John Peter Altgeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Peter Altgeld
John Peter Altgeld en 1902
John Peter Altgeld en 1902
Fonctions
20e gouverneur de l'Illinois
10 janvier 189311 janvier 1897
(&&&&&&&&&&&014624 ans, 0 mois et 1 jour)
Prédécesseur Joseph Fifer
Successeur John Riley Tanner
Biographie
Date de naissance 30 décembre 1847
Lieu de naissance Selters, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Date de décès 12 mars 1902 (à 54 ans)
Lieu de décès Joliet, Drapeau des États-Unis États-Unis
Parti politique Parti démocrate
Religion Christianisme

John Peter Altgeld
Gouverneurs de l'Illinois

John Peter Altgeld, né le 30 décembre 1847 à Selters (Allemagne) et mort le 12 mars 1902 à Joliet (États-Unis), est un homme politique américain qui a été le 20e gouverneur de l'Illinois entre 1893 et 1897. Il fut le premier gouverneur démocrate de cet État depuis les années 1850. John Peter Altgeld est une figure de l'ère progressiste aux États-Unis, où il a amélioré les lois sur la santé et sécurité au travail et celle du travail des enfants, a gracié trois hommes responsables du massacre de Haymarket Square, et a rejeté les appels, en 1894, pour stopper la Grève Pullman. En 1896, il a été un chef de file de l'aile progressiste du Parti démocrate, opposant le président Grover Cleveland aux conservateurs démocrates Bourbon (en). Suite à une campagne acharnée en 1896, il n'a pas été réélu après son intense combat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et vie privée[modifier | modifier le code]

Altgeld est né dans la ville de Selters, dans le Westerwald, fils de John et Mary P. Altgeld. Au début de sa vie, il est arrivé en Amérique avec la famille de son père et se sont installés dans une ferme près de Mansfield, Ohio. À 16 ans, il a quitté sa maison pour rejoindre l'Armée de l'Union (en trichant sur son âge), où il a combattu en Virginie avec un régiment malchanceux et a failli mourir de la fièvre. Il est ensuite retourné à la ferme de son père et y a travaillée, tout en étudiant dans la bibliothèque d'un voisin et dans une école privée à Lexington, Ohio, pendant deux ans.

Après un bref séjour dans un séminaire de l'Ohio, il se dirigea vers le Missouri, et y a étudié pour devenir avocat, alors qu'il travaillé dans la construction de chemin de fer.

Il s'est marié en 1877 à Emma Ford, la fille de John Ford et Ruth Smith, dans le comté de Richland, dans l'Ohio.

Il est également devenu riche suite à une série de transactions immobilières et de projets de développement, notamment dans l'Unity Building en 1891, immeuble de bureaux de seize étages qui était à l'époque le plus haut bâtiment de Chicago. En janvier 1890, Altgeld a acheté ce qui est maintenant 127 North Dearborn Street, dans le centre de Chicago, et il y créa l'Unity Company afin de construire et gérer l'avenir de l'Unity Building. Il a contribué indistinctement à sa propre fortune avec efforts, pendant que la construction avançait plus rapidement que prévu. Cependant, cela a mené à une erreur de 100 000 $ pour qu'une grande partie de la charpente du bâtiment soit reconstruit. Altgeld a également commis une erreur en essayant d'emprunter 400 000 $ à John R. Walsh, président de Jennings Trust Company et de la Banque nationale de Chicago. Les détails techniques inscrits dans le contrat causa beaucoup de problèmes à Altgeld. Finalement, un nouveau contrat a été signé mais Altgeld n'a pu qu'emprunter 300 000 $ à Walsh. Il a fini par rehausser le reste de l'argent lui-même, et la construction de l'Unity Building a pu être achevé. En 1893, il a déclaré que l'Unity Building lui avait donné le plus de satisfaction personnelle que dans toutes ses autres réalisations.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Le nom « Altgeld », selon Philip Dray (en), est « synonyme d'aube de l'ère progressiste ». En 1874, il a été élui procureur de district du comté d'Andrew. Un an plus tard, il démissionna et a déménagé à Chicago afin de retourner dans le secteur privé. Il ne voulait pas se présenter de nouveau aux élections avant dix ans.

En 1884, il décida de poser sa candidature pour le congrès contre George Everett Adams (en) du quatrième district congressionnel de l'Illinois. Cette année-là, il publia un essai sur la réforme pénale du droit nommé « Our Penal Machinery and Its Victims » (en français, « Notre machine pénale et ses victimes »). Son essai a fait valoir que l'incarcération occasionne des criminels endurcis, plutôt que des criminels réformateurs[1]. Bien que ce quartier a été fortement républicain, George Adams a battu Altgeld par huit points (54 % contre 46 %), et a eu une meilleure performance que le démocrate Lambert Tree (en), deux ans plus tôt. En tant que leader républicain, Adams a rappelé qu'« [Altgeld] n'a pas été élu, mais notre comité exécutif a été très effrayé par le démarchage électoral qu'il a fait »[2].

