Romain Sicard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sicard.
Romain Sicard
Image illustrative de l'article Romain Sicard
Romain Sicard lors de la Ronde de l'Isard 2009
Informations
Nom Romain Sicard
Date de naissance 1er janvier 1988 (26 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle Europcar
Équipes amateurs
2002-2004
2005-2006
2007-2008
VC Tarnos
US Colomiers
GSC Blagnac
Équipes professionnelles
2009
2010-2013
2014-
Orbea
Euskaltel-Euskadi
Europcar
Principales victoires
Championnat
Jersey rainbow.svg Championnat du monde sur route espoirs (2009)

Course à étapes

Maillot jauneTour de l'Avenir 2009

Romain Sicard , né le 1er janvier 1988 à Bayonne[1], est un coureur cycliste professionnel français. Il commence sa carrière professionnelle en Espagne en tant que membre de l'équipe continentale Orbea en 2009 puis de la formation Euskaltel Euskadi entre 2010 et 2013. Depuis 2014, il court en France au sein de l'équipe Europcar. Il est champion du monde sur route espoirs et vainqueur du Tour de l'Avenir en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts cyclistes et parcours chez les amateurs[modifier | modifier le code]

Formé, en minime et cadet, au Vélo-Club Tarnos (2002-2004), il rejoint l'Union Cycliste Colomiers pour deux années (2005 et 2006) en junior[2]. Il remporte le Championnat des Landes en minime (2002) et en Cadet (2004). Il est aussi sacré Champion de France de l'Américaine Cadet, avec Vincent Dauga, en 2004.

Lors de sa première année de junior, en 2005, il fait partie de l'équipe de l'US Colomiers Cyclisme qui remporte la 3e étape du Tour de Gascogne (contre-la-montre par équipes). En 2006, après avoir remporté la 2e étape, il remporte le classement général du Test d’Eyliac. Il est aussi sacré Champion de Midi-Pyrénées de contre-la-montre, de poursuite et de l'Américaine (avec Azéma).

En 2007, il débute chez les amateurs avec le GSC Blagnac où il restera deux saisons. Il remporte la Ronde du Sidobre, le Championnat de Midi-Pyrénées de poursuite et de course aux Points, ainsi que le Championnat de Haute-Garonne sur Piste. En 2008, il est champion de France du scratch, ce qui le classe plutôt comme un spécialiste de la piste, mais il remporte aussi le Trophée de l’Essor, plutôt réservé aux grimpeurs.

Sa trajectoire et sa progression ont fait qu'il a été recruté par la Fundación Ciclista Euskadi. Suivant le plan de formation de l'équipe, il a signé pour l'équipe de catégorie Continentale, Orbea, afin d'optimiser sa préparation et sa formation, avant de passer ultérieurement et si les résultats sont confirmés, chez Euskaltel-Euskadi (Catégorie ProTour).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Les débuts chez Orbea[modifier | modifier le code]

Après avoir passé plusieurs séries de tests au siège de l'équipe, à Derio, en fin de saison 2008, il rejoint l'équipe continentale Orbea pour deux saisons (2009 et 2010). En tant que coureur basque, Romain Sicard rêve de rejoindre les rangs de la formation Euskaltel-Euskadi[3]. Dès le début de la saison 2009, il n'a qu'une ambition : prouver qu'il a le niveau nécessaire.

Il remporte sa première victoire professionnelle lors de la Subida al Naranco[4]. Quelques semaines plus tard, il s'impose en solitaire au Plateau de Beille, lors de la 3e étape de la Ronde de l'Isard (143 km).

Il signe le 10 juillet 2009 dans l'équipe Euskaltel-Euskadi pour deux saisons (2010 et 2011). Il devient le second coureur français à porter les couleurs de cette formation quinze ans après Thierry Elissalde.

Conséquence de son excellent début de saison 2009, il est sélectionné en équipe de France espoirs pour participer au Tour de l'Avenir, qui se déroule au début du mois de septembre. Il remporte la huitième étape (contre la montre individuel) et, s'étant classé second lors de la première étape et lors de l'étape reine qui arrivait à Gérardmer, il remporte le classement général final.

Aux championnats du monde de cyclisme sur route de Mendrisio (Suisse), il fait partie de la sélection française pour l'épreuve en ligne Espoirs. Il parvient à s'imposer en solitaire, après avoir lâché dans le dernier tour de circuit son compagnon d'échappée, le Néerlandais Michel Kreder. Il est sacré champion du monde espoirs, accompagné sur le podium par le Colombien Carlos Betancur (médaille d'argent) et le Russe Egor Silin (médaille de bronze)[5].

2010-2013 Euskaltel[modifier | modifier le code]

En 2010, Sicard réalise sa première course UCI ProTour en terminant 51e du Tour Down Under[6]. Dans la foulée, il s'échappe sur les deux étapes du Tour du Haut-Var et en remporte le classement de la montagne. Il termine le mois d'avril sur une forme ascendante en terminant neuvième du Tour de La Rioja en Espagne. Puis, il prend fin mai la dixième place du Tour de Bavière. Début juin, il inscrit ses quatre premiers points au classement mondial UCI en terminant deuxième de la quatrième étape du Critérium du Dauphiné[7] à Risoul, épreuve qu'il termine aux portes du top dix[8]. En juillet 2010, Bernard Hinault annonce dans L'Équipe magazine que malgré les six victoires françaises du Tour de France, il ne se reconnaît en aucun champion et cite alors Romain Sicard comme potentiel futur champion français attendu[9].

Son premier Grand Tour devait être le Tour d'Espagne 2011[10],[11]. Finalement il ne dispute pas ce tour en raison d'une déficience musculaire de la jambe droite couplée à des troubles d'alignement de la hanche et du dos[12]. Difficilement diagnostiquée par le corps médical[11], sa blessure ne lui permet pas de courir avant le 21 août 2011 et la Châteauroux Classic de l'Indre[13].

En 2012, il dispute son premier grand tour à l'occasion de la Vuelta. Il a comme ambition d'aider son leader Igor Antón et de jouer une victoire d'étape[12]. Lors de l'avant-dernière étape, la plus montagneuse de l'épreuve, il s'échappe et finit cinquième au sommet du Bola del Mundo. Le lendemain, il termine 44e du classement général à Madrid[12].

2014- Europcar[modifier | modifier le code]

À la fin de l'année 2013, l'équipe Euskaltel cesse son activité. Sicard rejoint alors l'équipe française Europcar[14]. Lors de la saison 2014, il est aligné sur le Tour d'Italie où il aide son leader Pierre Rolland en montagne. Il est, plus tard dans la saison, proclamé leader de son équipe sur la Vuelta qu'il termine à la treizième place du classement général, à plus de 24 minutes du vainqueur Alberto Contador. Initialement présélectionné pour la course en ligne des championnats du monde[15], il ne figure pas dans la sélection finale[16].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Romain Sicard lors de la Ronde de l'Isard 2009

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2012 2013 2014
UCI World Tour 238e[17] nc[18] 108e[19]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Romain Sicard », sur cyclismag.com,‎ 4 février 2009 (consulté le 12 février 2009)
  2. « Palmares de Romain Sicard », sur romainsicard.free.fr,‎ 10 février 2009 (consulté le 26 mai 2009)
  3. « Romain Sicard Coureur de l’Orbea Continental Professional », sur orbea.com,‎ 27 février 2009 (consulté le 26 mai 2009)
  4. « Sicard s'impose », sur lequipe.fr,‎ 3 mai 2009 (consulté le 3 mai 2009)
  5. « Romain Sicard se pare d'or », sur eurosport.fr,‎ 26 septembre 2009 (consulté le 26 septembre 2009)
  6. « Results Tour Down Under (AUS/UPT) - 2010 », sur uciprotour.com,‎ 24 janvier 2010 (consulté le 24 janvier 2010)
  7. (en) « Sicard nets first ProTour result at the Dauphiné », sur cyclingnews.com (consulté le 11 juin 2010)
  8. (en) « Brajkovic wins the Critérium du Dauphiné », sur cyclingnews.com (consulté le 13 juin 2010)
  9. L'Équipe magazine du 24 juillet 2010, Interview de Bernard Hinault par Patrick Lafayette, pages 9 et 10.
  10. « Sicard fera le Tour d'Espagne en 2011 », sur velochrono.fr,‎ 24 novembre 2010
  11. a et b « Sicard ne va pas mieux et manquera la Vuelta », sur velochrono.fr,‎ 3 août 2011 (consulté le 14 août 2011)
  12. a, b et c Christian Bibal, « Je reviens de loin », sur sudouest.fr,‎ 11 septembre 2012
  13. (en) « Sicard set for return to racing », sur cyclingnews.com,‎ 21 août 2011 (consulté le 22 août 2011)
  14. Julien Duby, « Romain Sicard chez Europcar », sur sudouest.fr,‎ 17 octobre 2013
  15. « Avec Bouhanni, sans Démare », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 4 septembre 2014
  16. « La France avec Bouhanni », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 15 septembre 2014
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 novembre 2014)
  18. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 novembre 2014)
  19. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :