Moulin rouge (film, 2001)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Moulin Rouge (film, 2001))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulin rouge (homonymie).

Moulin rouge

Titre original Moulin rouge!
Réalisation Baz Luhrmann
Scénario Baz Luhrmann
Craig Pearce
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Sortie 2001
Durée 127 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Moulin rouge (Moulin Rouge ![1]) est un film musical américano-australien réalisé par Baz Luhrmann, sorti en 2001.

Inspiré en partie du roman La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils, le film raconte l'histoire d'une courtisane, Satine (jouée par Nicole Kidman), et d'un poète, Christian (Ewan McGregor) tombant amoureux l'un de l'autre.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans le Paris de la Belle Époque, Christian, un jeune poète plein d'espoir s'installe à Montmartre, cœur de la vie de bohème. Il rencontre par hasard Toulouse-Lautrec, qui va le convaincre d'écrire une pièce pour le Moulin rouge. Il va alors rencontrer Satine, la principale meneuse de revue du Moulin Rouge, ainsi que l'extravagant Harold Zidler, le propriétaire du cabaret. Il décide de les aider, par le biais de la pièce, à sauver le cabaret face à leur principal investisseur, le Duc de Monroth, fou de Satine, qu'il considère comme sa propriété privée.

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Paris, 1899, l'été de l'amour, un jeune écrivain anglais, Christian, arrive à Montmartre sans rien d'autre que sa machine à écrire. Il tente de s'établir dans la culture bohème qui prône la vérité, la liberté, la beauté et l'amour. Par hasard, il rencontre une troupe musicale, dirigée par Toulouse-Lautrec, qui essaye de présenter une nouvelle pièce à Harold Zidler, propriétaire du Moulin Rouge. Le talent de Christian ne tarde pas à charmer la troupe, qui lui demande d'écrire le spectacle nommé « Spectacular ! Spectacular ! ». La troupe emmène Christian au Moulin Rouge afin qu'il présente la pièce à la courtisane la plus fameuse, Satine, pour gagner ses faveurs. Mais le même soir, Zidler a organisé une rencontre entre Satine et un riche Duc, qui envisage d'investir dans le Moulin Rouge. Par malentendu, Satine prend Christian pour le Duc et l'emmène dans l'Éléphant, bâtiment dans lequel se trouvent ses appartements privés. Elle essaye alors de l'aguicher, tandis que Christian tente de lui présenter son œuvre. Durant ce quiproquo qui mêle allusion sexuelles et termes de poésie, Satine est très impressionnée à son tour par les vers de Christian, et lui fait croire qu'elle tombe amoureuse de lui. Jusqu'à ce qu'elle réalise sa condition de pauvre écrivain et l'énorme malentendu qui a eu lieu. Le Duc entre quand les deux artistes se trouvent dans une position très explicite, à la suite d'un évanouissement de Satine. Habilement, cette dernière fait croire au Duc qu'ils ne font que répéter une pièce. À l'aide de la troupe, Satine et Christian improvisent une nouvelle trame pour le spectacle, « Spectacular ! Spectacular », qui symbolise la situation dans laquelle ils se trouvent : un maharadjah, qui veut s'accaparer l'amour d'une courtisane indienne, elle-même tombée amoureuse d'un pauvre joueur de sitar. Ne comprenant pas les parallèles cachées, le Duc accepte de financer la pièce.

Durant les semaines qui suivent, toute la troupe du Moulin Rouge répète le nouveau spectacle, pendant que le cabaret est transformé en théâtre. Christian et Satine essayent d'éviter le Duc en prétextant répéter pour le spectacle et créent la « chanson secrète des amants ». En effet, Zidler les ayant surpris ensemble, il ordonne à Satine de cesser sa relation avec Christian, et celui-ci écrit alors la chanson qu'il inclut dans le spectacle. Lors de la répétition de la fin de la pièce, une courtisane jalouse dénonce l'amour de la courtisane indienne pour « le p'tit auteur sans le sou », et se rattrape en disant « le musicien, pas l'auteur ! », insinuant que la pièce est une métaphore reflétant la situation entre le Duc, Satine et Christian. Suspicieux, le Duc demande pourquoi la courtisane indienne ne choisit pas le maharadjah. Il exige que la fin soit modifiée pour que la courtisane choisisse le maharadjah et non le joueur de sitar. Le Duc tente de séparer Christian et Satine en ordonnant à Zidler que Satine passe la nuit chez lui. Satine accepte mais le Duc se montre violent lorsque la jeune femme lui résiste, après avoir vu Christian du haut du balcon. Avec l'aide d'un acteur, Chocolat, Satine réussit à prend la fuite et se rend, en pleurs, chez Christian. Ils décident de s'enfuir.

