Jacques Capelovici

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capello.

Jacques Capelovici

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Capelovici.

Alias
Maître Capello
Naissance 19 décembre 1922
Paris (France)
Décès 20 mars 2011 (à 88 ans)
Profession

Jacques Capelovici dit Maître Capello[1] ou Maître Capelo[2], né le 19 décembre 1922 à Paris et mort le 20 mars 2011[3], est un linguiste français, animateur de jeux télévisés francophones.

À partir de 1976, il devient célèbre pour sa participation au jeu de FR3, Les Jeux de 20 heures. Il apparaît régulièrement dans d'autres émissions de télévision et même dans des spots publicitaires. Ses grilles de mots fléchés ont été publiées chaque semaine dans le magazine Télé 7 jours pendant de nombreuses années.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Né d'un père d'origine roumaine et d'une mère bretonne[4], Jacques Capelovici[5] lisait le braille, était agrégé d'anglais, certifié d'allemand, diplômé d'italien et de scandinave ancien[6].

Sa carrière d'enseignant le conduit à être professeur d'allemand au cours complémentaire du 93 rue d'Alésia à Paris 14e en 1952, puis professeur d'anglais à l'ECCIP (École commerciale de la chambre de commerce et d'industrie de Paris), rue Armand Moisant Paris 15e, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, et professeur d'anglais au lycée Lakanal à Sceaux de 1956 aux années 1980[7],[8].

Grammairien pointilleux, il s'oppose avec véhémence à l'essor du franglais[9], aux propositions de rectifications orthographiques du français en 1990[10],[11],[12] et aux propositions de féminisation des noms de métier, de fonction et de grade[13]. Il affectionne les calembours et l'un de ses plus connus est : « C'était une femme qui avait épousé son temps… comme Simone Signoret ! »[14] Il révèle également à ses élèves les secrets du palindrome en prononçant régulièrement son exemple favori : « Éric notre valet alla te laver ton ciré », ajoutant négligemment qu'on peut tout aussi bien remplacer Éric par Luc[8] ! Il est aussi l'auteur du palindrome : « Ésope reste ici et se repose[8].  » Dans Les Jeux de 20 heures il se plaisait à utiliser l'expression « de bon aloi »[15].

Tombe du couple Capelovici au cimetière du Montparnasse.

Chaque année, Jacques Capelovici allait faire passer les épreuves du baccalauréat aux détenus de la prison de Fresnes[14], se faisant un plaisir d'apparaître devant les caméras de télévision, hilare, descendant du « panier à salade » qui l'amenait sur les lieux[16],[17].

Il figurerait[réf. nécessaire] comme correspondant épistolaire d'Étiemble dans son livre de 1964, Parlez-vous franglais ?.

On lui doit l'importation en France des mots fléchés[18].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Déjà de son vivant, et encore après sa mort, son nom est évoqué par antonomase pour qualifier un expert en bonne grammaire[16],[17], un « puits de science »[19], ou quelqu'un de professoral ou un tiers appelé en expert pour arbitrer un conflit portant notamment sur un fait de langue français[20]. On trouve trace de cette habitude sur l'internet francophone où « Maître Capello » est utilisé comme pseudonyme[18] ; de même, une photo de Maître Capello est parfois postée lorsqu'une personne en corrige une autre[21].

