Kuching

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kuching
Vue de Kuching depuis le Sarawak Campus. La montagne en arrière-plan est le Santubong.
Vue de Kuching depuis le Sarawak Campus. La montagne en arrière-plan est le Santubong.
Administration
Pays Drapeau de la Malaisie Malaisie
province Sarawak
Maire James Chan Khay Syn
Datuk Abang Wahap Abang Julai
Démographie
Gentilé Orang Kuching
Population 325 132 hab. (2010)
Densité 754 hab./km2
Géographie
Coordonnées 1° 33′ 00″ N 110° 20′ 06″ E / 1.55, 110.3351° 33′ 00″ Nord 110° 20′ 06″ Est / 1.55, 110.335  
Altitude 27 m
Superficie 43 102 ha = 431,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Malaisie

Voir sur la carte Malaisie administrative
City locator 14.svg
Kuching

Kuching est la capitale et la plus grande ville de l'État de Sarawak en Malaisie. Sa population est d'environ 600 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Kuching a été nommé d'après un cours d'eau appelé Kuching River (Sungai Kuching) qui coule entre l'actuel Tua Pek Kong Temple, et le Musée d'histoire de la Chine. La source se situe à Bukit Mata Kuching ("Colline de l'œil de chat") où il y avait une abondance de fruits locaux appelé Green longane[1], appelés par les locaux "œil de chat". En 1928, le cours d'eau a été comblé pour faire place à la construction de la rue du Temple (Lebuh Temple), et aux expansions de la ville vers l'est.[réf. souhaitée]

Kuching est la troisième capitale du Sarawak, fondée par le représentant du Sultan de Brunei, Pengiran Indera Mahkota en 1827. Avant la fondation de Kuching, les deux capitales passées du Sarawak ont été Santubong, fondée par le sultan Pengiran Tengah en 1599, et Lidah Tanah, fondée par Datu Patinggi Ali, au début des années 1820[2].

Kuching, Capitale de l'Administration de James Brooke[modifier | modifier le code]

Sir James Brooke, the first Rajah of Sarawak.

Le Sarawak faisait auparavant partie du Sultanat de Brunei avant qu'elle ne soit cédée à un jeune aventurier britannique du nom de James Brooke, qui régna sur le Royaume de Sarawak à partir du 24 septembre 1841. La déclaration officielle ne fut pas établie avant le 18 août 1842. James Brooke reçut comme récompense le Royaume de Sarawak, afin de parvenir à bout d'un règlement pacifique, entre les Bidayuh se soulevant contre le Sultanat de Brunei.

Kuching est devenue le siège du gouvernement de Brooke et a subi des changements remarquables. [citation nécessaire] En tant que capitale administrative, la ville a été le centre d'attention et de développement de l'époque. Certaines des premières choses que James Brooke fit fut d'introduire un code de lois, et de construire sa résidence sur un site à la rive nord de la Sarawak River. [citation nécessaire] L'actuelle Astana (Palace), qui est aujourd'hui la résidence officielle du Gouverneur du Sarawak, est située à côté de l'édifice original de James Brooke.

Kuching continue de prospérer sous le règne du fils de James Brooke, Charles Vyner Brooke, qui lui succéda en tant que Troisième Rajah de Sarawak. En 1941, Kuching devient le lieu de la Célébration du Centenaire du Gouvernement Brooke. Quelques mois plus tard, l'administration Brooke prit fin lorsque l'Empire du Japon occupa le Sarawak.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, six pelotons d'infanteries dont 2/15 du régiment du Punjab étaient stationnés à Kuching. Kuching aurait été défendue grâce à son aérodrome, et parce que son occupation par l'ennemi donnerait accès à l'important aérodrome Néerlandais situé à Singkawang II, à soixante miles au sud-ouest et à seulement 350 miles de Singapour[3].

Kuching a été remis aux forces japonaises le 24 décembre 1941 et Sarawak faisait partie de l'Empire Impérial Japonais pendant trois ans et huit mois, jusqu'à la capitulation japonaise officielle le 11 septembre 1945 à bord HMAS Kapunda at Kuching. À partir de mars 1942, les japonais ont opéré un prisonnier de guerre et civils internés Batu Lintang camp, à trois miles (5 km) en dehors de Kuching