En 1886, il a été élu comme représentant du comté de Cook à la cour supérieure de justice, et a été sur le banc jusqu'en 1891.

Élection au gouvernement en 1892[modifier | modifier le code]

Statue de John Peter Altgeld réalisée par Gutzon Borglum et installée en 1915 dans le Parc Lincoln à Chicago.

Il a été appelé par les démocrates pour poser une candidature à la fonction de gouverneur de l'Illinois. Il a battu de justesse le républicain et gouverneur sortant Joseph Fifer. Il fut le premier démocrate à être élu gouverneur de l'Illinois depuis 1856, et le premier citoyen né à l'étranger mais aussi premier résident à Chicago à être élu à ce poste[3].

Altgeld a souffert d'une dépression nerveuse peu de temps après sa victoire, et a failli mourir d'une fièvre concomitante. Il a réussi à faire une apparition lors de son investiture, mais n'a pu annoncer qu'une portion de son discours. Bien que la salle de l'Assemblée générale a été chaude au point de faire évanouir des personnes, Altgeld, vêtu d'un manteau de grosse épaisseur, était pâle et visiblement frissonnant. Le greffier de l'Assemblée a prononcé le reste de son discours.

En tant que gouverneur, Altgeld a été le fer de lance de la nation très progressiste en améliorant les lois concernant la santé et sécurité au travail et le travail des enfants, en nommant des femmes à des postes importants dans le gouvernement américain, et en accroissant largement les finances publiques pour l'éducation.

Historiquement, on se souvient principalement d'Altgeld pour en 1886 avoir gracié les trois hommes reconnus coupables dans l'attentat de Haymarket Square[note 1]. Après avoir examiné leurs dossiers, il avait conclu tout comme d'autres universitaires, qu'il y avait eu une grave erreur justice dans leurs poursuites. Il a été intensément attaqué par ses adversaires.

En 1894, la Grève Pullman, dirigée par Eugene Victor Debs, a généré de nombreuses émeutes et sabotages à Chicago, et surtout la perturbation des livraisons de l'United States Postal Service, qui devient une préoccupation fédérale. Altgeld, cependant, a refusé d'autoriser le président Grover Cleveland à envoyer des troupes fédérales afin de réprimer les troubles. Altgeld a écrit au président Cleveland en indiquant que les rapports de violence liés à la grève avaient été exagérés et l'a averti que la violence réelle commencerait seulement à la suite de l'envoi des soldats. Citant l'article IV de la Constitution des États-Unis, qui autorise les troupes fédérales à entrer dans un État seulement si une condition de l'insurrection existe, Altgeld a fait valoir qu'il n'y avait aucune portée juridique dans la décision d'envoyer l'armée pour réprimer la grève. Enfin, il a profité de l'occasion pour critiquer l'abus du procureur général d'injonctions judiciaires en vertu de la loi Sherman, en écrivant : « Cette décision marque un tournant dans notre histoire car elle établit une nouvelle forme de gouvernement jamais entendue parler entre les hommes, c'est le gouvernement par voie d'injonction [...] En vertu de ce nouvel ordre des choses, un juge fédéral devient à la fois un législateur, juge et bourreau »[1]. Le 4 juillet 1894, Cleveland est allé de l'avant en envoyant plusieurs milliers de soldats à Chicago sans l'approbation d'Altgeld, mais cette action a été confirmée par la Cour suprême américaine. Altgeld a été alors dans une position très inhabituelle pour un gouverneur d'État à cette époque[4].

L'incident Pullman et les réhabilitations de Haymarket ont été utilisées contre Altgeld par ses ennemis conservateurs. En 1896 Altgeld était inéligible à l'élection présidentielle puisqu'il est né en Allemagne, mais il a mené le combat contre les forces de Cleveland. Altgeld a publiquement rompu avec Cleveland et ses partisans conservateurs. Altgeld a contribué à la scission des Bourbon Democrat (en) du Parti démocrate lors de l'élection présidentielle américaine de 1896. Il s'est ensuite à nouveau proposé pour être le candidat démocrate à la présidence des États-Unis contre William Jennings Bryan. Altgeld n'avait pas appuyé Bryan pour la nomination et cela l'a fait hésiter si oui ou non il pourrait soutenir le principe d' « argent gratuit (en) », qui était au cœur de sa campagne[5]. L'hebdomadaire Harper's Weekly a annoncé que Bryan était une marionnette de Altgeld, et l'appelant « l'ambitieux et sans scrupules communiste de l'Illinois ». Mais Bryan, blessé par les attaques républicaines qui l'accusait d'être un pantin pour Altgeld, se mis à éviter le gouverneur et ne le soutint pas[6].

