Saint-Aignan (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aignan.
Saint-Aignan
L'église paroissiale et son porche sud daté de 1568.
L'église paroissiale et son porche sud daté de 1568.
Blason de Saint-Aignan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Cléguérec
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pontivy
Maire
Mandat
Stéphane Le Coz
2014-2020
Code postal 56480
Code commune 56203
Démographie
Gentilé Saintaignanais, Saintaignanaise
Population
municipale
653 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Population
aire urbaine
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 56″ N 3° 00′ 45″ O / 48.1822222222, -3.012548° 10′ 56″ Nord 3° 00′ 45″ Ouest / 48.1822222222, -3.0125  
Altitude Min. 67 m – Max. 275 m
Superficie 27,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Aignan

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Aignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aignan
Liens
Site web Site de la commune

Saint-Aignan [sɛ̃tɛɲɑ̃] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville se situe à la limite des départements du Morbihan et des Côtes-d'Armor.

La commune est entourée par (dans le sens des aiguilles d’une montre) : Saint-Gelven, Caurel, Mûr-de-Bretagne, Neulliac, Cléguérec et Sainte-Brigitte. Les trois premiers sont en Côtes-d'Armor et les trois suivants en Morbihan.

Communes limitrophes de Saint-Aignan
Saint-Gelven Caurel
Sainte-Brigitte Saint-Aignan Mûr-de-Bretagne
Cléguérec Neulliac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point le plus haut est la butte de Malvran située au nord-ouest de la commune et culminant à 256 mètres[Note 1]. Le point le plus bas se trouve à environ 70 mètres au niveau de l’écluse de Boloré.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve le long du Blavet en aval du barrage de Guerlédan et de son lac.

Le lac constitue la limite nord de la commune. Le lac se trouve sur le cours du Blavet qui forme la limite est de la commune. Il est doublé par le Canal de Nantes à Brest sur la commune de Mûr-de-Bretagne. Le ruisseau du Corboulo se jette dans le Blavet au lieu-dit du Corboulo.

L’écluse de Boloré et sa centrale électrique marque la sortie du Blavet vers Cléguérec[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Saint-Aignan se trouve au sud de la route nationale 164. Le bourg est traversé par les routes départementales 18, 31 et 35.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestées sont : Sancti Junani (1184, 1184, 1194, 1221), S. Iuan (1630), S. Inan (1654)[2].

La commune se nomme Sant-Inan en breton[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de la commune sont liées à l’abbaye Notre-Dame de Bon-Repos[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-Aignan.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er mai 1904 1947 Paul Lotz   Agriculteur
Député du Morbihan (1932-1936)
         
mars 1989 14 octobre 2011 René Anès (1949-2011) DVG Vice-président de Pontivy communauté[5]
24 novembre 2011 en cours Stéphane Le Coz DVG [6]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 653 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 297 1 735 1 232 1 101 1 209 1 307 1 200 1 306 1 288
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 226 1 190 1 201 1 180 1 224 1 230 1 240 1 299 1 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 464 1 489 1 538 1 280 1 397 1 262 1 205 1 224 1 051
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
924 772 706 651 612 629 670 680 660
2011 - - - - - - - -
653 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 010 €[9].

En 2008, la commune de Saint-Aignan comptait 371 emplois[10] dont 240 emplois salariés. Le nombre de demandeurs d’emploi (catégories ABC) au 31 décembre 2011 était de 31[11].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L’économie de la commune est essentiellement tournée vers le tourisme. On trouve de nombreux gites ainsi que deux restaurants et une épicerie[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Reste du camp de Castel-Finans.

La commune compte trois monuments historiques :

  • Camp protohistorique du Castel-Finans, classé en 1971[13] situé sur un éperon barré au-dessus du Blavet et dont il ne reste que des traces.
  • Site archéologique du Corboulo, inscrit en 1995[14] et la ferme Le Corboulo, inscrit en 1987[15].

Ainsi que vingt-trois monuments inventoriés :

  • l’église Saint-Aignan, remontant au XVe siècle[16], elle contient quatre objets classés monuments historiques (une vierge de Pitié[17], un arbre de Jessé[18], et deux retables[19],[20]).
  • des chapelles
    • la chapelle Saint-Marc de 1689 dans la forêt de Quénécan[21] ;
    • la chapelle Saint Ignace du XVIIe siècle[22] et son mobilier (autel, retable, et trois statues[23]) ;
    • la chapelle Sainte-Tréphine de 1897 sur le site du camp de Castel-Finans[24] ;
  • des fermes, des maisons du XVIe au XIXe siècles[25], etc.

On trouve sept croix[26] :

  • une croix de cimetière de 1718[27],
  • une croix de chemin de 1749 au Bot Nohen[28],
  • une croix de chemin de 1753 au Botcol[29],
  • une croix de chemin de 1760 au Pléguélen[30],
  • une croix de chemin du XVIIIe siècle au Goasnejon[31],
  • une croix de chemin de 1826 au Touldren[32],
  • une croix de chemin de 1826 au Corboulo[33].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune se trouve le long du lac artificiel de Guerlédan et son barrage. Situé le long du GR341, l’anse de Sordan est le point d’accès le plus facile de la rive sud du lac.

Au niveau des zones protégées, on trouve deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) sur le territoire de la commune :

On trouve aussi le bois du Pouldu le long du lac et ceux de Toul er Roc’h et de Brons de part et d’autre du ruisseau du Corboulo (affluent du Blavet).

Saint-Aignan est une station verte[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Aignan (Morbihan).svg

Les armoiries de Saint-Aignan se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande d'argent accompagnée de trois trèfles du même, deux en chef et un en pointe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon l’échelle, les cartes IGN indique 254 ou 256 mètres.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no IA56006242, sur Glad, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  2. a et b « Résultats concernant « Saint-Aignan » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 10 juin 2012).
  3. « Fiche descriptive de la ville de Saint-Aignan », sur Geobreizh (consulté le 6 juin 2012).
  4. Page Histoire du site officiel de la commune
  5. Nécrologie. René Anès, maire, 16 octobre 2011.
  6. Stéphane Le Coz élu maire - Saint-Aignan, 26 novembre 2011.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2011)
  10. « EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2011)
  11. « CHOM T1 - Catégories de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois selon le sexe et l'âge », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2011)
  12. Page Restauration sur le site officiel de la commune.
  13. « Camp protohistorique du Castel-Finans », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Site archéologique du Corboulo », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Ferme Le Corboulo », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Église Saint-Aignan », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Vierge de Pitié », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Arbre de Jessé », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Retable », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Retable », base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « Chapelle Saint-Marc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Chapelle Saint Ignace », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Autel, retable, et trois statue », base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « chapelle Sainte-Tréphine », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no IA00009929 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Croix de Chemin de la commune », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Notice no IA00009932 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Notice no IA00009933 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no IA00009950 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Notice no IA00009940 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Notice no IA00009937 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Notice no IA00009947 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Notice no IA00009949 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. ZNIEFF 530005961 - Forêt de Quénécan sur le site de l’INPN.
  35. ZNIEFF 530015507 - Blavet aval de Guerlédan sur le site de l’INPN.
  36. Fiche Station Verte de Saint-Aignan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]