Pendant ce temps, le Duc menace Zidler de tuer Christian si celui-ci reparaît au cabaret. Zidler en fait part à Satine, qui apprend en même temps qu'elle est en train de mourir de la tuberculose. Zidler insiste auprès de Satine pour qu'elle rejette Christian en lui faisait croire qu'elle ne l'aime plus. Bouleversée, elle use de ses talents d'actrice, mais Christian refuse de se laisser écarter et cherche à la retrouver, Toulouse-Lautrec ayant semé le doute en lui.

Ainsi, le soir de la première de « Spectacular ! Spectacular ! », Christian retourne au Moulin Rouge pour parler à Satine ; furieux, il souhaite la payer pour lui avoir fait croire à l'amour. Satine, blessée, le rejette tout de même pour qu'il ne soit pas tué par Warner, le garde du corps du Duc. Lorsque les portes s'ouvrent sur scène pour le dernier acte, Christian et Satine se retrouvent devant les spectateurs. Zidler, pour sauver le spectacle, déguise cet imprévu par un habile subterfuge désignant Christian comme le joueur de sitar. Les deux amants voient alors leur amour se terminer sur scène. Pour les spectateurs ce ne sont que des comédiens, mais leur douleur est bien réelle. Le parallèle théâtre/réalité est merveilleusement bien cousu. Alors que Christian quitte la scène, Toulouse-Lautrec hurle de derrière le décors, le fameux « La seule vérité découverte à ce jour c'est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour. » Satine réalise donc l'importance de ces paroles et commence à chanter la « chanson secrète des amants », pour signifier à Christian que son amour pour lui est toujours vivace. Christian revient sur scène et se joint à la chanson. Cela met le duc en colère. Son garde du corps sort un revolver, essaye de tuer Christian, mais les danseuses aidant, il laisse échapper son arme qui tombe aux pieds du Duc. Ramassant le revolver, le Duc tente de tuer Christian en hurlant de rage, mais est stoppé par Zidler. À la fin de la chanson, les spectateurs ovationnent le spectacle. Au moment de saluer, Satine s'écroule, et meurt dans les bras de Christian. Le Duc sort du Moulin Rouge, en perdant, il n'aura finalement jamais eu Satine. Un an plus tard, nous revenons au début du film où Christian, désespéré d'avoir perdu son amour, commence à écrire leur histoire, selon la dernière volonté de Satine.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[3].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Liste des morceaux
No Titre Interprète(s) Durée
1. Nature Boy David Bowie 3:25
2. Lady Marmalade Christina Aguilera, Lil' Kim, Mya et P!nk 4:25
3. Because We Can Fatboy Slim 3:27
4. Sparkling Diamonds Nicole Kidman, Jim Broadbent, Caroline O'Connor, Natalie Mendoza et Lara Mulcahy 2:52
5. Rhythm of the Night Valeria 3:49
6. Your Song Ewan McGregor et Alessandro Safina (it) 3:40
7. Children of the Revolution Bono, Gavin Friday et Maurice Seezer 2:59
8. One Day I'll Fly Away Nicole Kidman 3:18
9. Diamond Dogs Beck 4:34
10. Elephant Love Medley Ewan McGregor, Nicole Kidman et Jamie Allen 4:13
11. Come What May Ewan McGregor et Nicole Kidman 4:18
12. El Tango de Roxanne Ewan McGregor, José Feliciano et Jacek Koman 4:42
13. Complainte De La Butte Rufus Wainwright 3:07
14. Hindi Sad Diamonds Nicole Kidman, John Leguizamo et Alka Yagnik 3:28
15. Nature Boy David Bowie et Massive Attack 4:23

