Kimagure Orange Road

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Kimagure Orange Road

きまぐれオレンジ☆ロード
(Kimagure Orenji Rōdo)
Type Shōnen
Genre Romance
Manga
Auteur Izumi Matsumoto
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Drapeau de la France J'ai lu, Tonkam
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale 1984 – 1987
Volumes 18
Nouvelle : Shin Kimagure Orange☆Road
Auteur Kenji Terada
Illustrateur Izumi Matsumoto
Éditeur Drapeau de la France Tonkam
Volumes 3

Autre

Kimagure Orange Road (きまぐれオレンジ☆ロード, Kimagure Orenji Rōdo?), typographié Kimagure Orange☆Road, est un manga romantique écrit et dessiné par Izumi Matsumoto. Il a été prépublié dans le magazine Weekly Shōnen Jump entre 1984 et 1987, et a été compilé en un total de 18 volumes. En France, le manga a d'abord été traduit par J'ai lu sous le titre Les Tribulations de Orange Road, et il est actuellement réédité sous le nom original par Tonkam depuis juin 2011. Le manga a également été adapté en anime, sous le nom de Max et Compagnie en France, ainsi qu'en films d'animation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

La famille de Kyôsuke Kasuga (Maxime ou Max dans la version française) vient d'emménager dans un appartement, dans un nouveau quartier d'une ville ; une fois de plus… Kyôsuke qui a 15 ans, est l'aîné. Lui et ses sœurs jumelles (fausses jumelles), Manami et Kurumi (Manu et Fanny), partagent des pouvoirs étranges : téléportation, télékinésie, psychokinésie, parfois rêves prémonitoires, et d'autres à découvrir plus tard… C'est un héritage de leur mère décédée : toute la famille, le père excepté, possède des pouvoirs surnaturels plus ou moins étendus. Pour éviter d'attirer l'attention, ils sont obligés de déménager à chaque fois que l'un d'eux fait quelque chose d'étrange en public.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En flânant dans la ville, Kyôsuke rencontre Madoka Ayukawa (Sabrina), jeune fille à la réputation de mauvaise élève, puis Hikaru Hiyama (Pamela).

Il s'éprend de Madoka, mais Hikaru en pince pour lui. Éternel indécis, la plus grande confusion règne dans son esprit quant à ses sentiments pour les deux jeunes filles, d'autant plus que si Hikaru est très expansive, Madoka est très réservée. Et Hikaru est l'amie d'enfance de Madoka, qui ne pardonnerait pas à Kyôsuke de briser le cœur de son amie.

De plus, tous les membres de la famille de Kyôsuke ont divers pouvoir magiques, mais sont censés les cacher. Alors, quand son père (photographe), son cousin Kazuya (Paul, capable de lire dans les pensées et d'échanger son esprit avec celui d'un autre), Yusaku Hino (Marc), l'ami d'enfance d'Hikaru (karatéka accompli) et ses grands-parents s'en mêlent, rien ne s'arrange.

Personnages[modifier | modifier le code]

L’univers de Kimagure Orange Road[modifier | modifier le code]

Analyse de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Inspiration et création[modifier | modifier le code]

Kimagure signifie Capricieux. Orange en anglais peut se traduire par orange la couleur, le fruit, mais peut aussi désigner l'oranger voire le bois de l'oranger. Road signifie quant à lui route. Une traduction littérale du titre donnerait donc « La capricieuse route Orange » ou « La capricieuse route de l'Orange ».

Or, en anglais un nom utilisé en qualificatif, perd la marque du pluriel, donc Orange peut très bien être au pluriel. Aux États-Unis, il y a huit villes qui s'appellent Orange, et il existe des routes qui y mènent qui s'appellent tout simplement « Orange Road ». Le Japon ayant été sous la tutelle de l'armée américaine après la guerre, certaines routes ont été surnommées « Orange Road » au Japon[1].

Une première supposition consisterait à dire que l'escalier où se sont rencontrés Kyôsuke et Madoka fait partie de cette fameuse « route des orangers » et qu'elle serait capricieuse puisqu'on ne peut déterminer le nombre de marches de cet escalier.

De même l'ABCB, le café où travaille Madoka, est situé dans l'« Orange Street » (rue orange, des oranges, des orangers ou d'Orange). L'ABCB devient d'ailleurs rapidement le point de rendez-vous secret pour les trois principaux personnages (le fait que Madoka travaille devant rester secret).

