Château de Charlottenburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Charlottenburg
Image illustrative de l'article Château de Charlottenburg
La façade
Nom local Schloss Charlottenburg
Période ou style Baroque
Architecte Nering
Début construction 1695
Propriétaire initial Sophie-Charlotte
Site web www.spsg.de/index.php?id=134
Coordonnées 52° 31′ 16″ N 13° 17′ 45″ E / 52.521111, 13.295833 ()52° 31′ 16″ Nord 13° 17′ 45″ Est / 52.521111, 13.295833 ()  
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Commune Berlin

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
Château de Charlottenburg

Le château de Charlottenburg (en allemand : Schloss Charlottenburg), est un château situé dans le quartier de Charlottenburg à Berlin. C'est le plus grand palais de Berlin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Commencé en 1695, sous le nom de Lietzenburg, nom du site à cette époque, le palais a été construit dans le style baroque par l'architecte Nering. Il fut commandé par la reine Sophie-Charlotte, l'épouse de Frédéric III, électeur de Brandebourg. Après le sacre en 1701 de celui-ci en tant que roi de Prusse, sous le nom de Frédéric Ier, le palais, conçu initialement comme résidence d'été (Sommerhaus), a été agrandi par l'architecte Johann Friedrich Eosander von Göthe en un magnifique bâtiment. Après la mort de son épouse en 1705, Frédéric a renommé le château de Liezenburg et son domaine en Charlottenburg en sa mémoire. De 1709 à 1712, on réalisa de nouveaux agrandissements, dont les tourelles et l'orangerie.

On a parfois désigné à l'intérieur du Château de Charlottenburg la « Chambre d'ambre (Bernsteinzimmer) », une salle dont les murs sont décorés de panneaux d'ambre, comme étant la « huitième merveille du monde ». L'idée venait de Dantzig et de Königsberg, où Gottfried Wolffram, Schacht et Ernst Gottfried Turau en avaient établi les plans en 1701-09. La salle a été construite selon les directives du célèbre Andreas Schlüter.

Après la mort de Frédéric Ier en 1713, Charlottenburg est entré dans une nouvelle phase de son existence avec son nouveau propriétaire, le roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse. Celui-ci a offert la Chambre d'ambre en 1716 au Tsar de Russie Pierre le Grand. Puis, juste après sa mort en 1740, le nouveau roi Frédéric II de Prusse a chargé Knobelsdorff de construire une nouvelle aile. Par la suite, Frédéric a privilégié le château de Sans-Souci à Potsdam au détriment de Charlottenburg.

Sous le règne de son neveu Frédéric-Guillaume II (1744-1797), Langhans construit la Petite Orangerie, le Belvédère et un théâtre (1790) qui clôt l'ensemble vers l'ouest. Le roi fait en outre redécorer et aménager de nouvelles pièces afin de pouvoir habiter le château en hiver (Winterkammern). Les rois de Prusse y séjournent régulièrement jusqu'à la fin du règne de Frédéric-Guillaume IV. Délaissé à la mort de ce dernier, en 1861, le château a été nationalisé le 9 novembre 1918. Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale l'ayant fortement endommagé, des années ont été nécessaires à sa reconstruction ; les travaux se sont achevés en 1966.

Jardins[modifier | modifier le code]

Jardins du Château de Charlottenburg

Grâce à sa cousine la duchesse d'Orléans, la reine Sophie-Charlotte avait visité en France les jardins de Le Nôtre qui lui avaient fait grande impression. Aussi est-ce l'élève de Le Nôtre, Siméon Godeau, qui élabore en 1697 le parc de Charlottenburg auquel est appliqué la stricte géométrie d'un jardin à la française. Au début du XIXe siècle, Peter Joseph Lenné redessine les jardins en parc à l'anglaise. Complètement détruit par les bombardements, le parc a été réaménagé après la guerre selon une combinaison originale : restauré selon les canons du jardin « à la française » en sa partie centrale, il conserve alentour la liberté du jardin à l'anglaise.

Schinkel-Pavillon (Neuer Pavillon)[modifier | modifier le code]

Cette résidence d'été de Frédéric-Guillaume III (1825) s'inspire d'une villa napolitaine, la villa Chiatamone, où avait séjourné le souverain. Cette dernière lui avait tant plu qu'il la donne pour modèle à Schinkel. L'intérieur du bâtiment est tout à fait emblématique de la tendance « Biedermeier » qui marque l'Allemagne dans la première moitié du XIXe siècle : sobre, confortable et modeste, ce qui a de quoi surprendre dans la demeure d'un roi. L'ensemble du pavillon est un charmant témoignage de l'art du temps de Frédéric-Guillaume III, avec des meubles et objets d'époque, des peintures de Schinkel. et surtout des œuvres du peintre romantique Caspar David Friedrich.

Belvédère[modifier | modifier le code]

Belvédère

Le Belvédère (1789-1790), dessiné par Carl Gotthard Langhans, était la « maison de thé» de Frédéric-Guillaume II. Il y organisait notamment des réunions de spiritisme dont il était féru. Sa façade dans des tons pastel et blanc est d'une simplicité nouvelle qui s'éloigne de l'architecture rococo et annonce le néoclassicisme. Le Belvédère abrite un petit musée de la Manufacture royale de porcelaine de Berlin, qui illustre l'histoire de la porcelaine berlinoise aux XVIIIe et XIXe siècles.

Le Mausolée[modifier | modifier le code]

La reine Louise était attachée au domaine de Charlottenburg. À sa mort, son époux, Frédéric-Guillaume III, inconsolable, décide d'y bâtir un mausolée. Le petit temple dorique d'origine, construit en 1810 d'après un projet de Schinkel par Heinrich Gentz, a été plusieurs fois agrandi pour accueillir d'autres membres de la famille Hohenzollern. À l'intérieur, le tombeau de la reine Louise en marbre de Carrare a rendu son auteur, Christian Daniel Rauch (1777-1857), immédiatement célèbre. Le Mausolée abrite aussi les tombeaux de Frédéric-Guillaume III, de l'empereur Guillaume Ier et de la reine Augusta.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Tombeau de la reine Louise

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le palais fut gravement endommagé. Après 1945, il fut reconstruit. Il abrite également le musée de préhistoire et de protohistoire, dans la petite orangerie, un restaurant.

Le château de Charlottenburg fut, de 2004 jusqu'au début de 2006, la résidence de la Présidence d'Allemagne, pendant les travaux de rénovation du château de Bellevue.

Le château est soutenu et sauvegardé par la Fondation pour châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
Références

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Oesterreich, Description de tout l'intérieur des deux palais de Sans-Souci, de ceux de Potsdam, et de Charlottenbourg : contenant l'explication de tous les tableaux comme aussi des antiquités et d'autres choses précieuses et remarquables, Impr. Sommer, Potsdam, 1773, 132 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]