Des chiffres et des lettres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Des chiffres et des lettres
Image illustrative de l'article Des chiffres et des lettres
Titre original Le Mot le plus long
Genre Jeu télévisé
Périodicité Quotidienne
Création Armand Jammot
Réalisation Emmanuel Journel
Nathalie Talbot
Antoine Galey
Présentation Laurent Romejko
Ancienne présentation Christine Fabréga (1965-1970)
Patrice Laffont (1972-1989, 2007[1])
Laurent Cabrol (1989-1992)
Max Meynier (1992)
Participants Arielle Boulin-Prat
Bertrand Renard
Musique Eddy Warner
Thème du générique Western Patrol
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 52
Nombre d’émissions 10 000 (en octobre 2012)
Production
Lieu de tournage France Télévisions Studio E
Durée 33 minutes (depuis septembre 2011)
Format d’image 16:9
Production Yvette Plailly
Patrice Laffont
Société de production France Télévisions
Diffusion
Diffusion France 3
Ancienne diffusion La deuxième chaîne de l'O.R.T.F. (1965-1975)
Antenne 2 (1975-1992)
France 2 (1992-2006)
Date de première diffusion 19 septembre 1965
Statut En production
Public conseillé Tout public
Site web www.france3.fr/emissions/des-chiffres-et-des-lettres
Les trois présentateurs de l'émission lors de l'émission spéciale « 40 ans » diffusée le lundi 19 mars 2012.

Des chiffres et des lettres est un jeu télévisé français diffusé sur France 3 du lundi au vendredi à 16 h 10.

Apparu le 19 septembre 1965, il sera diffusé sous le nom Le Mot le plus long jusqu'au 29 septembre 1970. Il est devenu ensuite Des chiffres et des lettres le 4 janvier 1972.

Ce jeu, créé par Armand Jammot et reposant sur les compétences en calcul et sur la connaissance du vocabulaire des candidats, a été diffusé successivement sur la deuxième chaîne de l'O.R.T.F., sur Antenne 2, sur France 2 puis sur France 3 depuis la rentrée scolaire 2006.

C'est le plus ancien jeu télévisé quotidien toujours diffusé de la télévision française et l’émission avec la plus grande longévité du PAF, après Le Jour du Seigneur.

Le jeu est actuellement présenté par Laurent Romejko avec Arielle Boulin-Prat pour Le Mot le plus long et Bertrand Renard pour Le Compte est bon, ces deux derniers contrôlant la validité des solutions proposées par les candidats.

Gains[modifier | modifier le code]

Victoires Gains
1 victoire 200 €
2 victoires consécutives 400 €
3 victoires consécutives 600 €
4 victoires consécutives 800 €
5 victoires consécutives 1 000 €

Historique de l'émission[modifier | modifier le code]

Naissance de l'émission Le Mot le plus long[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Armand Jammot crée le dimanche 19 septembre 1965 l'émission Le Mot le plus long, alors restreinte aux lettres (tirages de 7 lettres), animée par Christine Fabréga et diffusée toutes les deux semaines le dimanche midi, après le repas dominical. Au tout début, les lettres non utilisées restaient en jeu, aussi avait-on intérêt à jouer les mots sans lettre chère pour plomber le tour du concurrent. Le jeu fait également appel à la culture générale : chaque candidat dont le total des points est impair doit répondre à une question sur un sujet divers. Le premier mot joué fut MÉE (auge à saler les harengs), à partir du tirage EGBMEOE. Le mot le plus long de ce tirage était en fait de 5 lettres (GOBÉE).
  • 1968 : l'émission devient hebdomadaire.
  • 1970 : le 29 septembre, arrêt de l'émission Le Mot le plus long.

L'émission est renommée Des Chiffres et des Lettres[modifier | modifier le code]

  • 1972 : le 4 janvier, l'émission est renommée Des Chiffres et des Lettres, devient quotidienne et est présentée par Patrice Laffont avec la complicité de Max Favalelli pour Le Mot le plus long et de Fabien Buhler, surnommé Monsieur Calcul, pour Le Compte est bon. Une assistante de l'équipe d'Armand Jammot, Dany Roig, est chargée de placer les plaques magnétiques des chiffres sur un tableau. À cette occasion, Eddie Warner compose la célèbre musique de l'émission, intitulée Western Patrol. L'émission est alors diffusée à 19h30 avant le journal télévisé de 20 heures (1972-1990).
  • Avril 1972 : le tirage passe à 8 lettres.
  • 1975 : en mars Bertrand Renard, alors candidat, remporte brillamment 12 matchs. Il intègre l'équipe d'arbitre de l'émission à la demande d'Armand Jammot, où il remplace Fabien Buhler présentateur Le compte est bon.
  • 1976 : première « Coupe des champions » à Monaco, rassemblant les 8 meilleurs joueurs de l'émission sur la saison précédente, remportée par Gilbert Lamic.

Dans les années 1980[modifier | modifier le code]

  • 1982 : le 5 janvier Passage à des tirages de 9 lettres pour Le Mot le plus long.
  • 1983 : premier « Grand tournoi » à Nîmes, rassemblant tous les meilleurs joueurs de la discipline, remporté par Franck Dubois de la Patellière. Plus tard, le Grand Tournoi aura lieu à Antibes.
  • 1985 : première « Coupe des clubs » remportée par le club de Paris. Max Favalelli quitte le jeu, remplacé par Jo Frachon.
  • 1986 : Arielle Boulin-Prat remplace Jo Frachon présentateur du Mot le plus long.
  • 1989 : Laurent Cabrol devient présentateur.

