Rémi Gaillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillard.

Rémi Gaillard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rémi Gaillard le 17 septembre 2011.

Naissance 7 février 1975 (39 ans)
Montpellier
Nationalité Drapeau : France France
Profession

Rémi Gaillard, né le 7 février 1975 à Montpellier (Hérault), est un humoriste français.

Il s'est fait connaître en mettant en ligne des vidéos sur Internet et s'est spécialisé dans les impostures et les vidéos insolites.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est pendant une période de chômage qu'il commence à réaliser des vidéos qu'il poste sur internet.

Concept[modifier | modifier le code]

Rémi Gaillard réalise, d'une part, des vidéos employant le comique de situation, où une grande partie de l'humour réside dans son comportement outrancier[1] : il tire dans un ballon de football et marque un but dans un fourgon de police en 2007 ; il parodie le jeu vidéo Mario Kart en jetant des bananes sous les roues des automobilistes en 2008 et 2011 ; armé d'une épuisette et déguisé en papillon il capture, par exemple, un policier en 2010.

Ses vidéos, où il joue le personnage principal, sont souvent sans paroles mais accompagnées de musiques connues[1]. Son slogan :« C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui » apparaît à la fin de chacune des vidéos, Rémi Gaillard essayant par ailleurs de le scander dès qu'il le peut.

« Il faut n'importe quoi pour faire une bonne vidéo » selon Rémi Gaillard[réf. souhaitée]. Les vidéos de l'humoriste sont réalisées à l'aide d'un caméscope ordinaire, manipulé le plus souvent par son ami Grégory Laffargue[2]. Les autres vidéos sont signées notamment par Arnaud Albelda, Stéphane Laffargue et Steve Reimonen.

Il revendique les influences de Buster Keaton et Charlie Chaplin[3].

Coups de maître[modifier | modifier le code]

D'autre part, certaines de ses intrusions ou pièges à la télévision resteront dans les annales, et seront qualifiées de « coup de maître » par la presse nationale (comme Le Monde, entre autres[4],[1]), par exemple, il a piégé l'émission Des chiffres et des lettres en étant dans le public et en faisant mine d'avoir trouvé la bonne réponse à un calcul compliqué (2003). Il s'est aussi introduit sur un court de tennis lors d'un match d'exhibition opposant Yannick Noah à Henri Leconte lors duquel il arrive même à taper une balle avec Yannick Noah (2001).

Ainsi lors de la finale de la coupe de France 2002, déguisé en footballeur de l'équipe de Lorient, il fait le tour d'honneur avec les joueurs, serre la main du président de la République française Jacques Chirac qui lui aurait dit « Félicitation, bien joué »[5], s'empare de la coupe, et signe des autographes sans que personne ne se rende compte qu'il n'était pas un joueur de l'équipe.

En avril 2013, il piège TF1 lors de l'émission Confessions intimes. Avec l'aide de complices qui se font passer pour un couple au bord de la rupture, il réussit à faire diffuser un reportage sur un faux fan qui ferait passer Rémi Gaillard avant sa femme[6],[7]. En simultané de la diffusion de l'émission, il publie une vidéo sur YouTube dans laquelle on aperçoit notamment un membre de l'équipe de tournage, filmé en caméra cachée, donner des directives aux participants et les faire jouer des scènes fictives[8]. Le piège a pour but de dénoncer les « séquences bidonnées, les participants manipulés et les journalistes sans scrupules »[4].

Vidéos[modifier | modifier le code]

Nombre total de vidéos : 176

Reconnaissance et notoriété[modifier | modifier le code]

Rémi Gaillard tourne son premier gag en 1999[1] avec un ami d'enfance à Montpellier. Cette vidéo consiste à prendre sa douche, en public, dans une station de lavage automatique pour automobiles.

Il crée son site web www.nimportequi.com en 2001[1], puis il gagne une certaine notoriété après la réalisation de nombreuses impostures.

En 2001, il travaille pour la chaîne musicale MCM, puis pour le magazine Entrevue en 2002.

À l'automne 2007, il est remarqué par des journalistes du quotidien Le Monde et est invité dans plusieurs talk-shows, tels que Le Grand Journal sur Canal+ ou T'empêches tout le monde de dormir sur M6.

