Syndrome rotulien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome rotulien
Classification et ressources externes
Patellar Tendonitis.jpg
CIM-10 M76.5
CIM-9 726.64
DiseasesDB 9704
eMedicine sports/56 
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
- Anatomie partielle du genou (vue de profil) -

Le syndrome rotulien[1],[2] est une pathologie du genou correspondant à un rhumatisme. Plus précisément, le syndrome rotulien est l'ensemble des signes cliniques et des symptômes liés à la souffrance de la rotule dans son articulation avec le fémur.

L'articulation fémoro-patellaire[modifier | modifier le code]

Dans l'évolution morphologique de l'espèce humaine, la rotule et le genou sont relativement récents, fruits du passage à la station bipède de l'Homme. Ils sont vraisemblablement encore non stabilisés. L’articulation fémoro-patellaire est la principale responsable de l’adaptation de l’ensemble des membres inférieurs à la marche, à la course et aux sauts, et joue le rôle majeur dans le contrôle de la flexion-extension. Sa situation et ses fonctions la soumettent à des contraintes considérables qui la fragilisent et la rendent souvent douloureuse.

Pour que l'articulation de la rotule avec le fémur soit efficace, chaque élément participant à ce mécanisme doit fonctionner correctement. Par exemple, la rotule doit être bien positionnée par rapport au fémur pour qu'elle puisse adéquatement se déplacer. S'il existe un dysfonctionnement, des conflits ou des déséquilibres peuvent apparaître, et prédisposer un sujet à une souffrance du genou qui se traduit principalement par de la douleur.

Certains cas rares de syndrome rotulien présentent l'absence de ligaments internes du genou[réf. souhaitée].

Sémiologie du syndrome rotulien[3][modifier | modifier le code]

Circonstances d’apparition des symptômes[modifier | modifier le code]

Le syndrome rotulien post-traumatique survient à la suite d'un choc direct sur la partie antérieure de la

rotule.

Signes fonctionnels[modifier | modifier le code]

  • douleurs essentiellement à la fatigue mais surtout pour la position assise prolongée, parfois pour la position debout prolongée et pour la montée et la descente des escaliers.
  • très souvent des pseudo-blocages
  • impotence souvent majeure (activités sportives)

Signes physiques[modifier | modifier le code]

  • douleur à la percussion de la rotule,
  • signe de Zohlen,
  • ± signe du rabot
  • douleur palpation facettes rotuliennes
  • le plus souvent sans instabilité vraie, avec un centrage fémoropatellaire souvent correct (on parle parfois d’instabilité subjective)
  • Parfois instabilité vraie avec subluxation rotulienne (signe de Smilie positif :appréhension) voire luxation vraie (on parle alors d’instabilité objective)

Conséquences, place dans la société et pronostic[modifier | modifier le code]

Dans le cas du syndrome rotulien, très souvent ce sont les deux genoux qui sont touchés, avec prédominance d'un côté. Mais un seul genou peut être touché, voire l'un et l'autre alternativement.

Les sportifs sont les principales victimes du syndrome rotulien. Au premier rang, les pratiquants de randonnée en montagne.

Plusieurs facteurs peuvent intervenir, avec des conséquences variées, des traitements divers aux effets variables et pas toujours concordants. Selon les cas, les symptômes varient par leur gravité et leur évolution. La douleur peut être modérée ou temporairement très vive.

Les conséquences occasionnées peuvent se révéler très handicapantes. Très souvent, les symptômes ont des retentissements sur certaines activités de la vie quotidienne, professionnelles, et surtout sur les activités sportives. Dans les cas extrêmes où la douleur est vive et chronique, le syndrome rotulien peut considérablement handicaper la vie quotidienne, aboutir à une perte d'autonomie, d'emploi, à une détérioration des relations sociales et familiales et à une dégradation de la santé psychologique.

Cette pathologie est très courante. Elle est le motif le plus fréquent des consultations de rhumatologie et de traumatologie[réf. nécessaire]. Il est estimé que près d'un quart de la population est touchée par des problèmes de genoux. Dans cet effectif on compte environ 80 % de victimes du syndrome rotulien. Ce sont principalement les sportifs (coureurs, marcheurs, cyclistes…), qui sont concernés par ce syndrome pour un quart d'entre eux au moins une fois dans leur vie. Mais plus généralement, toute personne peut être victime d'un syndrome rotulien.

Le pronostic du syndrome rotulien est de manière générale très positif, mais ne pourra toutefois se faire sans l'aide de praticiens expérimentés et le suivi d'un traitement personnalisé. Ce traitement demande beaucoup d'investissement de la part du sujet. C'est un travail long qui doit être progressif, quotidien et prolongé sur plusieurs mois. Généralement les symptômes diminuent jusqu'à disparaître complètement, mais la guérison est souvent très longue.