Dans le recueil d'histoire courtes Graffiti d'Izumi Matsumoto, l'un des projets s'appelait Panic in Orange Avenue (Panique dans Orange Avenue), où Orange Avenue est le nom d'un groupe de rock. Sachant ça, on peut très bien imaginer qu'Izumi avait l'intention d'utiliser Orange Road comme le nom d'un groupe de rock, mais que l'éditeur lui ait suggéré d'autres orientations pour la trame de l'histoire. Cette explication colle bien avec le fait que le titre mélange de l'anglais et du japonais, ce qui arrive rarement.

En 1978, un film japonais est sorti au cinéma. Ce film s'appelait Orenji Rôdo kyûkô (オレンジロード急行)[2], c'est-à-dire Orange Road Express, qui a peut-être inspiré Izumi Matsumoto.

Dans la culture japonaise, le citron, par son acidité, symbolise l'entrée dans la vie adulte, et les premières expériences sexuelles. L'auteur a pu choisir l'orange, plus douce et plus sucrée que le citron, comme une métaphore pour symboliser la période de l'adolescence.

Manga[modifier | modifier le code]

La publication de cette série débute au Japon dans le magazine Weekly Shōnen Jump de la maison d’édition Shūeisha. Le premier tankōbon est publié à partir de 1984, toujours par Shūeisha. La série compte un total de 18 tomes dont la parution se termine en 1987. Une édition deluxe de dix tomes a vu le jour entre décembre 1991 et septembre 1992, puis une édition en format bunko de dix tomes entre février 1998 et novembre 1998.

En France, la série est parue aux éditions J'ai lu. Tonkam a entamé sa réédition depuis juin 2011[3], la version de J'ai Lu étant devenue introuvable.

Deux chapitres inédits sont sortis en France :

  • Un chapitre Panique aux bains publics (Panic in Sentou) sur le 1er CD-ROM Comic-On en février 1996
  • Un chapitre de deux pages parut dans la revue Weekly Playboy no 44 de novembre 1999 : Kyosuke devient invisible

Liste des tomes[modifier | modifier le code]

Première édition[modifier | modifier le code]

no  Japonais Français
Date de sortie ISBN Titre Date de sortie ISBN
1 15 octobre 1984 ISBN 4088517113 Le chapeau de paille rouge ! 18 janvier 1998 ISBN 9782290047194
2 8 février 1985   Pluie et… jalousie ! 25 février 1998 ISBN 9782290047644
3 8 mai 1985   L’île des amours interdites ! 25 mars 1998 ISBN 9782290048047
4 8 août 1985   Rêves sous un ciel étoilé ! 17 avril 1998 ISBN 9782290048351
5 8 novembre 1985   Une troublante berceuse ! 19 mai 1998 ISBN 9782290048665
6 10 février 1986   Le message tracé au rouge à lèvres 23 juin 1998 ISBN 9782290048986
7 10 mai 1986   Les anges draguent ! 29 août 1998 ISBN 9782290049235
8 10 août 1986   Le fugitif de l’amour ! 24 septembre 1998 ISBN 9782290049471
9 10 octobre 1986   Un rêve annonciateur de chance ! 24 octobre 1998 ISBN 9782290050064
10 10 décembre 1986   Amours adolescentes 18 novembre 1986 ISBN 9782290050323
11 10 février 1987   Un baiser pour la nouvelle année 17 décembre 1998 ISBN 9782290050484
12 10 avril 1987   Attention à ces deux-là 23 février 1999 ISBN 9782290051238
13 10 juin 1987   100 % sentiment 23 avril 1999 ISBN 9782290051443
14 10 août 1987   Un professeur redoutable ! 25 mai 1999 ISBN 9782290051580
15 10 octobre 1987   Le rouge à lèvres du soir ! 28 juin 1999 ISBN 9782290051597
16 10 décembre 1987   L’idole du printemps ! ISBN 9782290052723
17 8 avril 1988   Graffitis des amours malheureuses ! ISBN 9782290052730
18 8 juillet 1988   L’éternel été ISBN 9782290052747