Dans les années 1990[modifier | modifier le code]

  • 1990 : l'émission est déplacée en milieu d'après-midi.
  • 1992 : Max Meynier devient présentateur, il sera rapidement remplacé par Laurent Romejko.
  • 1994 : l'émission s'enrichit d'une nouvelle formule avec le passage à l'informatique. Désormais, c'est l'ordinateur qui se charge des tirages de chiffres et de lettres. De même pour les calculs qui se font directement via le poste informatique. Les candidats doivent désormais saisir leurs réponses pendant le temps imparti. Le calcul des points est modifié : chaque coup rapporte 2 points au candidat ayant le meilleur résultat, ou 3 points si le candidat trouve un mot de 9 lettres ou un compte exact. Si les deux candidats donnent une solution équivalente, ils marquent tous les deux.
  • 1998 : décès d'Armand Jammot le 19 avril.
  • 1999 : départs d'Yvette Plailly et d'Arlène Tempier. Nouvelle formule de l'émission, avec l'arrivée des duels. Les animateurs ne sont plus que 3 sur le plateau. Le temps de réflexion est réduit à 45 secondes pour les chiffres (au lieu de 50) et à 30 pour les lettres (au lieu de 40). Le décompte des points est profondément modifié pour les lettres : chaque mot rapporte un nombre de points équivalent au nombre de lettres (7 lettres = 7 points). Pour les chiffres, un bon compte rapporte 9 points et un compte approchant, 6 points, comme avant la formule de 1994. De plus, un nouveau décor et habillage voit le jour.

Dans les années 2000[modifier | modifier le code]

  • 2005 : le « Tournoi des légendes » consacre Pierre-Marie Billy.
  • 2005 : nouveau décor et nouvel habillage.
  • 2006 : l'émission migre sur France 3.
  • 2007 : le Tournoi des Familles est remporté par l'équipe Thomas-Eric Albouy, membres du club de Plan-de-Cuques (13) suivie de Timothey-René Mahieux, membres du club d'Epernay (51).
  • 2008 : coupe des dames et introduction passagère du mot bonus (points du mot doublés) lors du dernier tirage de lettres.
  • 2009 : nouvelle musique du générique.

Dans les années 2010[modifier | modifier le code]

Le plateau de l'émission spéciale « 40 ans » des Chiffres et des lettres, diffusée le lundi 19 mars 2012 sur France 3.
  • Depuis le 5 janvier 2010 : un nouveau rendez-vous diffusé le dimanche voit les plus grands champions de l'émission s'affronter. « Des chiffres et des lettres, le championnat » marque la première apparition des tirages de 10 lettres.
  • Depuis le 5 avril 2010 : les tirages de 10 lettres remplacent définitivement les mots de 9 lettres.
  • Depuis la fin avril 2010, il y a des nouvelles musiques sur les tirages.
  • Depuis début septembre 2010, les bons comptes trouvés valent autant que les mots de dix lettres trouvés (10 points), les comptes approchants 7 points.
  • À partir du 11 septembre 2010 ont eu lieu tous les samedis les 7 matchs du tournoi junior. Tournoi remporté par Alexandre Durand.
  • 12 décembre : fin du championnat en raison des mauvaises audiences de l'émission spéciale[2].
  • 2 mars 2011 : un compte approchant mais qui constitue néanmoins la meilleure solution rapporte désormais 10 points (au lieu de 7) ; une erreur lors d'un duel rapporte dorénavant 5 points à l'adversaire (au lieu de 3).
  • 5 septembre 2011 : nouvelle version de l'émission : l'émission repose maintenant sur la parité chiffres - lettres : il y a 6 coups de chiffres et 6 coups de lettres, deux duels et deux sprints finaux.
  • 19 décembre 2011 - 2 janvier 2012 : Le deuxième tournoi junior, remporté par Erwan Bernard.
  • 19 mars 2012 : un prime est diffusé à l'occasion des 40 ans de l'émission.
  • Été 2012 - 9 novembre 2012 : Slam et Des Chiffres et des Lettres échangent leurs horaires de diffusion ; jusque là diffusé à 17h30, le jeu est maintenant avancé à 16h50[3].
  • Depuis le 12 novembre 2012 : Suite à l'arrivée du jeu Harry diffusé à 16h50, l'émission est une fois de plus, avancée à 16h10.
  • Le 6 janvier, à l'occasion des 40 ans de France 3, Marie-Ange Nardi et Olivier Minne sont les 2 candidats.

Animateur[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, l'émission est présentée par Laurent Romejko. Mais depuis la création de l'émission en 1965, de nombreuses personnes se sont succédé sur le plateau :

Les co-animateurs[modifier | modifier le code]

Co-présenté par Arielle Boulin-Prat et Bertrand Renard qui se chargent de contrôler la validité des réponses des candidats.

  • Pour les célèbres ex-animateur, on se souvient surtout de Max Favalelli (1966-1985), très populaire auprès du public pour son humour et sa culture. Max Favalelli, participait aussi à l'émission de Pierre Dac à la radio. Mais n'oublions pas Fabien Buhler (1972-1975), ainsi que Bénédicte Galey (1978-1991) et Arlène (1991-1999) qui tiraient les plaques de chiffres, annonçaient le compte à trouver et offraient les cadeaux aux candidats.
  • Yvette Plailly, arbitre et organisatrice de l'émission, supervisait la sélection des candidats. Assistante d'Armand Jammot à partir de 1967, elle se retire en septembre 1999. Patrice Laffont devient alors producteur de l'émission.

Musiques[modifier | modifier le code]

L'indicatif musical du générique de l'émission est « Western Patrol » composé par Eddie Warner[4]. Depuis le début de l'émission, ce thème a été décliné en quatre versions.

Depuis la refonte de septembre 2011, une des musiques de fond pendant le décompte du chronomètre est une adaptation du titre Rude Boy de Roberto Rizzo.

Déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

Deux candidats s'opposent sur quatre types d'épreuves pour obtenir le meilleur score possible (140 au maximum). Voici la liste des épreuves:

  • Le Compte est bon
  • Le Mot le plus long
  • Les duels
  • Le sprint final

Depuis le mois de septembre 2011, l'enchaînement des épreuves est le suivant : lettres, chiffres, lettres, chiffres, duel, lettres, chiffres, lettres, chiffres, duel, lettres, chiffres, lettres, chiffres, sprint final.

Le Compte est bon[modifier | modifier le code]

Le but de cette épreuve est d'obtenir un nombre (de 100 à 999) à partir d'opérations élémentaires (+, , ×, ÷) sur des entiers naturels, en partant de nombres tirés au hasard (de 1 à 10, 25, 50, 75 et 100). Lorsque l'émission n'était pas informatisée, le jeu comportait vingt-quatre plaques : les nombres de 1 à 10 présents en double exemplaire et les nombres 25, 50, 75 et 100 présents en un seul exemplaire.

Sont tirées alors 6 valeurs.

À défaut de trouver le compte exact, il faut tenter de s'en approcher le plus près possible.

Premier exemple 
Nombres tirés : 3, 100, 8, 8, 10, 6
Résultat demandé : 683
6 × 100 = 600
8 × 10 = 80
600 + 80 = 680
680 + 3 = 683
Second exemple 
Nombres tirés : 3, 75, 2, 4, 1, 1
Résultat demandé : 888
75 - 1 = 74
3 × 4 = 12
74 × 12 = 888

Modalités de jeu et score[modifier | modifier le code]

Les candidats disposent de 45 secondes pour entrer leur solution sur un écran tactile. Un candidat qui trouve le compte exact, ou la meilleure approche possible si le compte est infaisable, marque 10 points. Dans le cas contraire, il marque 7 points s'il trouve un résultat au moins aussi bon que son adversaire. Enfin, un candidat qui a un résultat moins bon que son adversaire ne marque pas de point. Cependant, depuis le 21 novembre 2013, si l'écart du résultat est supérieur à 100 pour les candidats, ils ne marquent pas de point.

Le Mot le plus long[modifier | modifier le code]

Dans cette épreuve, les deux candidats décident chacun leur tour s'ils souhaitent qu'une voyelle ou une consonne soit tirée au sort, jusqu'à obtenir 10 lettres. Le règlement impose qu'il y ait au moins deux voyelles dans le tirage de lettres. Le but est de trouver le plus long mot possible en utilisant les lettres qui ont été tirées, se rapprochant ainsi du principe de l'anagramme. Les diacritiques sont négligés.

Exemple[modifier | modifier le code]

  • Avec le tirage suivant :
B A M E R I L A N E
il est possible d'obtenir les mots REMANIABLE et REANIMABLE (en 10 lettres).
  • Avec le tirage suivant :
A N E D O S U N E I
il est possible d'obtenir les mots SAOUDIENNE (en 10 lettres) ; ADENOSINE, AUDONIENS et SOUDANIEN (en 9 lettres).

Modalités de jeu et score[modifier | modifier le code]

Les candidats disposent de 30 secondes pour saisir leur proposition sur un écran tactile. Les candidats marquent un point par lettre, si leur mot est correct et au moins aussi long que celui de leur adversaire. Un candidat ne marque aucun point si son mot est incorrect ou s'il est plus court que celui de son adversaire. Enfin, si un candidat propose un mot erroné plus long que le mot correct joué par son adversaire, ce dernier marque le nombre de points correspondant au plus long des deux mots.

Exemples :

  • A propose un mot correct de 6 lettres, B un mot correct de 8 lettres. B marque, seul, 8 points ;
  • A et B proposent tous deux un mot correct de 7 lettres. Ils marquent tous deux 7 points ;
  • A et B proposent tous les deux un mot incorrect. Personne ne marque.
  • A propose un mot correct de 8 lettres, B un mot incorrect de 10 lettres. B ne marque pas, et A marque les 10 points de B ;

Mots admis et refusés[modifier | modifier le code]

  • De façon générale, sont admis :
  • De façon générale, ne sont pas admis :
  • Les dictionnaires de référence de l'émission sont Le Petit Larousse illustré et Le Petit Robert.
  • Pour les compétitions organisées par les clubs partout en France, divers ouvrages spécialisés rédigés par des joueurs réputés servent de référence pour éviter tout litige : Le Glossaire des jeux de lettres (par Jean-Claude Arrighi), Le Colard (par Jacques Colard)…
  • Les seules erreurs acceptées sont celles faites lors de l'annonce des mots trouvés. Le plus souvent, il s'agit du rajout ou de la suppression d'accents inutiles, bref de problèmes de prononciation, qui sont donc tolérés, parce que l'important est l'orthographe écrite du mot et que les lettres des plaquettes utilisées ne portent pas d'accents.

Duels[modifier | modifier le code]

Deux fois, au cours de l'émission, après deux tirages de chiffres et deux tirages de lettres, se joue un duel. Il en existe plusieurs variantes :

  • Le duel traditionnel, qui consiste à trouver deux mots se rapportant à un thème donné à partir d'un tirage de 10 lettres ;
  • L'un dans l'autre : qui consiste à trouver un nom propre et un nom commun à partir d'un tirage, sachant que l'un des deux mots doit obligatoirement faire 10 lettres ;
  • La Bonne Orthographe : qui consiste à épeler de façon correcte le mot choisi ;
  • Le Calcul mental qui consiste à effectuer mentalement une série de calculs venant des quatre facteurs d'opération (addition, soustraction, multiplication et division). Exemple : ((((71 * 21) + 25 ) - 121) * 4) / 2.

Modalités de jeu et score[modifier | modifier le code]

Il est dans chaque variante imparti un temps de 30 secondes pour trouver la ou les réponses attendues.

  • Si personne ne répond avant les 30 secondes, aucun point n'est attribué.
  • Si un candidat répond correctement, cinq points lui sont attribués.
  • Si un candidat répond mal, les cinq points sont attribués à son adversaire (sans que ce dernier n'ait besoin de donner sa propre réponse).

