Force aérienne indienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Indian Air Force)
Aller à : navigation, rechercher
Indian Air Force
भारतीय वायु सेना
Image illustrative de l'article Force aérienne indienne

Période - présent
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Allégeance Président de l'Inde
Type Force aérienne
Effectif 170 000
Fait partie de Forces armées indiennes
Couleurs IAF-roundel.svg
Devise Nabha Sparsham Deeptam (Sanskrit: नभः स्पर्शँ दीप्तम API : /nɒβħɒħ spɒɾʂɒɱ ðipt̪ɒɱ/)
Touching the Sky With Glory
Anniversaire 8 Octobre
Équipement 1 300 aéronefs
Guerres Première Guerre indo-pakistanaise
Crise congolaise
Guerre sino-indienne
Deuxième Guerre indo-pakistanaise
Conflit de Kargil
Batailles Invasion de Goa
Commandant Air Chief Marshal Arup Raha

La force aérienne Indienne (Indian Air Force en anglais) est la composante aérienne des forces armées indiennes. Fondée en 1932, elle regroupe en 2007 près de 170 000 membres et dispose de 1 300 aéronefs (dont 600 avions de combat)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La force aérienne indienne a été créée dès 1932 (sous colonisation anglaise) au sein de la British Indian Army et assure la surveillance aérienne du Raj britannique grâce à une unité de 19 pilotes indiens et 6 officiers de la RAF aux commandes de quatre biplans Wapiti[2]. Durant la Seconde Guerre mondiale, la force aérienne indienne parviendra avec les autres unités à stopper l'avance des Japonais en Birmanie.

En 1945, l'armée de l'air indienne obtient le préfixe "Royal" pour services rendus, mais retire ce préfixe en 1950 lorsque l'Inde devient une république.

Lors de l'indépendance fin octobre 1947 et les affrontements avec le Pakistan, la RIAF comptait six escadrons de chasseurs-bombardiers Hawker Tempest avec huit avions par escadron, une escadrille de transport léger avec sept Dakota, vingt Supermarine Spitfire et quatre avions d'entraînement Harvard.

La guerre sino-indienne aboutit à une réorganisation complète de la logistique de l'armée de l'air, la création en 1966 d'un régiment de parachutistes et l'achat de MiG-21 à l'URSS (dont certains sont encore en service) et leur construction sous licence. Dans les années 2000, ce chasseur forme encore l'ossature de la force de combat.

Pendant le conflit de Kargil, l'IAF a contribué à une fin rapide des combats grâce notamment à ses Mirage 2000 qui ont accompli des bombardements très précis des positions pakistanaises. Le 10 août 1999, l'armée de l'air a intercepté et abattu (par 2 MiG-29) un Bréguet Atlantic pakistanais[3] qui aurait violé l'espace aérien indien.

Le taux d'attrition de cette force est relativement élevé. On dénombre de 1970 à 2010 un millier d'avions perdus accidentellement dont la moitié des 900 Mig-21 (Au total, elle a perçu 946 MiG-21 dont 476 ont été perdus par accident au 19 avril 2012 causant la mort de 171 pilotes, 39 civils et 8 autres militaires[4].) et un tiers des 158 SEPECAT Jaguar (entrés en service en 1979). Le nombre d'accidents est cependant en réduction : trente avions perdus par an en 1980, vingt-trois en 1990, dix-huit en 2000, dix en 2010[5]. Le 31 janvier 2012 Dassault annonce qu'il va vendre 126 Rafale à l'aviation indienne pour une somme de 12 milliards de dollars (9 milliards d'euros) dans le cadre de la compétition MRCA.

Fin mars 2015, le ministère de la défense aurait approuvé l'acquisition de deux Airbus A330 AWACS plus quatre autres par la suite[6].

Le 10 avril 2015, le Premier Ministre indien Nerendra Modi annonce son intention d'acheter 36 Rafale "prêts à voler" tandis que le contrat MMRCA serait toujours en cours de négociations.

Structure de l'Indian Air Force[modifier | modifier le code]

Su-30 de l'IAF
Arup Raha, l'actuel chef d'état-major de la force aérienne indienne.

Le commandement de la force aérienne indienne est assuré par le commandant cette force assisté de six officiers (vice-commandant de la force aérienne, commandant-adjoint de la force aérienne, commandant de la force aérienne responsable de l'administration, commandant de la force aérienne responsable du personnel, l'inspecteur de la sécurité aérienne et le commandant de la maintenance).

L'espace aérien indien est divisé en cinq régions disposant de leur propre commandement.

Commandements Situation
Commandement de l'Ouest New Delhi
Commandement de l'Est Shillong, Meghalaya
Commandement du Centre Allahabad, Uttar Pradesh
Commandement du Sud Thiruvananthapuram, Kerala
Commandement du Sud-Ouest Gandhinagar, Gujarat
Commandement d'entrainement Bangalore, Karnataka
Commandement de maintenance Nagpur, Maharashtra

Liste des aéronefs de l'IAF[modifier | modifier le code]

Principaux aéronefs de la force aérienne indienne en 2008[7]
Aéronefs Type en service (commandes)
HAL Tejas Chasseur multirôle 0 (+38)
Soukhoï Su-30 Chasseur multirôle 84 (+150)
Mirage 2000 Chasseur multirôle 50
Rafale Chasseur multirôle 0 (+36, +126 ?, non signées)
MiG-29 Chasseur 71
MiG-27 Avion d'attaque au sol 130
MiG-21 Chasseur 358
SEPECAT Jaguar Avion d'attaque au sol 111
Mil Mi-24 Hélicoptère de combat 25
Alouette II Hélicoptère multirôle 24
Alouette III Hélicoptère multirôle 92
HAL Dhruv Hélicoptère multirôle 24 (+200)
Mil Mi-17 Hélicoptère multirôle 52 (+80)
Mil Mi-8 Hélicoptère de transport 82
Mil Mi-26 Hélicoptère de transport 6
An-32 Avion de transport 158
HS 748 Avion de transport 64
Il-76 Avion de transport 31 (+3)
BAe Hawk Avion d'entraînement 15 (+106)
HAL HJT-36 Sitara Avion d'entraînement 12 (+175)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) - Page de la force aérienne indienne sur bharat rakshak.com
  2. (en) - Histoire de l'IAF sur le site de officiel de l'armée indienne
  3. (en) - Rapport de l'incident sur Aviation-Safety
  4. (en)« Indian air force to buy French fighters », sur United Press International ,‎ (consulté le 2 octobre 2012)
  5. « La lettre défense de l’IRIS », La lettre défense de l’IRIS, no 2,‎ (lire en ligne)
  6. http://www.journal-aviation.com/actualites/29321-l-inde-pourrait-acquerir-des-a330-awacs
  7. (en) - Page de l'IAF sur en:Wikipédia

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :