Maison de Schwarzenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schwarzenberg.
Maison de Schwarzenberg
Image illustrative de l'article Maison de Schwarzenberg
Armoiries des princes de Schwarzenberg
Devise Nil nisi rectum
Lignées Seinsheim
Eggenberg
Rosenberg
Lobkowicz
Branches Krumau
Worlik
Période 1172 – présent
Pays ou province d’origine Scheinfeld (Franconie)
Allégeance Saint-Empire romain germanique Saint-Empire
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Fiefs tenus Schwarzenberg
Krumau
Sulz
Klettgau
Demeures Château de Schwarzenberg
Charges Ministres
Fonction(s) militaire(s) Feld-maréchal
Fonction(s) ecclésiastique(s) Archevêque
Récompense(s) civile(s) Toison d'Or

La maison de Schwarzenberg est une famille issue de la noblesse franque, aujourd'hui largement implantée en Bohême.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Schwarzenberg est à l'origine un lignage de la maison de Seinsheim, qui tient plusieurs seigneuries en Franconie. Ce nom est mentionné pour la première fois en 1172. Le fondateur de la maison de Schwarzenberg, Erkinger de Seinsheim (1362-1437), fait l'acquisition de la seigneurie de Schwarzenberg au début du XVe siècle. Lui et ses héritiers adopteront progressivement le nom de Schwarzenberg. Dans les années 1420, il a participé à plusieurs campagnes militaires contre les hussites. En 1429, l'empereur Sigismond le fait seigneur libre, baron de Schwarzenberg. Erkinger de Seinsheim possède également des terres en Bohême.

En 1599, Adolphe de Schwarzenberg est élevé au rang de comte par l'empereur Rodolphe II du Saint-Empire en récompense de sa participation à la bataille de Selimbar. C'est à cette occasion que l'empereur lui concède des armoiries : d'or, à un corbeau de sable, colleté du champ, perché sur une tête de Turc au naturel et lui crevant un œil, en souvenir de sa bravoure.

La famille de Schwarzenberg va progressivement acquérir de grands domaines par le jeu d'alliances matrimoniales, notamment en Bohême, en Styrie ou en Carniole. Le , Jean-Adolphe de Schwarzenberg obtient de l'empereur Léopold Ier l'érection de Schwarzenberg en principauté. C'est à cette époque que les Schwarzenberg s'établissent dans leur domaine de Krumau, en Bohême. Après la mort de son épouse Marie-Anne de Sulz en 1698, Ferdinand de Schwarzenberg hérite des comtés de Sulz et de Klettgau. Au XVIIIe siècle, les Schwarzenberg ont hérité des propriétés des Rosenberg, y compris château de Třeboň.

En décembre 1746, Joseph de Schwarzenberg obtient de l'empereur François Ier l'immédiateté impériale, faisant des Schwarzenberg des princes du Saint-Empire. Il obtint également le statut de prince de Bohême. Les Schwarzenberg gagnèrent ainsi en prestige, devenant l'une des premières familles de l'aristocratie tchèque.

En 1804, l'empereur d'Autriche François Ier érige un second majorat au profit de Charles-Philippe de Schwarzenberg, fils cadet du prince Jean de Schwarzenberg et feld-maréchal. Il y aura donc deux titres de prince de Schwarzenberg, jusqu'à ce que les deux majorats soient réunis en la personne de Charles VIII de Schwarzenberg, en 1986.

Grands seigneurs, les Schwarzenberg se sont efforcés d'entretenir leurs immenses propriétés. Ils ont ainsi creusé des étangs, planté des forêts et introduit de nouvelles techniques agricoles sur leurs terres.

Membres notables de la famille[modifier | modifier le code]

Militaires[modifier | modifier le code]

Ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Hauts-fonctionnaires[modifier | modifier le code]

Liste des seigneurs de Schwarzenberg[modifier | modifier le code]

Armes des barons de Schwarzenberg
Armes des comtes de Schwarzenberg

Barons de Schwarzenberg (1429-1599)[modifier | modifier le code]

  • 14201437 : Erkinger de Seinsheim ;
  • 14371469 : Michel II de Seinsheim, fils du précédent ;
  • 14691499 : Michel III de Seinsheim, fils du précédent ;
  • 14991510 : Erkinger II de Schwarzenberg, fils du précédent ;
  • 15101526 : Guillaume de Schwarzenberg, fils du précédent ;
  • 15261557 : Guillaume II de Schwarzenberg, fils du précédent ;
  • 15571599 : Adolphe de Schwarzenberg, fils du précédent.

Comtes de Schwarzenberg (1599-1670)[modifier | modifier le code]

Princes de Schwarzenberg (1670)[modifier | modifier le code]

Armes des princes de Schwarzenberg

Généalogie[modifier | modifier le code]

Branche de Krumau[modifier | modifier le code]

Armes des princes de la branche de Krumau.

Branche de Worlik[modifier | modifier le code]

Armes des princes de la branche de Worlik.

Branche de Hohenlandsberg[modifier | modifier le code]

  • Erkinger de Seinsheim († 1437), 1er baron de Schwarzenberg
    • Michel II de Seinsheim († 1469), branche aînée
    • Jean de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1460), 1er baron de Hohenlandsberg
      • Jean II de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1528), 2e baron de Hohenlandsberg
        • Christophe de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1538), 3e baron de Hohenlandsberg
          • Guillaume de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1552), 4e baron de Hohenlandsberg
            • Christophe II de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1596), 1er comte de Hohenlandsberg
              • Christophe III de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1611), 2e comte de Hohenlandsberg
                • Jean-Ferdinand de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1627), 3e comte de Hohenlandsberg
              • Georges-Louis de Schwarzenberg-Hohenlandsberg († 1646), 4e comte de Hohenlandsberg

Alliances notables[modifier | modifier le code]

Possessions[modifier | modifier le code]

Les Schwarzenberg possèdent d'abord le château de Schwarzenberg à Scheinfeld, en Franconie, intégré à la Bavière en 1807. Ils font construire le couvent franciscain de Schwarzenberg au début du XVIIIe siècle. En 1661, ils héritent par alliance des terres des Eggenberg. En 1670, ils s'établissent à Krumau, qui sera leur résidence principale jusqu'en 1871. Ils s'établissent ensuite plutôt à Frauenberg, jusqu'à sa confiscation en 1918. Ils ont aussi acquis les terres des Rosenberg et sont alliés à de nombreuses familles, en particulier les Lobkowicz.

Les possession les plus notoires des Schwarzenberg incluent donc :

Avant 1914, les deux branches princières possèdent, en Bohême (Autriche-Hongrie, devenue territoire tchécoslovaque après la Première Guerre mondiale), 176 146 ha de terres agricoles et de forêts, des étangs piscicoles, des mines, des brasseries, des sucreries, carrières et autres exploitations.

La réforme agraire tchécoslovaque de 1922 réduit leurs propriétés à 61 000 ha. En 1942, les propriétés de la branche de Worlik sont mises sous tutelle par l'occupant nazi. En 1947, suivant la loi dite lex Schwarzenberg, l'ensemble des biens de la branche de Krumau est nationalisé.

Titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Informations
Armoiries de la famille de Seinsheim Maison de Seinsheim
Couronne 
baron.
Blasonnement 
palé d'argent et d'azur, de huit pièces.
Armoiries de la famille de Schwarzenberg Maison de Schwarzenberg
Couronne 
baron.
Blasonnement 
écartelé : au 1 et 4, palé d'argent et d'azur, de huit pièces (Seinsheim) ; au 2 et 3, de gueules à une tour d'argent, ouverte et ajourée du champ, posée sur un mont de sable (Schwarzenberg).
Armoiries de la famille de Schwarzenberg, après concession d'armoiries en 1599 Maison de Schwarzenberg (1599)
Couronne 
comte.
Blasonnement 
écartelé : au 1 et 2, palé d'argent et d'azur, de huit pièces (Seinsheim) ; au 2 et 3, d'or, à un corbeau de sable, colleté du champ, perché sur une tête de Turc au naturel et lui crevant un œil (armes de concession).
Armoiries Maison de Schwarzenberg (1670)
Couronne 
prince.
Blasonnement 
écartelé : au 1, palé d'argent et d'azur, de huit pièces (Seinsheim) ; au 2, d'argent, à une émanche de trois pièces de gueules, mouvant de la pointe (Sulz) ; au 3, d'argent, à un brandon de sable, posé en bande, allumé de gueules (Brandis) ; au 4, d'or, à un corbeau de sable, colleté du champ, perché sur une tête de Turc au naturel et lui crevant un œil (armes de concession). Sur le tout parti : en a, de gueules à une tour d'argent, ouverte et ajourée du champ, posée sur un mont de sable (Schwarzenberg) ; en b, d'azur à trois gerbes d'or (Klettgau).
Supports 
deux lions portant un heaume.
Devise 
nil nisi rectum !

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Schwarzenberg furent successivement barons en 1429, comtes en 1599, princes en 1670 et enfin princes de Schwarzenberg et du Saint-Empire en 1746.

Liens externes[modifier | modifier le code]