Les républicains dans l'Illinois ont concentré leurs attaques sur Altgeld. Theodore Roosevelt, devant un public de 13 000 partisans l'acclamant à Chicago, déclara que Altgeld était « celui qui fermerait les yeux sur des crime de masse et qui tolère et encourage le plus infâme des meurtres, et qui subsisterait au gouvernement de Washington et de Lincoln, un tourbillon rouge de l'anarchie et de la malhonnêteté aussi fantastique et vicieux que la Commune de Paris »[7]. Altgeld a réalisé une campagne énergique malgré sa santé défaillante, et a été battu par John Riley Tanner ; il y a eu un écart de 10 000 votes entre Altgeld et Bryan.

Années post-gouvernorales[modifier | modifier le code]

Altgeld a terminé sa carrière politique comme candidat à la mairie de Chicago représentant le Municipal Ownership Party en 1899. Bien que favoris un temps, il termine humilié, n'obtenant que 15,56 % des voix.

Malade depuis qu'il a frôlé la mort durant la guerre civile, Altgeld avait souffert d'ataxie locomotrice pendant qu'il était au poste de gouverneur, entravant sa capacité à marcher. Il a perdu tous ses biens, sauf sa résidence personnelle lourdement hypothéquée, et a été sauvé de sa crise financière par la seule intervention de son ami avocat et ancien protégé Clarence Darrow.

Fin de sa vie et hommages[modifier | modifier le code]

La tombe de John Peter Altgeld au Graceland Cemetery de Chicago.

Altgeld a travaillé comme avocat dans le cabinet de Darrow, quand il a subi une hémorragie cérébrale lors d'un discours au nom des Boers à Joliet dans l'Illinois, en mars 1902. Il avait 54 ans quand il est mort. Des milliers de personnes défilèrent devant son corps quand il fut exposé dans le hall de la Chicago Public Library, Darrow et la Hull House fondée par Jane Addams ont fait son éloge.

Altgeld est enterré dans le Graceland Cemetery du secteur de Uptown à Chicago, non loin de sa résidence des Appartements Brewster.

Le Altgeld Hall (en) à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign est inscrit au registre national des lieux historiques. Il abrite actuellement le Département de mathématiques, et avait déjà abrité le collège de droit et celui de la Bibliothèque universitaire[8]. Le bâtiment est l'une des cinq structures universitaires du château sur le thème de l'État de l'Illinois, qui a été particulièrement influencée par l'ancien gouverneur. Les quatre autres sont les édifices éponymes situés à Southern Illinois University Carbondale et à Northern Illinois University, ainsi que le John W. Cook Hall à l'Illinois State University et l'Old Main à l'Eastern Illinois University. Les Altgeld Gardens (en) à Chicago, l'un des premiers projets de logement aux États-Unis, ont été nommés d'après l'ancien gouverneur, ainsi que la rue située au 2500 North, dans le système de grille de Chicago, dans la Altgeld Street.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Harry Barnard, Aigle Oublié : La Vie de John Peter Altgeld [« Eagle Forgotten : The Life of John Peter Altgeld »], Indianapolis, Bobbs-Merrill,‎ 1938
  • (en) Howard Fast, L'Américain : Une légende du Middle Western [« The American : A Middle Western Legend »], New York, Duell, Sloan and Pearce,‎ 1946
  • (en) Harvey Wish, « Governor Altgeld Pardons the Anarchists », Journal of the Illinois State Historical Society, vol. 31, no 4,‎ décembre 1938, p. 424-448 (lire en ligne)
  • (en) Harvey Wish, « John Peter Altgeld and the Background of the Campaign of 1896 », Mississippi Valley Historical Review, vol. 24, no 4,‎ mars 1938, p. 503-518 (lire en ligne)
  • (en) Harvey Wish, « John Peter Altgeld and the Election of 1896 », Journal of the Illinois State Historical Society, vol. 30, no 3,‎ octobre 1937, p. 353-384 (lire en ligne)
  • (en) Waldo R. Browne, Altgeld de l'Illinois : Un bilan de sa vie et de son travail [« Altgeld of Illinois: A Record of His Life and Labor »], New York, B.W. Huebsch,‎ 1924 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Quatre autres avaient déjà été exécutés, dont l'un s'est suicidé en prison.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Philip Dray, Il y a du pouvoir dans une Union : L'histoire épique du travail en Amérique [« There Is Power in a Union: The Epic Story of Labor in America »], Doubleday,‎ 2010 (ISBN 978-0-385-52629-6)
  2. (en) Biographie de John Peter Altgeld sur le site www.germanheritage.com. Consulté le 16 janvier 2013.
  3. (en) Biographie de John Peter Altgeld sur le site projects.vassar.edu. Consulté le 17 janvier 2013.
  4. (en) Chris Wallace, Personnage : Profiles du courage présidentielle [« Character: Profiles in Presidential Courage »], New York, Rugged Land,‎ 2004, 426 p.
  5. Waldo R. Browne 1924, p. 279-280
  6. Waldo R. Browne 1924, p. 286
  7. Waldo R. Browne 1924, p. 287
  8. (en) Histoire du Altgeld Hall. Consulté le 16 janvier 2013.