« Sprint final »[modifier | modifier le code]

À la fin de l'émission, deux tirages préparés sont proposés aux candidats. Chaque candidat, en commençant par celui dont le score est le plus faible, choisit s'il préfère un tirage de chiffres ou de lettres. Pour le tirage de lettres, il faut trouver un mot de 10 lettres le plus rapidement possible. Pour le tirage de chiffres, il faut résoudre un compte le plus rapidement possible.

Modalités de jeu et score[modifier | modifier le code]

Les candidats disposent de 30 secondes pour proposer oralement une réponse.

Celui qui donne une bonne réponse gagne 5 points, il donne 5 points à son adversaire s'il se trompe.

Les champions du jeu télévisé[modifier | modifier le code]

À travers les années, de nombreux champions se sont illustrés grâce aux directs télévisés du jeu Des Chiffres et des Lettres, certains atteignant une cote de popularité significative auprès du grand public.

Citons parmi les plus emblématiques :

  • Pierre-Marie Billy : vainqueur du Tournoi des Légendes (2005), des Masters (1991), de la Coupe des Champions (1999), et meilleur joueur de l'histoire avec Étienne Chazal.
  • Étienne Chazal : vainqueur des Masters à 3 reprises (1984, 1985, 1993), de la Coupe des Clubs à 4 reprises (1985, 1986, 1988, 1991) et meilleur joueur de l'histoire avec Pierre-Marie Billy.
  • Michel Duguet : Vainqueur de la Coupe des Champions en 1984, désigné "Joueur du siècle" au Scrabble.
  • Jean-Paul Cordier : double vainqueur de la Coupe des Champions (1980, 1981), vainqueur des Masters (1987).
  • Simone Menesguen : double vainqueur de la Coupe des Champions (1978, 1979).
  • Denis Coste : vainqueur des Masters (1992), vainqueur du Trophée des As (2008).
  • Olivier Suys : vainqueur de la Coupe Armand Jammot (2001) et de la Coupe des Champions (1994), demi-finaliste du Tournoi des Légendes (2005).
  • Christian Quesada : seul joueur à avoir remporté les trois grandes épreuves télévisées : Vainqueur de la Coupe des Champions (1987), des Masters (1989), et de la Coupe des Clubs (1991).
  • Florian Lévy : joueur très précoce et très doué, passé au Scrabble en 1991, après 10 ans de compétition. Finaliste du Tournoi des Légendes (2005), vainqueur de la Coupe des Clubs (1991).
  • Christian Levesque : quadruple vainqueur de la Coupe des Clubs (1988, 1989, 1994, 1995), finaliste des Masters (1987), demi-finaliste du Tournoi des Légendes (2005).
  • Olivier Saul : vainqueur de la Coupe des Champions (1998), de la Coupe des Clubs (1992), triple demi-finaliste du Masters (1989, 1990, 1991).
  • Stéphane Crosnier : vainqueur de la Coupe des Champions (1997), du Championnat (2010) et finaliste de la Coupe Armand Jammot (2001).
  • Michel Jouaux : célèbre champion aveugle.
  • Jean-Pierre Mandras : créateur du C.M.C.L., Club Marseillais des Chiffres et des Lettres. Le C.M.C.L. fut l'un des tout premiers clubs créés en France. Sa création date du 12 septembre 1979.

Les meilleurs joueurs de l'histoire en chiffres sont Olivier Suys et Frédéric Vandamme, dont les capacités en calcul mental sont hors du commun.
Ensuite, Pierre-Marie Billy, Étienne Chazal, Denis Coste et Jean-Marc Durand, très rapides en calcul mental, ont également atteint une maîtrise parfaite des différentes techniques de résolution des comptes.

Ces joueurs maîtrisent parfaitement toutes les règles de divisibilité et de distributivité. Ils possèdent un sens inné de la combinatoire et leur parfaite connaissance des chiffres leur permet de scanner les tirages.

Les grands tournois télévisés[modifier | modifier le code]

La « Coupe des Champions » et le « Trophée des As »[modifier | modifier le code]

La Coupe des Champions eut lieu de 1976 à 1999 et rassemblait chaque début d'année les 8 joueurs ayant totalisé le plus de victoires à l'émission quotidienne au cours de l'année écoulée. Jusqu'en 1983 (avant l'introduction du Masters), cette épreuve voyait s'affronter le tenant du titre de l'édition précédente, ainsi que les 7 joueurs ayant totalisé le plus grand nombre de victoires dans l'année. Elle s'est tenue jusqu'en 1993 à Monte-Carlo. La compétition se déroulait sous le format d'une coupe : matchs à élimination directe, avec tirage au sort intégral des rencontres. Jusqu'en 1992, les 1/4 de finale étaient enregistrés en studio, les 1/2 finales se déroulaient en direct de Monte-Carlo, ainsi que la finale alors diffusée en première partie de soirée. La dernière édition eut lieu en 1999.

À partir de 2002, une compétition similaire à la « Coupe des Champions » revient sous le nom de « Trophée des As ». Elle rassemble périodiquement les 10 meilleurs joueurs passés à l'émission quotidienne, sur une période d'environ maximum deux ans pour les dernières éditions. La sélection hors antenne entre les joueurs invités (en fonction du nombre de victoires à l'émission quotidienne) se fait sur une épreuve individuelle de type duplicate contre-la-montre. Les 10 joueurs qualifiés pour la compétition jouent alors chacun leur tour et devant les caméras un duplicate individuel contre-la-montre sur tirages préparés. Les 4 premiers s'affrontent ensuite en matchs à élimination directe : demi-finales en une manche, puis finale en deux manches gagnantes, sur tirages préparés pour les chiffres uniquement et avec buzzer.

« Coupe des Champions »
  • 1976 : Gilbert Lamic (finaliste : Jean-Pierre Lévêque)
  • 1977 : Jean-Pierre Lévêque (f : Jean-Pierre Leprince)
  • 1978 : Simone Ménesguen (f : Michel Pialat)
  • 1979 : Simone Ménesguen (f : Max Mojon)
  • 1980 : Jean-Paul Cordier (f : Alain Enaux)
  • 1981 : Jean-Paul Cordier (f : Franck Dubois de la Patellière)
  • 1982 : Jean-Paul Dessoly (f : Jean-Paul Cordier)
  • 1983 : Vincent Labbé (f : Jean-Marc Bellot)
  • 1984 : Michel Duguet (f : Gérard Teuma)
  • 1985 : Eric Avazeri (f : Paul Levart)
  • 1986 : Claude Del (f : Marc Treiber)
  • 1987 : Christian Quesada (f : Daniel Henrion)
  • 1988 : Jérôme Mourot (f : Christian Foury)
  • 1989 : Gisèle Eraud (f : Serge Emig)
  • 1990 : Frédéric Vandamme (f : Jean-Luc Kerbiriou)
  • 1991 : Daniel Badou (f : Patrice Maquet)
  • 1992 : Laurent Dauvilliers (f : Nicolas Gauthier)
  • 1993 : Pascal Lucas (f : Philippe Rocchia)
  • 1994 : Olivier Suys (f : Frederic Delaveau)
  • 1995 : Jean-Michel Senlis (f : Alain Théron)
  • 1996 : Pas d'édition
  • 1997 : Stéphane Crosnier (f : Luc Maurin)
  • 1998 : Olivier Saul (f : Alain Simonnet)
  • 1999 : Pierre-Marie Billy (f : Claude Pouraillet)
« Trophée des As »
  • 2002 : Matthieu Colonna (f : Aurélien Kermarrec)
  • 2003-2005 : pas d'édition
  • 2006 : Nicolas Bartholdi (f : Pierre-Damien Roux)
  • 2008 : Denis Coste (f : Laurent Dauvilliers)
  • 2009 : Jacques Colard (f : Bruno Dambre)

Le « Grand Tournoi Open » / Masters[modifier | modifier le code]

Épreuve phare de l'âge d'or de l'émission, le Masters offrait une confrontation annuelle entre l'ensemble des meilleurs joueurs en activité, passés dans l'émission quotidienne ou non. D'abord organisée à Nîmes puis à Antibes, cette compétition était ouverte à tous les candidats souhaitant y participer. Les 16 meilleurs joueurs de l'année précédente, ainsi que les deux finalistes de la précédente Coupe des Champions étaient en outre invités par la production. Les participants jouaient d'abord sur un duplicate de sélection. Les 16 premiers s'affrontaient ensuite en matchs à élimination directe. Les 1/8 et 1/4 de finale se disputaient hors antenne, puis les 1/2 finales et finales étaient diffusées à l'heure habituelle de l'émission. Jusqu'en 1991, la finale était diffusée en première partie de soirée.

  • 1983 : Franck Dubois de la Patellière (f : Michel Lemoine)
  • 1984 : Étienne Chazal (f : Benjamin Hannuna)
  • 1985 : Étienne Chazal (f : Paul Levart)
  • 1986 : Jean-Philippe Chauveau (f : Jean-Paul Dessoly)
  • 1987 : Jean-Paul Cordier (f : Christian Lévesque)
  • 1988 : François-Yves Speranza (f : Jean-Paul Dessoly)
  • 1989 : Christian Quesada (f : Jean-Philippe Chauveau)
  • 1990 : Thierry Boisard (f : Étienne Chazal)
  • 1991 : Pierre-Marie Billy (f : Christian Quesada)
  • 1992 : Denis Coste (f : Pierre-Marie Billy)
  • 1993 : Étienne Chazal (f : Serge Emig)
  • 1994 : Serge Emig (f : Olivier Suys)

La « Coupe des Clubs »[modifier | modifier le code]

Organisée sur le format du Masters, cette compétition était ouverte à tous les clubs souhaitant y participer et rassemblait en général plus d'une centaine d'entre eux. Chaque club était représenté par une équipe de trois titulaires et un remplaçant. À l'issue d'une épreuve de sélection (duplicate) disputée hors antenne, les quatre premiers clubs s'affrontaient en matchs télévisés à élimination directe, dont la finale était diffusée jusqu'en 1991 en première partie de soirée.

« Le Championnat »[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Cette compétition, qui fit son apparition à l'antenne le 17 janvier 2010, est diffusée le dimanche de 17 h 10 à 17 h 50.

Durant la saison 2010, les 8 candidats (Olivier Saul, Stéphane Crosnier, Denis Coste, Jacques Colard, Jean-Marc Durand, Bruno Dambre, Philippe Merrheim et Alain Burnel) s'affrontent mutuellement lors de matchs à manches uniques (soit 28 rencontres). La victoire leur rapporte 3 points, le match nul 1 point et la défaite 0 point. À la fin des rencontres, Stéphane Crosnier et Philippe Merrheim, en tête du classement avec respectivement 18 et 15 points, sont désignés finalistes. Ils devancent le reste des joueurs dont Denis Coste (15 points également), battu par Philippe grâce à un meilleur différentiel. La finale, se déroulant en 3 manches gagnantes, se solde par la victoire de Stéphane Crosnier le 29 août 2010, au bout de l'ultime et 5e manche (2-0 pour Stéphane puis égalisation de Philippe à 2-2).

Le premier tirage de lettres est : G A L O N I T E S D
Le mot le plus long trouvé par le candidat comporte 9 lettres : DELATIONS
Le mot le plus long proposé par les présentateurs comporte 9 lettres : LEGATIONS.

Le premier 10 lettres est trouvé au 4e coup de lettres : OLIGOCHETE.

Le premier tirage de chiffres est : 8 3 10 7 4 2 → 219 Le compte est bon

10 × 2 = 20
20 + 7 = 27
27 × 8 = 216
216 + 3 = 219.