Radio, télévision et cinéma[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Créateur de mots croisés et fléchés pour divers journaux[8], en particulier Télé 7 jours
  • 1969 : William Shakespeare, adaptation de textes sur Shakespeare, incluant des extraits des œuvres de Shakespeare, Paris, Paris-Match, coll. Les Géants de la littérature mondiale, 136 p.
  • 1969 : Goethe, adaptation de textes sur Goethe, incluant des extraits des œuvres de Goethe, Paris, Paris-Match, coll. Les Géants de la littérature mondiale, 136 p.
  • 1970 : Nouveau Cours d'anglais. 5e, en collaboration avec Pierre Simon, Paris, Wesmael-Charlier, 200 p.
  • 1971 : Parlons correctement français, guide pratique, Paris, Télé 7 Jours, 128 p. (2e édition, réédité en 1978)
  • 1971 : L'École des mots croisés, 80 problèmes de difficulté graduée, Paris, Bordas
  • 1972 : Nouveau Cours d'anglais. 6e, en collaboration avec Pierre Simon, Paris, Wesmael-Charlier, 200 p.
  • 1972 : Nouveau Cours d'anglais. 4e, en collaboration avec Pierre Simon et Doreen Markam, Paris, Wesmael-Charlier, 191 + 37 p.
  • 1978 : Les Mots croisés de maître Capello, Presses-Pocket
  • 1981 : Les Mots croisés, Paris, Bordas
  • 1984 : En plein délire scolaire, Paris, Carrere-Michel Lafon
  • 1990 : Le Français sans fautes. Répertoire des erreurs les plus fréquentes de la langue écrite et parlée, Éditions Acropole, 322 p. (plusieurs rééditions)
  • 1992 : Guide du français correct. Pièges, difficultés et chausse-trapes de la langue française, L'Archipel
  • 2004 : 160 mots croisés et mots fléchés, L'Archipel
  • 2005 : 150 mots fléchés : tous niveaux, L'Archipel
  • 2007 : 200 mots fléchés : tous niveaux, L'Archipel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Autorité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Maître Capello a dit son dernier mot : Jacques Capelovici, figure des "Jeux de 20H" sur FR3 dans les années 70 et 80 est décédé dimanche soir. Ce cruciverbiste passionné a aussi participé en tant que juge à un autre jeu consacré à la langue française, "Le Francophonissime" », Le Temps, Genève,‎ 22 mars 2011 :

    « Jacques Capelovici, dit Maître Capello. »

  2. Quoiqu’à tort selon lui-même, c’est toutefois cette orthographe qui est choisie pour sa pierre tombale.
  3. « Le roi des mots s'est tu », sur Gala.fr.
  4. Selon François Le Guevellou : [1]
  5. « Capelovici » (nom d'origine roumaine) est la bonne orthographe ; c'est ainsi qu'il signe ses livres.
  6. Le Français sans fautes, Acropole/Livre de Poche no 8021.
  7. On le voit, en 1961, sur cette photographie des professeurs et responsables du lycée Lakanal, copainsdavant.com
  8. a, b, c et d LEMONDE.FR avec AFP, « Maître Capello, figure populaire du petit écran, est mort », Le Monde.fr,‎ 22 mars 11 (lire en ligne)
  9. (en) Carol Rifelj, « False Friends or True ? Semantic Anglicisms in France Today », The French Review,‎ février 1996 (lire en ligne)
  10. Jacques Capelovici, « Le bon français », Le Figaro,‎ 11 octobre 1997 :

    « Il y aurait intérêt à révéler ou à rappeler cette règle d’accord du participe passé aux « professionnels de la parole » qui s’expriment sur nos médias, même si d’indulgents « spécialistes » qui la connaissent pourtant fort bien ne voient aucun inconvénient à ce qu’elle soit violée »

  11. (ro) Gheorge Moldovanu, « Politicile linguistice ale frantei in interiorul hexagonului, in europa, in comunitate statelor francofone si in restul lumii », dans La francopolyphonie comme vecteur de la communication (lire en ligne)
  12. Jacques Capelovici, « Contre une réforme de l'orthographe », Bulletin de l'Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française, no 4,‎ 1992
  13. Jacques Capelovici, « Du sexe au genre », Le Figaro,‎ 13 mars 1999 (lire en ligne)
  14. a et b « La fin de Capello », Sud Ouest,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne)
  15. « Télévision : décès de Maître Capello à l'âge de 88 ans », Le Parisien,‎ 22 mars 2011-url texte=http://www.leparisien.fr/tv/television-deces-de-maitre-capello-a-l-age-de-88-ans-22-03-2011-1371597.php
  16. a et b « La mort de Maître Capello », France Soir,‎ 22 mars 2011 (lire en ligne)
  17. a et b Olivier Perrin, « Maître Capello, la rigueur et la rigolade: La presse, unanime, rend un hommage appuyé à la star des jeux télévisés français: Jacques Capelovici, artisan d'acrostiches et de palindromes, amoureux de beau langage et de la syntaxe correcte », Le Temps, Genève,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne) :

    « "Son nom est devenu synonyme de bonne grammaire", dit France-Soir. »

  18. a et b « Le point final de « Maître Capello » », sur letelegramme.com.
  19. « Le dernier mot de Maître Capello », Le Parisien,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne)
  20. « Maitre Capello est mort », sur rtl.fr.
  21. Exemple.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]