Mezoued

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mezoued
Image illustrative de l'article Mezoued
Aperçu d'un mezoued

Variantes historiques Magrouna
Classification Instrument à vent
Famille Bois
Instruments voisins Cornemuse, Biniou

Le mezoued (مزود) ou mezwed est un instrument à vent traditionnel d'Afrique du Nord. Il est par métonymie, une forme de la musique populaire tunisienne. Le magrouna en est la version sans réservoir : une clarinette double qui se rencontre aussi en Égypte.

Le terme est lié à la notion de « double »[1].

Instrument[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une cornemuse traditionnelle, répandue en Tunisie mais aussi en Algérie et en Libye. D'origine bédouine, cet instrument se serait diffusé des campements nomades vers les campagnes puis les villes.

Facture[modifier | modifier le code]

Il est ouvert à partir de la magrouna, composée d'un tuyau mélodique, ou chalumeau (kaffa) double en roseau avec deux anches simples et cinq ou six trous de jeu, décoré au feu et prolongé par deux pavillons en corne de veau.

Il est ensuite relié à un réservoir d'une longueur de 64 centimètres, appelé chekoua ou dhorf, fait de peau de chèvre servant à emmagasiner l'air insufflé par un autre segment de roseau, pour faciliter le jeu.

Jeu[modifier | modifier le code]

C'est le bras de l'instrumentiste qui, ayant insufflé de l'air dans le réservoir qui permet l'obtention d'un son continu et aigu, assure une pression suffisante pour faire sonner les anches (il faut utiliser le souffle circulaire pour la magrouna portée à la bouche). L'instrumentiste peut altérer les notes et jouer différents modes musicaux en variant la pression de l'air.

Il se joue généralement accompagné du bendir, du tabl et de la darbouka.

Forme de musique populaire[modifier | modifier le code]

Cette forme musicale est accompagnée d'un chanteur s'exprimant en dialecte — et non en arabe littéral comme dans les formes classiques de musique — et souvent accompagné d'un chœur masculin ou féminin.

Le mezoued est longtemps ignoré par les instances culturelles officielles qui valorisent les formes de musique arabe classique au détriment de la musique populaire. Il se diffuse toutefois dans la culture urbaine des couches défavorisées et déracinées par l'exode rural. Il est alors vu comme l'expression d'un mal-vivre et d'une défiance vis-à-vis de la culture dominante, s'inscrivant volontiers contre les codes de la bienséance en adoptant un langage argotique et en traitant de thèmes provocateurs voire grivois ; ses plus sévères critiques associent le mezoued au zendali, réputé comme le chant des taulards. Un peu plus tard, il fait son apparition dans le sud du pays, plus précisément à Djerba, où c'est le chanteur folklorique Hbib Jbali qui s'illustre.

S'il est dans un premier temps quasiment absent des médias (télévision et radio), le mezoued se diffuse toutefois via des cassettes, ce qui le fait connaître et apprécier du grand public, notamment en raison de son aspect festif et de son caractère de culture de masse. Dans le même temps, le mezoued est de plus en plus incorporé au répertoire des plus grands chanteurs comme Hédi Jouini. Au début des années 1990, la fresque musicale et chorégraphique Ennouba, mise en scène par Fadhel Jaziri et Samir Aghrebi, entreprend de le réhabiliter en l'incluant dans le patrimoine musical national. Dans les années 2000, la chaîne de télévision publique Tunisie 7 passe de plus en plus fréquemment du mezoued avec des artistes comme Fatma Boussaha, Hedi Habbouba, Nour Chiba entre autres.

Artistes[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux artistes pratiquant le mezoued, on peut citer Samir Loucif, Naji Ben Nejma, Hedi Habbouba, Hbib Jbali, Lotfi Jormana, Ouled Jouini, Fathi Weld Fajra, Walid Ettounsi ou encore Faouzi Ben Gamra.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Exposé du musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

Liens externes[modifier | modifier le code]