Durant la saison 2010/2011, le tenant du Championnat, Stéphane Crosnier, a défendu chaque dimanche son statut face à des adversaires, joueurs de renom. Après dix victoires de prestige, il est battu un peu par surprise le 14 novembre 2010 par Pierre-Damien Roux. Celui-ci remportera un match supplémentaire avant de perdre face à Luc Maurin, qui clôturera ce championnat "bis".

Déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

Durant la saison 2010, voici comment se déroulait un match, par ordre chronologique :

  • 12 tirages de chiffres et lettres (avec une alternance : 1 coup de chiffres / 2 coups de lettres) entrecoupés de 2 duels (déroulement traditionnel de l'émission quotidienne)
  • 6 tirages (puis 4 seulement après quelques semaines), choisis par les candidats : le candidat ayant le moins de points choisit le type de tirage, soit un coup de lettres ou un coup de chiffres, puis, l'un après l'autre, chaque candidat choisit entre les deux possibilités
  • le « sprint final » : 2 tirages préparés de lettres, dans lequel se trouve forcément un mot de 10 lettres qu'il faut trouver en premier et le faire savoir grâce au buzzer (de la même manière que pour les duels). Celui qui donne la bonne réponse en premier gagne 10 points, si sa réponse est mauvaise ces 10 points vont automatiquement à l'adversaire et si aucune réponse n'est donnée au bout de 30 secondes, les points ne sont pas attribués.

Durant la seconde et courte saison (fin 2010), voici comment se déroule un match, par ordre chronologique :

  • 12 tirages (puis 10 seulement à partir du deuxième dimanche) de chiffres et lettres entrecoupés de 2 duels, avec cette saison-ci une alternance : 1 coup de chiffres / 1 coup de lettres
  • le « 6 à 9 » : 4 tirages préparés de lettres, dans lesquels se trouvent un mot de 6 lettres pour le premier, de 7 pour le second, et ainsi de suite jusqu'au quatrième composé donc de 9 lettres. De la même manière que pour les duels et le « sprint final », il faut trouver en premier le mot et le faire savoir grâce au buzzer. Celui qui donne la bonne réponse en premier gagne de 6 à 9 points, si sa réponse est mauvaise ces points vont automatiquement à l'adversaire et si aucune réponse n'est donnée au bout de 30 secondes, les points ne sont pas attribués.
  • le « sprint final » : cf. ci-dessus

Autres compétitions individuelles[modifier | modifier le code]

  • 1990 : « Coupe des juniors » : Armand Ammirati
  • 2000 : « Tournoi du millénaire » : Laurent Dauvilliers (f : Vincent Labbé).
    Tournoi sur invitation avec huit joueurs, pour la plupart anciens vainqueurs de la Coupe des Champions, à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle formule du jeu. Ils se sont affrontés dans des matchs à élimination directe en une seule manche.
  • 2001 : « Coupe Armand-Jammot » : Olivier Suys (f : Stéphane Crosnier).
    Compétition qui vit s'affronter 16 joueurs (8 joueurs de clubs et 8 indépendants) répartis en deux poules. Les joueurs de chaque poule ont tous joué une manche contre les autres. Les deux premiers de chaque poule se sont ensuite affrontés en matchs à élimination directe : demi-finale en 2 manches gagnantes, puis finale en 3 manches gagnantes.
  • 2005 : « Tournoi des légendes » : Pierre-Marie Billy bat Florian Lévy par 3 - 1 (1/2 f : Olivier Suys et Christian Lévesque).
    Tournoi sur invitation ayant rassemblé dix des plus talentueux candidats du jeu, afin de couronner un « champion suprême ». Il a été organisé à l'occasion des 40 ans de l'émission. Les 10 candidats ont joué séparément un duplicate contre-la-montre sur tirages préparés. Les 4 premiers se sont ensuite affrontés en matchs à élimination directe : demi-finales en deux manches gagnantes, puis finale en trois manches gagnantes. Cette formule de jeu a été ensuite reprise pour le « Trophée des As ».

Produits dérivés sous licence[modifier | modifier le code]

Jeux de société[modifier | modifier le code]

Jeux de société Le mot le plus long, version 1966 sans minuteur.

Plusieurs versions au format jeu de société des jeux Le Mot le plus long et Le compte est bon ont été commercialisées, parfois séparément, parfois regroupés dans une seule boîte.

Une version en boîte regroupant les deux jeux, fut éditée par les Jeux Nathan en 1986 Et 1995 puis en 1999 par Ravensburger. On la trouvait en magasin spécialisé ou en grandes surfaces. Deux jeux électroniques ont été commercialisés par les Jeux Nathan dans les années 1980 et par Lexibook début 2000[réf. nécessaire].

En 2010, Dujardin a édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Divers logiciels commerciaux sont ou ont été disponibles, produits par exemple par Loriciel, Microïds ou Mindscape.

Jeu online[modifier | modifier le code]

Un jeu online[5] est disponible depuis le vendredi 7 juin 2013.

Magazine[modifier | modifier le code]

Depuis l'automne 2012, un magazine nommé "Des Chiffres et des Lettres" paraît ; y figurent de nombreux jeux dérivés de l'émission (Le compte est bon, Le mot le plus long, duels…) ainsi que certaines pages dédiées aux autres jeux de France Télévisions (Motus et Slam).

Logiciels[modifier | modifier le code]

Capture d'écran de logiciel d'entraînement de Des chiffres et des lettres.

Les logiciels de référence[modifier | modifier le code]

La communauté des joueurs des Chiffres et des Lettres utilise le logiciel 'Comptes - Mots'. Ce logiciel est devenu la référence pour les passionnés du jeu. Il permet de jouer seul, à plusieurs, sur Internet, de s'entraîner et d'animer des séances de clubs ou de tournois. Des versions de ce logiciel existent également sur iPad/iPhone/iPod Touch. Il n'existe de pas de version Android à ce jour.