Sur son site officiel, Rémi Gaillard revendique, en juillet 2013, plus de 1,5 milliard de vues officielles sur le Web[9] (Dailymotion + YouTube). Fin mars 2011, il passe le cap du milliard de vues : « une performance que seuls Lady Gaga, Justin Bieber, Eminem et Rihanna ont réalisée », souligne alors le site PC INpact[10].

En juin 2012, lors d'une « Nuit N'importe Quoi », il réunit plus de 3 000 personnes lors du festival Satiradax dans les arènes de Dax (Landes)[11] pour le record du monde de mousse (4 500 bombes de mousse)[réf. souhaitée].

Accusations de plagiat portées à l'encontre de différentes émissions de télévision[modifier | modifier le code]

Rémi Gaillard a accusé plusieurs émissions de télévision ainsi que notamment Christophe Dechavanne et Michaël Youn d'avoir repris ses idées et plagié son travail[12],[13].

En 2001, lors d'une intrusion dans le Morning Live sur M6, il laisse une cassette à Michaël Youn. Ce dernier l'appelle pour lui dire qu'il a de bonnes idées et l'encourage à continuer. Cependant, selon Rémi Gaillard[14], quelques semaines plus tard, plusieurs de ses sketchs sont plagiés par l'équipe du Morning Live.

Après avoir laissé sa cassette à la société de production Coyote dirigée par Christophe Dechavanne, il constate que ses idées ont été plagiées dans les caméras cachées de l'émission Combien ça coûte ?. Vincent Lagaf' le défendra[15], tout comme Patrick Sébastien qui diffusera quelques-unes de ses vidéos pendant l'émission Le Plus Grand Cabaret du monde[1].

En 2004, après une intrusion en direct dans une émission de Sébastien Cauet sur Europe 2, l'animateur lui propose de signer un contrat avec lui[16],[17]. Rémi Gaillard souhaite ainsi financer les droits des musiques utilisées dans ses vidéos pour permettre plus tard une publication dans le commerce. Mais ce partenariat est rompu quelques semaines plus tard par Rémi Gaillard après avoir menacé l'animateur d'une grève de la faim car le contrat n'institue pas le financement des titres actuellement utilisés mais la création de nouvelles musiques[18].

Par ailleurs, en 2010, le comédien britannique Dom Joly (en) accuse Rémi Gaillard d'avoir plagié un de ses sketch de l'émission de caméra cachée Trigger Happy TV (en). Il n'a toutefois jamais engagé de poursuites tout en déclarant que l'humoriste français était drôle[19].

Partenariats[modifier | modifier le code]

En 2007, Rémi Gaillard a tourné plusieurs vidéos de marketing viral (destinées à être partagées en ligne) pour Orangina et Nike[20].

En 2008, Rémi Gaillard s'est associé au distributeur de pneumatique Euromaster pour une nouvelle campagne [21]. Il a également réalisé plusieurs vidéos pour la marque Nobacter [22].

En 2009, il réalise une série de vidéos sponsorisées par le site web de paris en ligne Bwin[23]. La même année, pour la marque Loctite il se colle a l'envers déguisé en chauve-souris, grâce a une nouvelle sorte de colle « Super glue », très résistante.

En 2010, une vidéo de football dont il a le secret est sponsorisée par LG à l'occasion de la Coupe du monde associé au Studio Lavion pour la bande son. L'un des partenaires de l'artiste est aussi l'agglomération de Montpellier[18].

En 2010, il réalise le clip L'amour fou de Cali[24].

En 2013, il prépare une ligne de vêtements en partenariat avec Norprotex, propriétaire notamment de Longboard. La nouvelle marque s'appellera Ponkster by Rémi Gaillard. Entre 30 et 40 pièces déclineront tout l'univers de la star du Net : représentations des plus célèbres sketchs ou du slogan « C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui »[25].

Engagements[modifier | modifier le code]

En 2011, Rémi Gaillard soutient officiellement Raoni Metuktire dans sa lutte contre le projet de barrage de Belo Monte[26],[27].

Passions[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Rémi Gaillard est ouvertement supporter de l'équipe de football montpelliéraine, le MHSC. Dans nombre de ses créations, il arbore le maillot bleu et orange du club héraultais, imposant même de porter cette tunique plutôt qu'une autre lors du clip promotionnel qu'il tourne pour Nike. En outre, il est ami avec plusieurs joueurs montpelliérains, et parvient même à faire porter un tee shirt « C'est en faisant n'importe quoi, qu'on devient n'importe qui » à Olivier Giroud, ce dernier le dévoilant en célébrant un but, lors de la saison de Ligue 1 2011/12, alors que le MHSC joue le titre de champion de France[28].

Bouvine[modifier | modifier le code]

Rémi Gaillard découvre l'univers de la bouvine. C'est régulièrement, qu'il se rend dans les arènes de sa région, en territoire camarguais, pour apprécier divers évènements autour de ce sport languedocien[29]. Il réalise même une vidéo sur la course camarguaise en 2010 (Urban raset), réalisant plusieurs millions de vues.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Cérémonie Année Récompense Résultat
Web Comedy Awards 2014 Prix d'honneur Lauréat

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (fr) Sabrina Champenois, « Rémi Gaillard : Farce de frappe » sur ecrans.fr (une publication de Libération), 11 février 2009.
  2. (fr) « N'importe quoi - L'équipage » sur le site officiel de Rémi Gaillard, consulté le 24 mars 2009
  3. Le Montpelliérain Rémi Gaillard sort de la toile ce mercredi !, Le Midi Libre, 04/04/2014
  4. a et b http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/04/17/embedded-remi-gaillard-piege-tf1-et-confessions-intimes/
  5. (fr) [vidéo] Interview durant l'émission Le Buzz diffusé sur LCI, janvier 2009, 10 min 25 s
  6. [1], RTL
  7. [2], Rutube
  8. [3], Youtube
  9. (fr) Site officiel de Rémi Gaillard, consulté le 18 février 2012.
  10. (fr) Nil Sanyas, « N'importe Qui : Rémi Gaillard compte un milliard de vidéos vues », sur PCINpact.com,‎ 29 mars 2011.
  11. (fr) Christine Lamaison, « On peut vraiment rire avec n'importe quoi ! », Sud Ouest,‎ 25 juin 2012 (lire en ligne)
  12. (fr) Mathilde Saez, « Rémi Gaillard accuse Dechavanne de plagiat ! » sur programme-tv.net, 23 mars 2009.
  13. (fr) « Listes des copies de Rémi Gaillard » sur le site officiel de Rémi Gaillard, consulté le 24 mars 2009.
  14. (fr) « Rémi Gaillard, roi de l'imposture » sur actu24.be, 5 novembre 2007.
  15. (fr) « Les scandales » sur le site officiel de Rémi Gaillard, consulté le 24 mars 2009.
  16. (fr) Arrêt sur images, « Rémi Gaillard : « J'emmerde la télé » », sur Dailymotion,‎ 20 juillet 2010[précision nécessaire].
  17. (fr) Rémi Gaillard, « Contact (point no 5) », sur nimportequi.com (consulté le 3 novembre 2010).
  18. a et b (fr) « J'emmerde la télé » Gagman-star du net, Rémi Gaillard dévoile ses recettes, sur arretsurimages.net,‎ 20 août 2010.
  19. (en) « Dom Joly: I am the victim of a dastardly art heist », The Independent,‎ 8 août 2010 (lire en ligne)
  20. (fr) « Rémi Gaillard, “Nimportequi” est de retour! » sur gregorymoine.com, 20 novembre 2007.
  21. (fr) « Rémi Gaillard fait n'importe quoi pour Euromaster… » sur doubitchou.com, 1er octobre 2008.
  22. (fr) Charles Carrard, « Rémi Gaillard à Poil pour Nobacter » sur simaosavait.com, 17 décembre 2008.
  23. (fr) « Le dernier délire de Rémi Gaillard » sur lesdessousdusport.fr 4 septembre 2009.
  24. (fr) Julien Mielcarek, « Pour son nouveau clip, Cali propose une compilation de caméras cachées », sur Ozap.com,‎ 20 octobre 2010.
  25. Rémi Gaillard prépare une marque de vêtements nommée ponkster, L'Express
  26. (fr) Rémi Gaillard, « Aidons Raoni ensemble », sur Dailymotion,‎ 19 septembre 2011.
  27. (fr) « Liste des signataires de la pétition de Raoni contre le projet Belo Monte », sur raoni.fr (consulté le 2 octobre 2011).
  28. [vidéo] « Giroud célèbre son but avec un T-shirt de Rémi Gaillard !!!! » sur YouTube.
  29. Article, Ville Baillargues
  30. Gino Delmas, « Rémi Gaillard : beauf ou génie ? », Les Inrockuptibles,‎ 14 juillet 2013 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :