Christopher Clark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christopher Clark

Description de cette image, également commentée ci-après

Christopher Clark en 2013.

Nom de naissance Christopher Munro Clark
Naissance 14 mars 1960 (54 ans)
Nationalité Drapeau d'Australie Australien
Profession historien

Christopher M. Clark, né en 1960 à Sydney, est un historien australien travaillant en Angleterre. Il a fait ses études à l'université de Sydney puis à l'université libre de Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme il en témoigne dans la préface de Iron Kingdom, vivre à Berlin-Ouest lors des dernières années de son existence, entre 1985 et 1987 pour être précis, lui a donné un aperçu de l'Histoire et de la société allemande. Il a reçu son Ph.D à l'université de Cambridge. Il est actuellement professeur d'Histoire européenne moderne à l'Université de Cambridge et membre du St. Catharine's College, dont il est le responsable de l'enseignement d'histoire[1],[2].

Clark est un membre de l'Australian Academy of the Humanities.

Il est marié à l'historienne de l'art Nina Lübbren, à qui il a dédicacé "Iron Kingdom" pour la remercier de son soutien dans son propre travail académique[3]. Ensemble, ils ont deux fils Josef et Alexander.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Clark est le corédacteur d'une série de livres scolaires relative à l'Histoire européenne, éditée par les presses de l'université de Cambridge.

Il est aussi l'auteur[4] :

  • d'une étude sur les relations christiano-juive en Prusse :
    • (en) Christopher M. Clark, The Politics of Conversion. Missionary Protestantism and the Jews in Prussia, 1728-1941, Oxford, Oxford University Press,‎ 1995
  • d'une biographie critique du dernier empereur allemand :
    • (en) Christopher M. Clark, Kaiser Wilhelm II, Harlow Longman,‎ 2000
  • en co-rédaction avec Wolfram Kaiser, d'une étude sur les conflits entre clergé catholique et pouvoir séculier au XIXe siècle dans plusieurs pays d'Europe :
    • (en) Christopher M. Clark et Wolfram Kaiser, Culture Wars. Catholic-Secular Conflict in Nineteenth-Century Europe, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2003
  • d'un livre sur l'Histoire de la Prusse, qui a reçu un certain succès commercial :
    • Christopher Clark (trad. Éric Chédaille, Patrick Hersant et Sylvie Kleiman-Lafon), Histoire de la Prusse : 1600-1947 [« Iron Kingdom : The Rise and Downfall of Prussia, 1600-1947 »], Paris, Perrin, coll. « Pour l'histoire »,‎ 8 janvier 2009, 781 p. (ISBN 978-2-262-02684-4, notice BnF no FRBNF41410298)
  • d'une histoire des prémices du déclenchement de la Première Guerre mondiale, qu'il fait débuter une décennie auparavant, lors du coup d'État de mai, en 1903, avec l'assassinat du roi Alexandre Ier de Serbie et de la reine Draga :
    • Christopher Clark (trad. Marie-Anne de Béru), Les Somnambules : Été 1914 : Comment l'Europe a marché vers la guerre [« The Sleepwalkers : How Europe Went to War in 1914 »], Paris, Flammarion,‎ 28 août 2013, 668 p. (ISBN 978-2-08-121648-8, notice BnF no FRBNF43685787)
- Prix Aujourd’hui 2014[5]
  • de nombreux autres essais et articles.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « liste du personnel à l'Université de Cambridge » (consulté le 31 décembre 2010)
  2. (en) « Fellows : Chris Clark », sur Catherine's College (consulté le 5 juillet 2014)
  3. Nina Lübbren, Rural artists' colonies in Europe, 1870-1910, Manchester University Press,‎ 2001 (ISBN 9780719058677, lire en ligne)
  4. Les deux livres publiés en français l'ont été sous le nom de « Christopher Clark », sans l'initiale « M. » du nom intermédiaire « Munro », tandis que la couverture de l'édition américaine du livre Iron Kingdom : the Rise and Downfall of Prussia, 1600-1947, en 2008 et celle de l'édition britannique du livre The Sleepwalkers, en 2012, ne comportent pas non plus cette initiale.
  5. « Le prix Aujourd’hui couronne Christopher Clark », sur Livres Hebdo,‎ 20 mars 2014 (consulté le 20 mars 2014)
  6. (en) Carolyn Kellogg, « Jacket Copy: The winners of the Los Angeles Times Book Prizes are ... », sur Los Angeles Times,‎ April 11, 2014 (consulté le 5 juillet 2014)