Pondi
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Pontivy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pontivy
Maire
Mandat
Marc Kerrien
2014-2020
Code postal 56920
Code commune 56151
Démographie
Gentilé Noyalais, Noyalaise
Population
municipale
3 710 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Population
aire urbaine
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 03″ N 2° 52′ 51″ O / 48.0675, -2.88083333333 ()48° 04′ 03″ Nord 2° 52′ 51″ Ouest / 48.0675, -2.88083333333 ()  
Altitude 120 m (min. : 54 m) (max. : 162 m)
Superficie 53,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy / Noal-Pondi

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy / Noal-Pondi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy / Noal-Pondi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy / Noal-Pondi
Liens
Site web Site officiel de la commune de Noyal-Pontivy

Noyal-Pontivy [nwajal pɔ̃tivi] (Noal Pondi en breton) est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Neulliac Saint-Gérand Gueltas Rose des vents
Pontivy N Kerfourn
O    Noyal-Pontivy    E
S
Saint-Thuriau Moustoir-Remungol Naizin

Histoire[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Noyal-Pontivy (Morbihan).svg

Les armoiries de Noyal-Pontivy se blasonnent ainsi :

Taillé : d’azur à la Sainte Noyale d’argent décapitée tenant sa tête entre les mains, mi-taillé de gueules à neuf mâcles d’or, trois, trois et trois.
Conc. J.C. Renaud.
Dessin : D. Venière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2003   Michel Houdebine DVD  
mars 2001 décembre 2002 Bernard Delhaye Centre Election invalidée par le Conseil d'Etat du 25 Octobre 2002 (N°235323) [1]
1971 2001 Jean-Charles Cavaillé RPR Député (1978-2002) Conseiller général (1976-2004) et président du conseil général (1998-2004)
1965 1971 Lucien Guillemot DVD  
1953 1965 Joseph Cadic PPUS Député
1925 1941 Joseph Cadic FR Député
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1839, la commune est scindée pour donner naissance à celles de Gueltas, Kerfourn, Saint-Gérand et Saint-Thuriau.

En 2011, la commune comptait 3 710 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 502 7 084 7 049 7 569 7 569 7 803 3 320 3 660 3 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 390 3 310 3 396 3 288 3 315 3 263 3 296 3 390 3 545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 635 3 541 3 391 3 048 3 099 3 071 3 048 3 119 2 747
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 665 2 458 2 731 3 066 3 155 3 285 3 558 3 637 3 710
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 19 septembre 2005.

À la rentrée 2013, 21 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 6,2% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises ou chapelles[modifier | modifier le code]

Monuments anciens[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs manoirs (au village de Kerponner, Kerboutier, Kerscomard...)
  • Le Manoir du Verger, bâti en 1639, mairie depuis 1962 [5].
  • Plusieurs calvaires (Sainte-Noyale, Saint-Arnould, les 3 fontaines, Sainte-Barbe, Rescourio, rue de Sainte-Noyale...)

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Groupe de 6 éoliennes de MW à la limite avec Gueltas, depuis 2004, atteignant 116 m de haut
  • L’école Sainte-Noyale

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]