Célèbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sulawesi)
Aller à : navigation, rechercher
Célèbes
Sulawesi
Carte topographique de Célèbes.
Carte topographique de Célèbes.
Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel Grandes îles de la Sonde
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 2° 08′ 00″ S 120° 17′ 00″ E / -2.133333, 120.2833332° 08′ 00″ S 120° 17′ 00″ E / -2.133333, 120.283333  
Superficie 189 035 km2
Point culminant Mont Rantemario (3 478 m)
Géologie Île continentale
Administration
Provinces Sulawesi occidental, Sulawesi du Nord, Sulawesi central, Sulawesi du Sud, Sulawesi du Sud-Est, Gorontalo
Démographie
Population 17 359 398 hab. (2010)
Densité 91,83 hab./km2
Plus grande ville Makassar
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+8

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Célèbes
Célèbes
Îles d'Indonésie

Célèbes ou Sulawesi est une île d'Indonésie située à 300 kilomètres à l'est de Bornéo, à 600 kilomètres au sud des Philippines, à 200 kilomètres à l'ouest des Moluques et au nord-est de Java. Avec une superficie de 189 035 km2, c'est la quatrième plus grande île du pays mais elle ne représente que 7 % de la population. Le relief, plutôt accidenté, est principalement recouvert de forêt tropicale. Le point culminant de l'île est le mont Rantemario avec 3 478 mètres d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Carte de Célèbes dessinée par Jacobus van der Schley et publiée en 1747

Sulawesi est le nom indonésien moderne du français « Célèbes ». Ce nom signifie « trident de fer » (sula, du sanskrit trisula, « trident », l'un des attributs du dieu Shiva, et wesi ou besi, « fer »), à cause de la forme caractéristique de l'île, sorte de « K » dont la branche supérieure s'incurve vers l'est. On l’attribue à de jeunes nationalistes de Célèbes du Sud venus faire des études à Java à l’époque coloniale. La forme de l'île est connue depuis au moins le XVIIIe siècle, comme l'atteste une carte dessinée par le graveur hollandais Jacobus van der Schley, intitulée des Isles Philippines Celebes et Moluques et publiée en 1747.

Une autre étymologie dit que sula veut dire « île » : Sulawesi veut donc dire « île du fer ». Depuis longtemps en effet, Célèbes est connue pour ses gisements de fer, peu nombreux dans l'archipel indonésien. Les Javanais du royaume de Majapahit au XIVe siècle, appréciaient le fer à haute teneur de nickel en provenance du royaume de Luwu dans le sud de Célèbes. Une autre source du métal étaient les mines du pays seko, également situées dans le sud de l'île.

Bien que le nom de « Célèbes » se termine par un « s » et provienne d'un pluriel en portugais, il désigne une île. Ce nom doit être traité sans article (comme Cuba ou Malte) et doit être considéré comme un singulier comme dans « mer de Célèbes ». Le nom de "Celebes" apparaît pour la première fois sous la plume de Tomé Pires, un apothicaire portugais qui vécut à Malacca de 1512 à 1515. À l'origine, ce nom ne désignait que la pointe nord de l'île, "Punta de Celebres", et apparaît pour la première fois sur une carte de 1524[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Célèbes est la douzième plus grande île du monde, avec 189 035 km2. Elle est entourée par Bornéo à l'ouest, les Philippines au nord, Maluku à l'est et Florès et Timor au sud. Sa forme caractéristique comporte quatre grandes péninsules : la péninsule de Minahasa au nord, la péninsule orientale, la péninsule méridionale et la péninsule du sud-est. Le centre de l'île est formé de montagnes escarpées, de sorte que les péninsules ont eu traditionnellement peu de rapports, les transports étant plus faciles par voie maritime que terrestre. Il existe trois grandes baies : le golfe de Tomini au nord, le golfe de Tolo au sud et le golfe de Bone à l'est. À l'ouest de l'île se trouve le détroit de Makassar.

Il existe quatre parcs nationaux à Célèbes : le parc national marin de Bunaken, le parc national Bogani Nani Wartabone, le parc national de Lore Lindu et le parc national de Bantimurung.

Au sud-ouest de l’île, la ville principale est Ujung Pandang, aussi nommée Makassar. Avec Manado, ville située à la pointe est-orientale de l’île, elle possède un aéroport offrant des liaisons régulières avec les autres îles indonésiennes.