L'Elephant Love Medley est composé d'extraits des chansons suivantes : Love is Like Oxygen (The Sweet), Love is a Many Splendored Thing (The Four Aces), Up Where We Belong (Buffy Sainte-Marie), All You Need Is Love (The Beatles), Lovers Game (Chris Isaak), I Was Made for Lovin' You (Kiss), One More Night (Phil Collins), Pride (In the Name of Love) (U2), Don't Leave Me This Way (Harold Melvin & the Blue Notes), Silly Love Song (Paul McCartney), Heroes (David Bowie), I Will Always Love You (Dolly Parton) et Your Song (Elton John).

On peut également entendre des extraits ou reprises de The Sound of Music (extrait de La Mélodie du bonheur), Smells Like Teen Spirit (Nirvana), Diamonds are the Girl Best Friends (Marilyn Monroe), Material Girl (Madonna), Gorecki (Lamb), Like a Virgin (Madonna), The Show Must Go On (Queen), Orphée aux Enfers (Offenbach) et La Gaîté parisienne (Rosenthal d'après Offenbach).

Réception[modifier | modifier le code]

Le film a été un succès commercial, rapportant 179 231 434 $ au box-office mondial (dont 57 386 607 $ aux États-Unis)[2]. Il a réalisé 1 336 984 entrées en France, 378 351 au Québec, 218 201 en Suisse, et 76 684 en Belgique[4].

Il a reçu de bonnes critiques, recueillant 78 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7/10 et sur la base de 173 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[5]. Il obtient un score de 66/100, sur la base de 35 critiques, sur Metacritic[6]. En 2006, l'American Film Institute a classé Moulin rouge à la 25e place des meilleures comédies musicales de tous les temps[7]. En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 211e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[8].

En France, il obtient une note moyenne de 3,7/5 sur la revue de presse d'AlloCiné[9]. Parmi les critiques positives, Le Point estime que Luhrmann réussit à « redonner une vigueur inédite à un univers que l'on croyait enseveli sous des tonnes de poussière et d'académisme » et que le film est « l'une des fictions les plus étonnantes de l'année », L'Express loue l'inventivité, l'irrévérence et la débauche visuelle du film, Positif évoque une « prodigieuse énergie visuelle » et un film « foisonnant, tape-à-l'œil, souvent grandiloquent », et Première trouve que « les ratés et maladresses sont compensés par l'originalité et l'énergie qui se dégagent de l'ensemble ». Le Monde et Le Parisien sont plus partagés, trouvant que l'esthétique du film ne compense pas tout à fait les faiblesses du scénario. Enfin, Le Nouvel Observateur délivre l'une des rares critiques négatives, estimant que Luhrmann a oublié ses interprètes au profit des effets de caméra[9].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Exploitant une histoire inspirée de La Bohème et surtout de La Traviata, le film prend une position originale dans son genre : généralement, les films musicaux sont soit des reprises de spectacles existants (Chicago), soit une création originale complète (les films de Jacques Demy). Mais ici, Baz Luhrmann fait le choix d'ignorer quasiment toute création propre (Come What May et le générique de fin) et de recycler un très large éventail de morceaux existants des années 1940 à 2000 réinterprétés et réorchestrés (cf. ci-dessus). Le film cultive donc un décalage total, brasse les inspirations, les époques, les rythmes ou les styles pour produire un traitement exubérant de ses thèmes romantiques et surtout un hommage appuyé au spectacle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon la graphie originale de certaines affiches.
  2. a et b (en) « Moulin rouge », Box Office Mojo.
  3. (en) « Awards for Moulin rouge », Internet Movie Database.
  4. « Moulin rouge », Lumière (consulté le 17 février 2011).
  5. (en) « Moulin rouge », Rotten Tomatoes.
  6. (en) « Moulin rouge », Metacritic.
  7. (en) « AFI's 100 Years of Musical », American Film Institute (consulté le 17 février 2011)
  8. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 26 mars 2011).
  9. a et b « Moulin rouge - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 17 février 2011).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :