Frédéric Ier de Nuremberg-Zollern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric Ier.

Frédéric (vers 1139 – vers 1200) est comte de Zollern après 1145 et jusqu'à sa mort (« Frédéric III ») et burgrave de Nuremberg de 1191 ou 1192 à sa mort (« Frédéric Ier »).

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric III est le fils du comte Frédéric II de Zollern. En épousant Sophie de Raabs, héritière du burgraviat de Nuremberg, il acquiert plusieurs villes de Souabe, parmi lesquelles Hohenstaufen, Nördlingen, Göppingen, Burg Hohenzollern, Balengen, Gosheim, Böttingen, Trossingen et Constance. En 1192, il apparaît sous le nom Fredericus I prefectus et burggravius Nurembergi[1].

Selon ses dernières volontés, il est inhumé au monastère Saint-Aegidius de Nuremberg[1]. À son décès, la famille des Hohenzollern, petits châtelains de l'Allemagne du Sud-Ouest, devient une puissance en plein essor dans la monarchie de Germanie. Ses deux fils, Frédéric et Conrad, se partagent les biens familiaux en 1218 : l'aîné conserve le comté de Zollern et fonde la branche de Souabe, à l'origine de la lignée Hohenzollern-Sigmaringen, tandis que le second reçoit le burgraviat de Nuremberg et compte parmi les ancêtres de la maison impériale allemande[2].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Frédéric Ier épouse Sophie de Raabs, fille du margrave de Nuremberg Conrad II de Raabs. Ils ont plusieurs enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]