Petites îles[modifier | modifier le code]

Les îles Selayar, qui s'étendent en mer de Florès dans le prolongement de la péninsule méridionale, font administrativement partie de Célèbes. Les îles Sangihe et les îles Talaud s'étendent vers le nord à partir de la péninsule de Minahasa, tandis que Buton au sud-est et les îles Togian se trouvent dans le golfe de Tomini et que Peleng et les îles Banggai forment un groupe entre Célèbes et Maluku. Toutes ces îles font administrativement partie de Célèbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un des mégalithes du centre de l'île.

Des fouilles effectuées dans les grottes de Leang-Leang, situées à environ une heure de route au nord de Makassar, ont révélé des traces de présence humaine qui remonteraient à 5 000 ans (3000 av. J.-C.). Il y a 5 000 ans, des habitants du littoral de la Chine du sud commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Célèbes et Timor et, de là, les autres îles de l'archipel indonésien. L'arrivée des Austronésiens à Célèbes est en tout cas postérieure à l'occupation des grottes de Leang-Leang.

Le centre de l'île possède plus de 400 mégalithes de granite, que des études archéologiques ont daté de 3000 à 1300 avant notre ère. Leur taille varie de quelques centimètres à 4,5 m. Leur fonction est inconnue. Une trentaine ont une forme humaine. D'autres sont en forme de pots (Kalamba) et de plats (Tutu'na)[2],[3].

Régent avec sa suite, Maros Makassar (photo non datée).

Période hindoue-bouddhique indonésienne[modifier | modifier le code]

C'est dans l'ouest de Célèbes qu'a été trouvé le plus ancien objet d'art religieux d'inspiration indienne d'Indonésie, une statue de Bouddha en bronze de style Amaravati datant du IIIe ou IVe siècle.

Royaumes du sud[modifier | modifier le code]

Présence européenne[modifier | modifier le code]

Danseuses Padjogé vers 1870.

Les premiers européens à visiter l'île (qu'ils prirent pour un archipel en raison de sa forme contournée) furent des marins portugais en 1525, venus des Moluques à la recherche d'or, que ces « îles » avaient la réputation de produire[4]. Les Néerlandais arrivèrent en 1605, rapidement suivis par les Britanniques, qui établirent une manufacture à Makassar[5]. À partir de 1660, les néerlandais furent en guerre avec Gowa, le principal état de la côte ouest. En 1669, l'amiral Speelman obligea son maître, le sultan Hasanuddin, à signer le traité de Bongaya, qui donnait le contrôle du commerce à la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Les Néerlandais furent aidés dans leur conquête par le seigneur de la guerre Bugis Arung Palakka, souverain du royaume de Bone. Ils construisirent un fort à Ujung Pandang et Arung Palakka devint le maître de la région et Bone le royaume dominant. Le développement politique culturel semble avoir ralenti du fait de ce status quo.

En 1905, l'ensemble de l'île fut intégrée aux Indes orientales néerlandaises, jusqu'à l'occupation japonaise de l'Indonésie durant la Seconde Guerre mondiale. Durant la Révolution nationale indonésienne, le capitaine néerlandais Raymond Westerling y tua au moins 4000 personnes au cours de la Campagne de Célèbes du Sud (15 décembre 1946 – 15 mars 1947)[6]. Après le transfert de souveraineté en décembre 1949, Célèbes devint un état fédéral de la République des États-Unis d'Indonésie, remplacée en 1950 par la République d'Indonésie[7].

Conflits religieux[modifier | modifier le code]

Récemment, Célèbes a été le théâtre de violences confessionnelles entre les chrétiens et les musulmans. Les incidents les plus graves ont eu lieu entre 1999 et 2001, avec une implication massive de milices islamistes comme le Laskar Jihad. Plus de mille personnes ont été tuées dans des violences, des émeutes et du nettoyage ethnique dans le centre de l'île. L'accord Malino II, signé à Malino le 13 février 2002, n'a pas mis fin à la violence. Au cours des années suivantes, les tensions et les attaques systématiques ont continué[8]. En 2003, 13 villageois chrétiens ont été tués par des tireurs masqués dans le district de Poso. En 2005, trois lycéennes chrétiennes ont été décapitées à Poso par des militants islamistes. Un message laissé près d'une des têtes aurait indiqué : « Une vie pour une vie. Une tête pour une tête. »[9].