Où en est la médecine ?[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le syndrome rotulien est un problème très complexe, controversé et difficile à prendre en charge. Les praticiens sont souvent perplexes face à cette pathologie, les relations entre symptômes et anomalies ne sont pas toujours cohérentes.

Contrairement à d'autres pathologies du genou, le syndrome rotulien est un mal insuffisamment connu et expliqué. Le manque de parutions à ce sujet en est une traduction. Une multitude d'informations clairsemées abordent de près ou de loin ce mal qui mérite largement qu'on lui attribue un ouvrage spécifique. La littérature qui traite du syndrome rotulien est souvent contradictoire, ce qui reflète le manque d'études scientifiques rigoureuses de cette pathologie. Les termes utilisés sont souvent flous et mal définis, ce qui n'améliore pas la compréhension.

La médecine accuse d'un grave et profond manque de méthodologie et d'approche adéquate à l'analyse du problème pris dans son ensemble, et de son traitement. De plus, il reste également le gros point noir de l'efficacité de la chirurgie du genou.

Toutefois, la compréhension de cette pathologie progresse. Les techniques de rééducation sont sans cesse améliorées et renouvelées pour s'adapter aux modifications des conceptions thérapeutiques. Cette pathologie reste un vaste champ de recherches plein de promesses.

Traitement[modifier | modifier le code]

- Cercle vicieux d'aggravation du syndrome rotulien -

Le traitement du syndrome rotulien est une grande leçon d’humilité et le fruit d'une nécessaire coopération multidisciplinaire entre le sujet et les professionnels de médecines allopathiques et alternatives pour l'élaboration d'un traitement personnalisé à chaque situation.

Au centre de cette coopération, le patient doit être acteur et réalisateur de sa guérison. Le syndrome rotulien ne peut en aucun cas être guéri sans l'entière participation de la personne souffrante qui doit prendre en main son traitement. L'important est que le sujet soit maître de son traitement avec l'aide des professionnels de la santé car c'est à lui d'appliquer le contenu de son traitement afin d'obtenir un résultat optimal et entretenir le travail effectué. Par exemple, il lui est indispensable qu'il effectue à la maison les exercices pour que les résultats bénéfiques se maintiennent dans la durée.

Dans tous les cas, le traitement du syndrome rotulien ne doit absolument pas passer par de l'immobilisation ou du repos complet car une sous-utilisation des genoux entraînerait un déconditionnement physique avec par voie de conséquence une aggravation des symptômes et donc une augmentation de la douleur selon un cercle vicieux.

Il est ainsi impératif de se discipliner. La meilleure attitude consiste à élaborer un programme de traitement, s'y adapter et s'organiser pour appliquer ce programme le plus consciencieusement possible. Il doit être simple, facilement réalisable et sera vraisemblablement à ajuster au fil du temps. Ce programme entraînera très certainement une modification et une adaptation de l'hygiène de vie dans son ensemble. Cette blessure peut ainsi être considérée comme le départ d'une vie nouvelle et plus saine. Pour ce faire, l'information du sujet est primordiale, ce qui nécessitera beaucoup de pédagogie de la part des praticiens. Il est absolument nécessaire de bien comprendre sa pathologie ainsi que les intérêts et les objectifs du traitement élaboré.

La qualité du dialogue entre le patient et les praticiens est très importante. Il doit être le plus constructif et instructif possible. Les praticiens devront être pédagogues afin de bien expliquer la problématique et de conseiller. Par exemple, en plus d'informations orales, le médecin peut remettre au patient un document avec les explications pédagogiques et pratiques les plus importantes relatives au syndrome rotulien. Un suivi régulier de l’évolution des symptômes doit être effectué, notamment afin d’adapter le traitement. Une fois le traitement réussi et achevé, le sujet doit ensuite voler de ses propres ailes et surtout ne pas croire en avoir fini à jamais avec le syndrome rotulien. La prévention de toute rechute passe par la conservation des bonnes habitudes de l'hygiène de vie.

La physiothérapie propose le taping[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.lesyndromerotulien.com
  2. Frédéric Clémentz. Le syndrome rotulien, mieux le comprendre... pour mieux guérir, 2011 (ISBN 978-2-35897-143-0)
  3. http://www.medecine.ups-tlse.fr/pcem2/semiologie/genou/semio_genou_mars2012.pdf
  4. (en) Lan TY, Lin WP, Jiang CC, Chiang H., « Immediate effect and predictors of effectiveness of taping for patellofemoral pain syndrome: a prospective cohort study », Am J Sports Med., vol. 38, no 8,‎ 2010, p. 1626-30. (liens PubMed? et DOI?)
  5. (en) Campolo M, Babu J, Dmochowska K, Scariah S, Varughese J., « A comparison of two taping techniques (kinesio and mcconnell) and their effect on anterior knee pain during functional activities », Int J Sports Phys Ther., vol. 8, no 2,‎ 2013, p. 105-10. (liens PubMed? et PubMed Central?, lire en ligne)