Henri-Frédéric de Brandebourg-Schwedt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri-Frédéric de Brandebourg-Schwedt

Henri-Frédéric (21 août 1709, Schwedt – 12 décembre 1788, Schwedt) est un prince de la maison de Hohenzollern. Il est margrave de Brandebourg-Schwedt de 1771 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Henri-Frédéric, Philippe-Guillaume, meurt en 1711. L'enfant est alors placé sous la tutelle de son oncle, le roi de Prusse Frédéric Ier, puis sous celle de son cousin Frédéric-Guillaume Ier, fils et successeur de Frédéric Ier. Il montre peu d'intérêt pour l'art militaire : en 1733, une mauvaise conduite à l'armée lui vaut quelques semaines d'emprisonnement.

Il hérite du margraviat de Brandebourg-Schwedt à la mort de son frère aîné, le margrave Frédéric-Guillaume, en 1771. Il est un mécène pour les arts, en particulier pour le théâtre. En 1755, il acquiert le palais de la Princesse à Berlin.

Henri-Frédéric ne laisse que des filles. À sa mort, la lignée mâle de Brandebourg-Schwedt s'éteint et le margraviat retourne au royaume de Prusse.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Philippe-Guillaume de Brandebourg-Schwedt et de Jeanne d'Anhalt-Dessau, Henri-Frédéric épouse le 13 février 1739 sa cousine Léopoldine-Marie (1716-1782), fille du prince Léopold Ier d'Anhalt-Dessau. Deux enfants sont nés de cette union :