Seconde édition[modifier | modifier le code]

no  Français
Date de sortie ISBN
1 22 juin 2011[fr_ed2 1] ISBN 978-2-84580-956-7[fr_ed2 1]
2 22 juin 2011[fr_ed2 2] ISBN 978-2-84580-957-7[fr_ed2 2]
3 17 août 2011[fr_ed2 3] ISBN 978-2-8458-0958-1[fr_ed2 3]
4 12 octobre 2011[fr_ed2 4] ISBN 978-2-8458-0959-8[fr_ed2 4]
5 30 novembre 2011[fr_ed2 5] ISBN 978-2-8458-0960-4[fr_ed2 5]
6 18 janvier 2012[fr_ed2 6] ISBN 978-2-8458-0961-1[fr_ed2 6]
7 21 mars 2012[fr_ed2 7] ISBN 978-2-8458-0962-8[fr_ed2 7]
8 9 mai 2012[fr_ed2 8] ISBN 978-2-8458-0963-5[fr_ed2 8]
9 6 juillet 2012[fr_ed2 9] ISBN 978-2-8458-0964-2[fr_ed2 9]
10 26 septembre 2012[fr_ed2 10] ISBN 978-2-8458-0965-9[fr_ed2 10]
11 5 décembre 2012[fr_ed2 11] ISBN 978-2-8458-0966-6[fr_ed2 11]
12 9 janvier 2013[fr_ed2 12] ISBN 978-2-8458-0967-3[fr_ed2 12]
13 6 mars 2013[fr_ed2 13] ISBN 978-2-8458-0968-0[fr_ed2 13]
14 8 mai 2013[fr_ed2 14] ISBN 978-2-8458-0969-7[fr_ed2 14]
15 21 août 2013[fr_ed2 15] ISBN 978-2-8458-0970-3[fr_ed2 15]
16 22 janvier 2014[fr_ed2 16] ISBN 978-2-7560-5575-6[fr_ed2 16]
17 2 juillet 2014[fr_ed2 17] ISBN 978-2-7560-5576-3[fr_ed2 17]
18 20 août 2014[fr_ed2 18] ISBN 978-2-7560-5577-0[fr_ed2 18]

Anime[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Max et Compagnie.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

L'auteur des romans, Kenji Terada était l'un des scénaristes de la série télévisée. Il a fait en sorte d'unifier l'histoire des manga et des animé dans les romans.

En 2002, les deux premiers tomes de Shin Kimagure Orange Road ressortirent sous le nom Shin KOR 2002, dont les illustrations furent refaites et certains chapitres furent réécrits par Izumi Matsumoto, lui-même. Izumi Matsumoto jugeait que Kenji Terada avait pris trop de liberté par rapport à ce qu'il voulait faire des personnages. Le troisième volume remanié ne sortit jamais.

Autour de l’œuvre[modifier | modifier le code]

L'Abcb[modifier | modifier le code]

L'Abcb est le café où Madoka travaille en secret en dehors des cours.

Abcb est sous-titré Abacabu en caractère japonais. Il s'agit là de la même prononciation, pour un japonais, que le titre de l'album de Genesis, Abacab. Dans le volume 18 du manga, page 120-121, « Master », le propriétaire de l'Abcb porte un t-shirt avec le logo de Invisible Touch, un autre album de Genesis. Cela confirme que le patron du café est bien un fan de Genesis et que le nom du bar vient bien du nom de l'album.

Madoka[modifier | modifier le code]

Izumi Matsumoto s'est inspiré de Phoebe Cates[4] pour créer Madoka, et en particulier de son personnage dans Fast Times at Ridgemont High (Ça chauffe au lycée Ridgemont). Il s'est aussi inspiré de la chanson de Akina Nakamori intitulée Shojo A (少女A)[5] qui décrit les tribulations d'une jeune femme rebelle adepte de la moto.

Dans le manga, Izumi a dessiné son atelier avec un poster de Phoebe Cates et un calendrier d'Akina Nakamori.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Seconde édition française
  1. a et b (fr) « Tome 1 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  2. a et b (fr) « Tome 2 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  3. a et b (fr) « Tome 3 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  4. a et b (fr) « Tome 4 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  5. a et b (fr) « Tome 5 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  6. a et b (fr) « Tome 6 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  7. a et b (fr) « Tome 7 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  8. a et b (fr) « Tome 8 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  9. a et b (fr) « Tome 9 », sur http://tonkam.com/, Tonkam (consulté le 13 mars 2012)
  10. a et b (fr) « Tome 10 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  11. a et b (fr) « Tome 11 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  12. a et b (fr) « Tome 12 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  13. a et b (fr) « Tome 13 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  14. a et b (fr) « Tome 14 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  15. a et b (fr) « Tome 15 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  16. a et b (fr) « Tome 16 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  17. a et b (fr) « Tome 17 », sur http://tonkam.com/, Tonkam
  18. a et b (fr) « Tome 18 », sur http://tonkam.com/, Tonkam

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]