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le troisième et dernier Rajah, Sir Charles Vyner Brooke cède Sarawak à la Couronne Britannique en 1946. Kuching a depuis été revitalisée en tant que Capitale du Sarawak, en vertu de la Le Gouvernement Colonial Britannique. Quand le Sarawak, ainsi que la partie Nord de Bornéo, Singapour et la Fédération de Malaya, formèrent la Fédération de Malaisie en 1963, Kuching a été maintenue en tant que Capitale de l'État. [citation nécessaire]

Administration[modifier | modifier le code]

Capitale de Sarawak[modifier | modifier le code]

Aire de la métropole du "Grand Kuching":

En tant que capitale de Sarawak, Kuching tient un rôle politique et économique essentiel dans tout l'état. La ville est le siège de toutes les administrations de l'état de Sarawak. L'assemblée législative de l'état de Sarawak est située dans la banlieue de Kuching, à Petra Jaya.

Ville et autorité locale[modifier | modifier le code]

Kuching est l'unique ville de Malaisie à être administre par deux maires[2], elle est divisée en Kuching Nord et Kuching Sud[4]. Le sud est administré par un maire, et le nord par un commissionaire[5]. Kuching a obtenu son statut de ville par le gouvernement Malaisien le 1er août 1988[6].

Avec une superficie de 1868 km², c'est le District le plus peuplé de Sarawak[7]. Ce district est divisé en trois sous-districts, à savoir Kuching Proper, Padawan et Siburan. Kuching Proper la ville de Kuching et la municipalité de Padawan, tandis que Siburan et Padawan forment un sous-district. La combinaison de ces entités forme le "Grand Kuching"[8].

Geographie[modifier | modifier le code]

Panorama de Kuching.

Kuching est située sur les rives du fleuve Sarawak dans le nord-ouest de l'île de Bornéo[9]. La ville est limitée au sud par l'aéroport intternational de Kuching, au nord par les péninsules de Santubong et de Bako, à l'ouest par le Parc National de Kuching Wetlands, et à l'est par l'estuaire de la rivière Kuap[10]. Le point culminant de la ville est le Mont Santubong (810m), sur la péninsule de Santubong. L'urbanisation rapide du "Grand Kuching" à repoussé les limites de la métropole jusqu'à Penrissen, Kota Sentosa, Kota Padawan, Batu Kawah, Siburan, Tarat, Bau, Lundu, Kota Samarahan, Asajaya et Serian.


Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Kuching
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 22,9 23 23,2 23,4 23,6 23,3 23 23 22,9 22,9 22,9 22,9 23,1
Température maximale moyenne (°C) 29,8 30,2 31,3 32,3 32,7 32,7 32,4 32,4 32 31,9 31,6 30,6 31,7
Précipitations (mm) 684,1 473,3 338,6 272,9 241,8 220,3 185,6 229,6 262,3 338,6 371,5 498,1 4 116,7
Source : Organisation météorologique mondiale (ONU)[11]


Demographie[modifier | modifier le code]

Mosquée de Kuching.

Groupes Ethniques[modifier | modifier le code]

Le recensement Malaisien de 2010 reporte une population de 325 132 personnes[12]. Elle se divise ainsi: Malais (146,580), Chinois (120,860), Iban (28,691), Bidayuh (13,681), Citoyens Non-Malais (7,216), autres Bumiputeras (3,250), Melanau (2,078), Indiens (1,626) et autres (1,140)[13]. La plupart des Malais et Melanau sont musulmans, la communauté chinoise se divise entre Bouddhisme, Taoïsme et Christianisme. Les Ibans et Bidayuh sont principalement chrétiens, voire animistes.

Un temple chinois, rue Carpenter[14].

Langues[modifier | modifier le code]

Le dialecte malais de Kuching est appelé "Bahasa Sarawak" (Malais de Sarawak)[15]. Compte tenu de la forte communauté présente, le "chinois" est aussi largement utilisé[16]. La quasi-totalité des habitants est capable de s'exprimer en anglais[17].

Transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La majorité des routes de la ville sont des 2x2 voies, et la ville est reliée aux autres villes de Sarawak par autoroute. La ville de Kuching se distingue par ses nombreux rond-points[18]. Les routes extérieurs à la ville, moins bien entretenues, sont progressivement rénovées[19].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Taxis.

