Bataille de Bornéo (1941-1942)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Bornéo (1945)
Bataille de Bornéo (1941-1942)
Débarquement japonais sur la côte ouest de Bornéo du Nord.
Débarquement japonais sur la côte ouest de Bornéo du Nord.
Informations générales
Date 15 décembre 19411er avril 1942
Lieu Bornéo
Issue Victoire japonaise
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Inde britannique
Flag of the Kingdom of Sarawak (1870).png Royaume de Sarawak
Drapeau : Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Robert Brooke-Popham
Drapeau du Royaume-Uni C.M. Lane
Drapeau des Pays-Bas D.P.F. Mars

Drapeau : Japon Kiyotake Kawaguchi
Forces en présence
env. 3 000 hommes (incluant : régiment du Punjab, Sarawak rangers, armée royale des Indes néerlandaises) 4 500 hommes, trois destroyers, un sous-marin
Pertes
 ?  ?
Seconde Guerre mondialeGuerre du Pacifique
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Attaque du Prince of Wales et du Repulse · Malaisie · Ceylan · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Komandorski · Attu · Îles Gilbert et Marshall · U-Go · Kohima · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Mindanao · Okinawa · Opération Ten-Gō · Bornéo (2) · Détroit de Malacca · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements de Hiroshima et Nagasaki · Reddition du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

La bataille de Bornéo de 1941 et 1942 se déroula durant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de la campagne des Indes orientales néerlandaises, et vit la prise de contrôle de l'île de Bornéo par les troupes de l'Empire du Japon.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1941, l'île de Bornéo était divisée entre le Royaume-Uni et les Pays-Bas, comptant d'une part les possessions britanniques de Bornéo du Nord et de Labuan, ainsi que les protectorats du Royaume de Sarawak (toujours gouverné par la dynastie des Rajah blancs descendants de James Brooke) et de Brunei, et d'autre part le territoire de Kalimantan, appartenant aux Indes orientales néerlandaises. Si l'Armée royale des Indes néerlandaises stationnait des troupes à Bornéo, l'administration coloniale néerlandaise était alors coupée de sa métropole, occupée par l'Allemagne nazie depuis l'invasion de 1940.

L'Empire du Japon, qui menait depuis 1937 une guerre de longue haleine en Chine et venait de déclarer la guerre aux pays occidentaux en déclenchant la guerre du Pacifique par l'attaque des possessions britanniques et américaines, avait de gros besoins en carburant. La prise de Bornéo, dont le sol était très riche en pétrole, notamment grâce aux gisements de Tarakan, Balikpapan et Banjarmasin, était un point essentiel dans la stratégie des Japonais, qui visaient pour la même raison le reste du territoire des Indes orientales néerlandaises. Le contrôle de l'île assurait également des bases stratégiques nécessaires pour le contrôle de Java, Sumatra et Sulawesi, ainsi que de la Malaisie, où une autre offensive japonaise était alors en cours.

Offensive[modifier | modifier le code]

Deux des principales cibles japonaises étaient les puits de Miri, à Sarawak, et de Seria, à Brunei. Sarawak ne disposait pas de réelle force armée, malgré la présence d'un contingent britannique et la reformation récente du corps des Sarawak Rangers. En apprenant l'attaque de Pearl Harbor, le gouvernement de Sarawak fit détruire les puits, ainsi que la raffinerie de Lutong.

Le 13 décembre 1941, un contingent de 4 500 soldats japonais, envoyé depuis Canton en Chine, partit des bases nippones en Indochine française, accompagné de trois destroyers et d'un sous-marin[1].

Prise de contrôle du Nord de l'île[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre, les troupes japonaises débarquèrent, prenant Miri, Seria et Lutong sans grandes difficultés. Le 16, les Japonais débarquèrent à Kuala Bait, et prirent le contrôle de Brunei en six jours, les Britanniques n'organisant aucune défense en dépit d'accords passés avec le sultanat[2]. Le 31 décembre, les forces commandées par le lieutenant-colonel Watanabe avancèrent sur Labuan et Jesselton, débarquant le 18 janvier à Sandakan, siège de l'administration coloniale. Le gouverneur britannique de Bornéo du Nord ne disposait que de 650 hommes, et dut se rendre le lendemain.

Bataille au Sud[modifier | modifier le code]

À la fin décembre, l'aviation japonaise bombarda l'aérodrome de Singkawang, pour empêcher une contre-attaque de l'Aviation royale des Indes orientales néerlandaises. Les Japonais débarquèrent à Cape Sipang le 24 décembre, où ils affrontèrent et maîtrisèrent un détachement du régiment du Punjab de l'Indian Army.

Le 25 décembre, les Japonais prirent l'aérodrome de Kuching, tandis que les troupes alliées faisaient retraite à travers la jungle jusqu'à Singkawang, qui fut prise à son tour le 29. Les troupes britanniques et néerlandaises battirent à nouveau en retraite vers le sud, et l'aérodrome néerlandais de Kotawaringin. La Marine impériale japonaise prit le contrôle du sud et de l'est de Kalimantan. Après dix semaines de résistance dans la jungle, les troupes alliées finirent par se rendre le 1er avril.

L'île fut occupée par les Japonais jusqu'en 1945, quand les Alliés lancèrent la seconde bataille de Bornéo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Ernest Percival, The War in Malaya, chapitre 12, Operations in Borneo, Eyre & Spottiswoode, 1949.
  2. Brunei under the Japanese occupation, The Brunei Times, 29 juin 2008