Trois hommes à abattre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Trois Hommes à abattre)
Aller à : navigation, rechercher

Trois hommes à abattre

Réalisation Jacques Deray
Scénario Alain Delon, Jacques Deray et Christopher Frank (dialogues), d'après le roman de Jean-Patrick Manchette
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Policier
Sortie 1980
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois hommes à abattre est un film français réalisé par Jacques Deray et sorti en 1980. C'est une adaptation très libre du roman Le Petit Bleu de la côte ouest de Jean-Patrick Manchette.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir sauvé un homme victime d'un accident de voiture en pleine nuit, un joueur de poker professionnel se retrouve traqué par des tueurs. Ceux-ci sont commandités par l'employeur de l'homme qu'il a sauvé.

Un joueur de poker professionnel, Michel Gerfaut, découvre en pleine nuit un blessé à bord d'une voiture encastrée dans des arbres, sur une route de campagne. Il l'emmène à l'hôpital et part finalement sans faire de déclaration. Il apprend par la presse la mort du blessé ainsi que de celle de deux de ses collègues, cadres supérieurs aux établissements Emmerich, société spécialisée dans l'aviation et l'armement.

Il échappe aux balles des tueurs lancés à ses trousses mais son ami Liéthard, des renseignements généraux, meurt à sa place. Devenu justicier il élimine ses adversaires directs et comprend qui sont les commanditaires, mais pour combien de temps...

Ne pas lire la suite si vous voulez découvrir la fin par vous-mêmes.

Gerfaut rencontre finalement Emmerich en tête à tête. Celui-ci s'évertue à découvrir pour qui il travaille. Il laisse comprendre que la raison pour laquelle ses collaborateurs sont morts tient au fait que le matériel était défectueux. Emmerich meurt de crise cardiaque en sa présence (la quatrième de l'année!). L'adjoint, Leprince, cherche à l'inciter à travailler pour lui. Devant son refus, il le laisse partir mais le menace en lui assurant qu'il sera retrouvé et liquidé. Gerfaut part, retrouve sa douce Béa. Un jour, alors que Béa vient de s'éclipser, un inconnu lui fait comprendre qu'il cherche du feu pour allumer son cigare. Au moment où Gerfaut approche le briquet, l'autre lui saisit les mains. Gerfaut relève la tête et découvre avec effroi que c'est un piège. Un complice, placé derrière l'inconnu le met en joue et l'abat.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]