Il y a deux types de taxis à Kuching, les plus petits sont rouge et jaune, et les plus spacieux sont bleus, plus confortables et plus chers[20]. En 2014, une application smartphone ("MyTeksi") de réservation a été mise en place, ce qui fait de Kuching la cinquième zone de Malaisie avec la vallée du Klang, Cyberjaya, Putrajaya et Johor Bahru a en être équipée that have the applications[21]. Une gare routière, "Kuching Sentral", a été inaugurée en 2012[22]. Elle est située au sud de la ville, à cinq minutes de l'aéroport International de Kuching, et à 20 minutes du centre ville[23]. Elle propose des longues distances jusqu'à Brunei, Sabah et Kalimantan occidental en Indonésie[24]. Il existe aussi l'ancienne gare routière (Old Kuching Bus Terminal), toujours en service[25].

Maritime et fluvial[modifier | modifier le code]

Un sampan traditionnel

Kuching, comme la plupart des villes de Sarawak, est connectée aux autres villes via le transport maritime. On trouve sur les berges de la rivière Sarawak, au niveau du centre-ville, bon nombre de 'tambang' (bateaux en bois) transportant les passagers d'une rive à l'autre.[4][26] Le quai pour les bateaux reliant les villes de Sibu and Bintulu est situé à l'est de la ville, au Port Sim Kheng Hong (anciennement Port Tanah Puteh) à Pending.[27][28]

Aérien[modifier | modifier le code]

L'Aéroport international de Kuching (KIA), situé à 12 kilomètres de la ville, a été construit durant les années 1940, et est devenu le quatrième plus important aéroport du pays.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Sarawak State Museum construit par le Rajah Charles Brooke en 1891.[29]

Les lieux les plus visités sont :

L'Astana

Loisirs et parcs[modifier | modifier le code]

Le Parc National Talang-Satang fut créé pour préserver la population des tortues marines de Sarawak.[34] Il couvre une surface de 19 400 hectares, dont quatre îles au large de Kuching [35] (Talang Besar, Talang Kecil off Sematan, Satang Besar et Satang Kecil off Santubong), qui servent également de refuges de certaines espèces telles que le Sterne bridée ou le Sterne diamant.[35]

Damai, une des principales station balnéaire de Sarawak, se situe sur la péninsule de Santubong, à 35 minutes de Kuching.[36] On y trouve de grandes plages de sable au pied d'une imposante montagne recouverte de jungle. S'y trouvent également de grands complexes hoteliers (Damai Beach Resort, Damai Puri Resort et l'Hotel Spa and One Santubong).[37], chacun d'eux disposant d'une plage privée et leurs propres activités nautiques. Au delà de ça, Damai est aussi le parfait endroit pour observer le Dauphin de l'Irrawaddy.[38]

Musique[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, Kuching héberge le Rainforest World Music Festival (en), un festival de musique annuel qui réunit musiciens et spectateurs de la région comme du monde entier. C'est aujourd'hui l’évènement musical le plus important de Malaisie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AIPU, Dimocarpus longane ssp malesianus
  2. a et b (en) Pat Foh Chang, Legends and History of Sarawak,‎ 1999 (ISBN 978-983-9475-06-7, lire en ligne)
  3. Klemen L, « The Invasion of British Borneo in 1942 », Forgotten Campaign: The Dutch East Indies Campaign 1941–1942,‎ 1999-2000
  4. a et b (en) Tamara Thiessen, Borneo: Sabah - Brunei - Sarawak,‎ 2012, 244–246–266 p. (ISBN 978-1-84162-390-0, lire en ligne)
  5. (en) Oxford Business Group, The Report: Sarawak 2008,‎ 2008, 30, 56, 69 & 136 p. (ISBN 978-1-902339-95-5, lire en ligne)
  6. « History », Council of the City of Kuching South,‎ 14 Mai 2014 (consulté le 16 Mai 2014)
  7. « Sarawak : Population By Administrative District 2000 & 2010 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sarawak Fact and Figures by State Planning Unit, Chief Minister's Department, 2012. Consulté le 6 Juin 2014
  8. « Various Studies Aiming To Develop A Better Kuching (Greater Kuching Urban and Regional Study) », Shankland Cox Ltd, Sarawak State Government (consulté le 6 juin 2014)
  9. (en) Alastair Morrison, Fair Land Sarawak: Some Recollections of an Expatriate Official, SEAP Publications,‎ 1 janvier 1993, 93– p. (ISBN 978-0-87727-712-5, lire en ligne)
  10. « City of Kuching Ordinance » [PDF], Sarawak State Attorney-General's Chambers,‎ 1988, p. 3 (Chapter 48)
  11. « Weather Information for Pontianak »
  12. « Population Distribution by Local Authority Areas and Mukims, 2010 (page 1 & 8) », Department of Statistics, Malaysia (consulté le 19 Juillet 2013)
  13. « Population Distribution by Local Authority Areas and Mukims, 2010 », Statistics Department, Malaysia,‎ Decembre 2011 (consulté le 19 Juillet 2013)
  14. « Main Bazaar and Carpenter Street », Sarawak Tourism, Kuching,‎ 5 Août 2014 (consulté le 5 Juin 2014)
  15. (en) Paitoon M. Chaiyanara, Sanggam Siahaan, Hilman Pardede, Selviana Napitupulu, Basar Lolo Siahaan, Siska Anggita Situmeang, SIJLL (Singapore International Journal of Language and Literature), 149– p. (ISSN 2251-2829, lire en ligne)
  16. (en) Richard L. Schwenk, The Potential for Rural Development in the New Seventh Division of Sarawak: A Preliminary Background Report,‎ 1973, 18– p. (lire en ligne)
  17. Nelson Alcantara, « Kuching is as easy as ABC », eTurbo News,‎ 7 février 2014 (consulté le 7 Juin 2014)
  18. (en) Jonathan Chia, « New landscaping for oldest roundabout », The Borneo Post,‎ 25 Juillet 2013 (consulté le 8 Juin 2014)
  19. (en) Martin Carvalho, Yuen Meiking and Rahimy Rahim, « Pan Borneo Highway to be upgraded », The Star,‎ 25 Octobre 2012 (consulté le 8 Juin 2014)
  20. (en) Lonely Planet, Daniel Robinson et Adam Karlin, Paul Stiles, Lonely Planet Borneo,‎ 1er Mai 2013, 276– p. (ISBN 978-1-74321-651-4, lire en ligne)
  21. Jacky, « Taxi booking app MyTeksi launches in Kuching, one of the most improbable Malaysian city », Vulcan Post, Yahoo! News,‎ 17 Mars 2014 (consulté le 8 Juin 2014)
  22. Sharon Kong, « Kuching Sentral system boosts bus companies’ sales and revenues », The Borneo Post,‎ 12 Février 2014 (consulté le 8 June 2014)
  23. « Kuching Bus Terminal », Express Bus Malaysia (consulté le 8 Juin 2014)
  24. « Kuching Sentral », e-tawau,‎ 24 Mars 2013 (consulté le 8 June 2014)
  25. John Teo, « Stand-off over Kuching Sentral », New Straits Times, AsiaOne,‎ 9 Mars 2012 (consulté le 8 Juin 2014)
  26. Outlook Publishing, « Outlook Traveller », Outlook Publishing,‎ Septembre 2008, p. 69–
  27. Sarawak. Jabatan Kerja Raya, « Annual Report »,‎ 1974
  28. « Tanah Puteh », The Straits Times, National Library Board,‎ 7 Juin 1961 (consulté le 9 Juin 2014), p. 8
  29. a et b (en) Terry Grigg, Backpacking With A Bunion, AuthorHouse, 304–305 p. (ISBN 978-1-4817-8209-8, lire en ligne)
  30. (en) Alice Yen Ho, Old Kuching, Oxford University Press,‎ 1998 (ISBN 978-983-56-0050-0, lire en ligne)
  31. (en) Robert L. Winzeler, The Architecture of Life and Death in Borneo, University of Hawaii Press,‎ January 2004, 160– p. (ISBN 978-0-8248-2632-1, lire en ligne)
  32. (en) Jan van Harssel, Richard H Jackson et Lloyd E. Hudman, National Geographic Learning's Visual Geography of Travel and Tourism, Cengage Learning,‎ 23 January 2014, 530– p. (ISBN 978-1-305-17647-8, lire en ligne)
  33. (en) Asiatechnology, Review Publishing Company Limited (lire en ligne)
  34. « Talang Satang National Park a sanctuary for endangered turtles », Bernama, The Borneo Post,‎ 20 Mars 2012 (consulté le 6 Août 2014)
  35. a et b « Talang-Satang National Park », Sarawak Forestry Corporation (consulté le 6 Août 2014)
  36. « Santubong Peninsula (Damai Beach Resort and its surrounding) », e-tawau,‎ 4 Avril 2013 (consulté le 6 Août 2014)
  37. (en) Jane Bickersteth et Amanda Hinton, Malaysia & Singapore Handbook, Footprint Handbooks,‎ 1996 (ISBN 978-0-8442-4909-4, lire en ligne)
  38. (en) Helen Oon, Malaysia, New Holland Publishers,‎ 2008, 60– p. (ISBN 978-1-84537-971-1, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]