De nouvelles émeutes ont eu lieu en septembre 2006 dans les régions chrétiennes du centre de l'île, ainsi qu'ailleurs en Indonésie, après l'exécution par arme à feu de Fabianus Tibo, Dominggus da Silva et Marinus Riwu, trois catholiques condamnés pour avoir dirigé des militants chrétiens au cours des violences du début du XXIe siècle. Leurs partisans ont déclaré que les musulmans qui avaient participé aux violences avaient pour leur part bénéficié de sentences légères, qu'aucun n'avait été condamné à mort et que le gouvernement avait appliqué une double mesure[10]. Ces émeutes ont été dirigées contre les autorités, et non contre les musulmans[10].

Administration[modifier | modifier le code]

Carte du découpage administratif en provinces de Sulawesi.

Célèbes est divisée en six provinces (légende des couleurs sur la carte ci-contre) :

  1. Sulawesi du Nord (vert) ;
  2. Gorontalo (bleu clair) ;
  3. Sulawesi central (jaune) ;
  4. Sulawesi occidental (beige) ;
  5. Sulawesi du Sud (rose) ;
  6. Sulawesi du Sud-Est (marron).

Démographie[modifier | modifier le code]

Linguistiquement, Célèbes est très diversifiée. Avec 114 langues répertoriées[11], le rameau des langues célèbiques est l'un des plus importants de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes.

Les principales langues parlées sont le gorontalo et le minahasa dans le nord de l'île, le pamona dans le centre, le mandar dans l'ouest, le buginais, le makassar et le toraja dans le sud et le buton dans le sud-est.

Les principaux groupes ethniques de Célèbes sont les différents groupes minahasa et les Gorontalos dans la partie nord, les Bugis, les Makassars et les Torajas dans la partie sud.

La population de l'île selon le recensement de 2010[12] serait d'un peu plus de 17.3 millions de personnes avec un taux de croissance moyen supérieur à la moyenne nationale[13].

Langues et cultures[modifier | modifier le code]

Les groupes linguistiques de Sulawesi

On répertorie 114 langues parlées à Célèbes. Elles se répartissent en 3 groupes :

Célèbes possède une grande diversité linguistique, ethnique et culturelle.

L'île possède aussi de nombreux sites de plongée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tony Whitten, Greg S. Henderson et Muslimin Mustafa, Ecology of Sulawesi, Tuttle Publishing (2013), p. 83
  2. (en) National Geographic: Explorer's Notebook: The Riddle of Indonesia's Ancient Statues, 12 December 2001, retrieved 9 October 2010
  3. Sangadji, Ruslan: C. Sulawesi's Lore Lindu park, home to biological wealth, The Jakarta Post, 05 June 2005, retrieved 11 October 2010
  4. (en) Crawfurd, J. 1856. A descriptive dictionary of the Indian islands and adjacent countries. London: Bradbury & Evans.
  5. (en) Bassett, D. K. (1958). English trade in Celebes, 1613-67. Journal of the Royal Asiatic Society 31(1): 1-39.
  6. Kahin (1952), p. 145
  7. Westerling, R. 1952. Challenge to Terror
  8. (en) BBC NEWS | Asia-Pacific | Indonesia flashpoints: Sulawesi (28 juin 2004)
  9. (en) http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/6473897.stmhttp://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/6127378.stm
  10. a et b (en) BBC News: Executions spark Indonesia unrest, 22 septembre 2006
  11. ethnologue.com
  12. (en) Population of Indonesia by Province 1971, 1980, 1990, 1995 , 2000 and 2010
  13. Briefs analysis - Population growth

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bellwood, The Austronesians, 1995
  • Pelras, Christian, The Bugis, Blackwell Publishers, 1996
  • Rappoport, Dana, Musiques rituelles des Toraja Sa’dan, musiques du Couchant, musiques du Levant, Presses Universitaires du Septentrion, 1997
  • M. C. Ricklefs, A History of Modern Indonesia since c. 1300, Stanford University Press, 1993
  • Wolters, O. W., Early Indonesian commerce, Cornell University Press, 1967

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Vivre ou mourir à Dongi-Dongi, film documentaire de Daniel Serre, France, 2009, 55'