Programmation du Compte est bon[modifier | modifier le code]

En raison du temps de calcul et de la quantité de mémoire limitée dont on disposait, la programmation du Compte est bon sur ordinateur fut jadis délicate pour des raisons d'explosion combinatoire. La solution approchée la plus simple était d'utiliser une technique de branch and bound qui donnait au moins ce qui a été trouvé de plus proche de l'objectif au cours des essais. Diverses heuristiques sont imaginables pour l'exploration de l'arbre. Cette contrainte disparaît pour un petit nombre de chiffres (tel que proposé dans l'émission) et une machine rapide de la classe de celles existant aujourd'hui[6] : il est ainsi possible de tester toutes les solutions possibles et de déterminer si un compte est ou non faisable ainsi que toutes les solutions possibles ou, dans le cas contraire, comment s'approcher autant que possible du compte à trouver. Le logiciel libre Kitsune résout ainsi tous les comptes en quelques secondes.

Premier programme du Mot le plus long[modifier | modifier le code]

Le Mot le plus long fut un des tout premiers jeux de lettres disponibles sur PC (sous DOS), programmé par le normalien Marcus Dornbusch et commercialisé par l'éditeur ViFi Jeux Nathan. Son vocabulaire et son programme tenaient sur deux disquettes de 360 Ko placées simultanément dans la machine (le PC/XT muni d'un disque dur n'était alors pas encore annoncé). Il était très rapide grâce à une structure de données sophistiquée et gagnait pratiquement constamment sur tout utilisateur humain quand il jouait en temps limité. Des cheat codes permettaient d'augmenter son vocabulaire quand on y trouvait des lacunes.

Il est désormais possible, sur n'importe quelle machine récente, de trouver tous les mots corrects pour un tirage donné. Pendant l'émission, les animateurs disposent depuis plusieurs années d'un tel logiciel et peuvent indiquer à la fin du temps de réflexion quels sont les mots les plus longs.

Programmes récents[modifier | modifier le code]

Le logiciel de résolution du « Compte est bon » utilisé dans le programme a été développé spécialement pour l'émission par la société ACE située à Houilles (78) qui est à l'origine du système informatique depuis 1994. La solution trouvée utilise le moins de plaques possibles. La plupart du temps il existe d'autres solutions. En cas d'impossibilité, le logiciel refait son calcul sur la valeur possible la plus proche. Le calcul n'est effectué qu'à la fin de la période de réflexion, ce qui permet aux animateurs de chercher leur propre solution.

De même un tri rapide est effectué sur le glossaire de Jean Claude Arrighi pour l'« Ariellettre ». En revanche, les mots sont donnés immédiatement, pour permettre aux animateurs de chercher la définition de certains mots dans les dictionnaires.

Les animateurs ont également à disposition un dictionnaire Le Petit Robert dans sa version la plus récente, ainsi que Le Petit Larousse sur PC. Pour ce dernier malheureusement, la société d'éditions a arrêté depuis quelques années la publication de son CD Rom, aussi cette version est en voie d'obsolescence.

Les surnoms de ces logiciels, Renardeau et Ariellettre, ont été donnés en référence aux deux animateurs Arielle et Bertrand (Renard).

Le tirage des lettres est conforme à une grille de répartition fournie par la production, dont la fréquence est celle des lettres dans la langue Française. L'algorithme de tirage est modifié environ tous les cinq ans, ce qui tout en gardant son caractère totalement aléatoire, et en respectant la répartition statistique des consonnes et des voyelles, permet d'obtenir régulièrement des mots nouveaux.

Le tirage des chiffres est purement aléatoire.

De nombreuses publications ont été faites sur le Web à propos surtout de la résolution du « Compte est bon », avec pour certaines de graves erreurs de conception ou de programmation, et en conséquence des logiciels qui ne trouvent pas toujours (même pour des logiciels non heuristiques) de solution existante.

Parmi les applets Java, citons Le compte est bon de J. Mochel ou Le compte est bon de Paul Courbis (écrit en 1995, recherches libres avec variations sur la complexité des solutions). De simples scripts tel que celui-ci (javascript) sont également disponibles.

Une version iPhone/iPod Touch/iPad est également disponible.

Programmation du Compte est bon[modifier | modifier le code]

Le compte est bon a été présenté comme programme dans SVM :

  • programmation en BASIC dans le numéro 2 de janvier 1985 ;
  • programmation en Turbo C++ dans le numéro 99 de novembre 1992.

Autour de l'émission[modifier | modifier le code]

Présentateurs[modifier | modifier le code]

En 1986, Patrice Laffont et Bénédicte enregistrèrent un disque en duo intitulé Je déchiffre ses lettres[7].

Arlène a également été chanteuse avant d'officier à l'émission, avec des titres comme Mandolino Rock, Premier amour, premier chagrin, ou encore des génériques de dessins animés. Elle présente maintenant Le Jour du Seigneur le dimanche matin sur France 2.

L'animateur Laurent Broomhead fit sa première apparition télévisée dans cette émission en tant que candidat, alors qu'il était encore étudiant en classes préparatoires de mathématiques.

Avant chaque émission, pendant la courte bande-annonce, les téléspectateurs ont droit à une mini-scène, souvent humoristique, mettant en scène Laurent, Arielle et Bertrand.

Canulars[modifier | modifier le code]

  • En 2003, l'émission s'est fait piéger par une imposture de Rémi Gaillard[8] lors d'un tirage du « compte est bon » avec les chiffres suivants :
nombres tirés : 9 - 75 - 8 - 3 - 8 - 9
résultat demandé : 395

Installé dans le public, il a pris la parole et a fait croire aux animateurs qu'il a pu trouver le bon résultat (contrairement aux candidats) en comptant « n'importe comment » :

9 × 75 = 95
8 + 3 = 100
8 ÷ 9 = 200
95 + 100 + 200 = 395

Le résultat demandé peut être atteint de la façon suivante :

75 - 9 =66
9 - 3 = 6
8 ÷ 8 = 1
66 × 6 = 396
396 - 1 = 395

D'une autre façon :

9 - 3 = 6
75 x 6 = 450
8 x 8 = 64
64 - 9 = 55
450 - 55 = 395
  • Le 1er avril 2008, divers incidents sont arrivés lors de l'émission : l'animateur était arrivé en retard, l'émission était dite « en directe » (sic), une alarme a retenti, un compte est bon bidon a été proposé (avec six 1, il fallait trouver 999)… À la fin, les animateurs ont annoncé que c'était un poisson d'avril.
  • Depuis, chaque 1er avril, les 3 animateurs de ce jeu, ainsi que Cyril Féraud et Julien Lepers s'inversent les rôles dans leurs trois émissions.

Tirage particulier[modifier | modifier le code]

En 1995, un tirage de lettres a vu apparaître, dans l'ordre, les lettres P-I-N-E-D-U-R-E [9].

Au début des années 2000, un tirage de lettres a vu apparaître, dans cet ordre, les lettres : R-E-P-E-I-N-T-E-S. Les deux candidats ont évidemment trouvé, en 9 lettres, le mot « REPEINTES »[10] ; il est à noter que le mot REPENTIES était également valable sur ce tirage.

Parodies[modifier | modifier le code]

Les Inconnus ont produit quatre sketchs parodiant l'émission :

  • sketch Belgique : le présentateur demande aux candidats, M. Van Brr et M. Van Krr, de choisir les plaques. Avec 0.0.20.1.6. ils doivent trouver VLM. Le présentateur supplie les téléspectateurs de lui écrire s'ils ont compris quelque chose ;
  • sketch États-Unis : le présentateur propose aux candidats un tirage de lettres dont la solution est le nom du sponsor de l'émission, une marque de céréales ;
  • sketch Israël ou Des chiffres et des chiffres : après un coup de chiffres, M. Cohen annonce sa solution. Il arrange les résultats de ses calculs comme bon lui semble, marchandant auprès du présentateur et de son adversaire M. Samuel à coût de rabais et d'intérêts ;
  • sketch Pologne : dans un décor noir et blanc austère éclairé à la lampe de poche, le présentateur, après avoir salué les téléspectateurs d'un « bienvenue au quart d'heure de bonne humeur de la télévision polonaise » prononcé d'une voix éteinte, invite les deux candidats ouvriers, M. Ribinski et M. Vassilievitz, à jouer avec les deux lettres restantes, le P et le C (en référence à l'acronyme du Parti communiste). Quand le présentateur propose mieux que les « 1 lettre » proposés par les candidats, il est vite rappelé à l'ordre par ceux-ci.

L'humoriste Coudy a célébré à sa manière les 40 ans de l'émission avec Ma Télé Cartonne sur France 3.

On en trouve également sur internet, telle cette vidéo[11] jouant sur une anagramme bien connue (en 8 lettres).

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • En 1977, dans Alice ou la Dernière Fugue, la toute première scène montre le mari d'Alice lui raconter sa journée tout en regardant l'émission à la télévision. On entend la voix de Patrice Laffont qui annonce les tirages et discute avec Max Favalelli.
  • En 1978, dans Les Petits Câlins, Corinne (Josiane Balasko) se rend dans sa chambre pour regarder son émission préférée. On entend le générique de l'émission puis la voix de Patrice Laffont que l'on aperçoit brièvement à l'écran avec deux candidats.
  • En 1979, dans Les Bronzés font du ski, un paysan de montagne a une télévision dans sa ferme et regarde l'émission. L'un des candidats propose le mot (non admis) AMBULÉS, sur un tirage qui permettait de former AMEUBLIS et SIMBLEAU. Le montagnard bourru éteint alors son téléviseur en bredouillant « Y'avait BLUMAISE en huit lettres ».
  • En 1985, dans Le téléphone sonne toujours deux fois !!, premier film des Inconnus, Seymour Brussel (alors membre des Inconnus) parodie Bertrand Renard en faisant des opérations sur un tableau noir, avec en point d'orgue le générique de l'émission.
  • En 1990, dans Tatie Danielle, le personnage éponyme interprétée par Tsilla Chelton, regarde la télévision et on entend le générique dans son intégralité. Lorsque son animateur Laurent Cabrol apparaît, Tatie Danielle change de chaîne en l'injuriant avec sa méchanceté habituelle.
  • En 1992, dans La Belle Histoire, les personnages joués par Vincent Lindon et Anémone s'affrontent dans l'émission animée par Patrice Laffont et trouvent le mot MARIAGE.
  • En 1994, dans La Cité de la peur, l'inspecteur Patrick Bialès (interprété par Gérard Darmon) est promu commissaire principal de Cannes en remportant la finale régionale des Chiffres et des lettres grâce au tirage L.O.R.I.C.P.I.S.E. avec le mot POLICIERS (on aperçoit Patrice Laffont).
  • En 1996, dans Un air de famille, le patron du bar Le père tranquille, interprété par Jean-Pierre Bacri éteint sa télévision après avoir regardé l'émission. On devine la musique du générique et l'acteur siffle l'air pendant quelques instants.
  • En 2008, dans Vilaine, Jessica participe à l'émission après s'être qualifiée grâce à l'aide de Mélanie. Au restaurant routier dans lequel travaille Mélanie, tout le monde regarde à la télévision le passage de Jessica. Sur le tirage U.C.V.F.T.E.A.S.K elle répond naïvement « 9 lettres » en épelant le tirage avant d'annoncer « Le compte est bon », mettant en colère Patrice Laffont, tandis que les clients du restaurant s'esclaffent.

Dans la musique[modifier | modifier le code]

Dans le clip de La débâcle des sentiments de Stanislas et Calogero (2008), les deux chanteurs jouent à des « Mots et des Mots », un clin d'œil au jeu « Le mot le plus long ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Countdown, la version anglophone du jeu télévisé.

Liens externes[modifier | modifier le code]