Famille Hunyadi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hunyadi
Armes de la famille.
Armes de la famille : Hunyadi
Période XIVe siècle - XVIe siècle
Allégeance Flag of Hungary (1867-1918).svg Royaume de Hongrie
Charges Voïvode de Transylvanie, Régent de Hongrie,
Roi de Hongrie,
Duc de Croatie

Hunyadi (ou Hunyady) est une famille aristocratique de Hongrie d'origine roumaine et (ou) cumane et magyare.

Leur ascendance Vlach (Roumaine) fait encore l'objet de débats houleux. Certains auteurs suggèrent que la famille Hunyadi descend de Vlachs convertis au catholicisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier membre connu est un dénommé Serbe (Serb, Serban ou encore Sorb) qui s'est installé dans le comté de Hunyad en Transylvanie. Son fils Vojk (Wayk, Woyk, Vaïk, Voicu en Roumain ou encore Vajk en Hongrois) se convertit au catholicisme et adopte le prénom de László[réf. nécessaire]. Il est anobli en 1409 par le roi Sigismond et reçoit le domaine et château de Hunyad, maintenant en Roumanie, qui deviendra le domaine héréditaire de la famille[1]. "Wayk de Hunyad"[2] recevra la dignité honorifique de chevalier de la cour ("miles aulicus").

L'origine du nom Corvin[modifier | modifier le code]

L'origine de nom Corvin reste assez obscur et il existe de nombreuses théories. La théorie la plus largement acceptée est que Corvin fait allusion au Corvus qui apparaît sur leur blason. Une autre origine possible est soulignée par l'historien Antonio Bonfini : une relation avec la ville de Kovin (Kubin, Keve en hongrois; Covinum en latin) en actuelle Serbie.

Membres notables[modifier | modifier le code]

Le Cuirassé Hunyadi[modifier | modifier le code]

Le deuxième cuirassé de la Ersatz Monarch de la Marine austro-hongroise (officiellement connu comme Schiff IX) devait s'appeler Hunyadi. L'entrée dans la Première Guerre mondiale interrompt sa construction ainsi que les tous les chantiers navals principaux de l'Autriche-Hongrie.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Cependant Sigismond dans ses "lettres royales" emploie l'expression de nova donatio qui indique une possession antérieure. Voir :
    1) Ex litteris Sigismondi, anno 1409-modatis, ap. Feher, cod. diplomatic. Hungariae, t.X, page 493 (Chassin : Jean de Hunyad, Garnier Frères, Paris, 1856 : page 233) ;
    2) LES DONS ROYAUX DES XIV-XVI SIECLES, Ligia Boldea (banatica.ro)
  2. Ladislas III Jagellon : Ex litteris Uladislai Budae datis in vigilia festi beali Laurencij, anno 1440. Pièces justificatives, à la fin du volume

Sources[modifier | modifier le code]

  • http://web.axelero.hu/kesz/jel/01_12/hunyadiak.htm#10
  • Encyclopaedia Britannica
  • A M. Nemz. Tört. IV. Bp., 1896. - Elekes 1952. - Teke 1980. - Puskely 1994:279 (Hungarian)
  • Enea Silvius Piccolomini, (Pope Pius II), In Europa - Historia Austrialis, BAV, URB, LAT. 405, ff.245, IIII kal. Aprilis MCCCCLVIII, Ex Urbe Roma
  • A. Bonfini, Decad. III, lib. 4, ed. cit., p. 448; vezi și Decad. III, lib. 9, ed. cit., p. 538

Voir l'article Hunyadi (en) :