Albert Falco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falco.

Albert Falco

alt=Description de l'image Albert Falco.jpg.
Naissance 17 octobre 1927
Marseille, France
Décès 21 avril 2012 (à 84 ans)
Marseille, France
Nationalité France Française
Profession
plongeur, marin
Distinctions
Officier de l'Ordre du Mérite sportif
Chevalier de l'Ordre du Mérite maritime
Officier de l'Ordre national du Mérite
Chevalier de la Légion d'honneur.

Albert Falco, né le 17 octobre 1927 à Marseille et mort le 21 avril 2012 à Marseille[1], est un plongeur français, connu pour avoir été capitaine de la Calypso. Il a participé à une quantité de films sous-marins, comme Le Monde du silence (1956), Le Monde sans soleil (1964) ou Voyage au bout du monde (1976) en tant que directeur de la photographie, directeur de plongée, directeur des opérations ou membre de l'équipe de tournage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il découvre la plongée libre dès son plus jeune âge dans la calanque de Sormiou, avant d'être initié à la plongée en scaphandre autonome par son « grand frère » Georges Beuchat[2]. Embarqué à bord de la Calypso dès 1952 comme plongeur bénévole pour les fouilles du Grand-Congloué, on lui propose d'être permanent dans l'équipe et il est embauché définitivement le 19 septembre. Successivement plongeur, chef plongeur, chef de mission puis capitaine de la Calypso, il participe aux différents projets du Commandant Cousteau depuis les débuts de l'équipe jusqu'à sa retraite. Il fait partie de la première équipe de plongeurs de la Calypso dès l'époque où Cousteau et ses hommes plongeaient encore avec des détendeurs modèle CG45, premier détendeur à être fabriqué en série.

Albert Falco vers 1975

Albert Falco a aussi un rôle important dans le film que Cousteau réalisa en 1955 avec Louis Malle, Le Monde du silence qui obtint une Palme d'or à Cannes en 1956 et un Oscar à Hollywood la même année. Il est avec Claude Wesly le premier « océanaute » à avoir vécu sous la mer lors de l'expérience sous-marine Précontinent I qui se déroula sur l'archipel du Frioul en 1962. Première mondiale : deux plongeurs vivent sous l'eau pendant plusieurs jours, dans un « tonneau » immergé (d'où le surnom de Diogène donné à cette expérience).

Il participe aussi aux deux autres expériences qui en furent la continuation, Précontinent II sur le site de Shaab Rumi au Soudan en 1963, et Précontinent III au large de Nice en 1965 en tant que responsable sécurité. Le film Le Monde sans soleil est tourné durant Précontinent II au cours duquel Falco et l'équipe expérimentent la vie sous la mer durant 30 jours à - 10 mètres de profondeur dans des « Maisons sous la mer », sans refaire surface et en sortant des maisons chaque jour pour travailler

Il est également le chef pilote de la soucoupe plongeante SP-350 surnommée « Denise », du prénom de l'épouse de l'ingénieur Mollard, qui en fut l'un des concepteurs. Les premiers essais ont lieu en 1959 en Amérique du Nord, Antilles et Cap-Vert. Durant les années 1960, il réalise plus de 300 plongées à des fins scientifiques et cinématographiques aux commandes de cet appareil.

Dans les années 1980 il participe aux travaux de réfection de la Calypso aux États-Unis, à Norfolk puis à Saint-Augustin.

Il prend sa retraite en 1990 après 37 ans et demi à bord de la Calypso et 48 ans de travail au total.

Il partage la fin de sa vie entre Marseille (Sormiou) et la Martinique (Saint-Pierre, le Carbet, le Prêcheur) pour plonger et continuer à faire des films dans le but de protéger le monde sous-marin et de le faire découvrir aux enfants. Il parraine également plusieurs projets, comme le projet PlanetSolar, le premier tour du monde en bateau solaire.

Son combat : Défendre la mer, qui lui a tout donné en contribuant à la création de réserves sous-marines[3],[4].

Albert Falco s'éteint le 21 avril 2012 à Marseille, après une longue maladie, quelques jours après la création du Parc national des Calanques, un projet pour lequel il s'est longtemps battu.

Principales missions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu le grade d'Officier de l'Ordre du Mérite sportif en 1960, celui de Chevalier dans l'Ordre du Mérite maritime en 1990, celui d'Officier dans l'Ordre national du Mérite en 1993 et enfin celui de Chevalier de la Légion d'honneur en 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rubrique sur France3.fr
  2. Film Vivre pour la mer par Albert Falco, 2011
  3. "Parmi tous ceux qui luttent pour protéger ce patrimoine fragile, Rémi rencontre Albert Falco, ancien commandant de la Calypso, qui se bat pour la création d’une réserve sous-marine dans l’archipel de Riou entre Cassis et Marseille". René Heuzey et Françoise Pagès, Méditerranée vivante, DVD Label Bleu
  4. « Quid Novi, Mer poubelle », Journal Le Point,‎ 17 janvier 2007 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Diolé et Albert Falco, Les mémoires de Falco : chef plongeur de la Calypso, Paris, Editions Flammarion,‎ 1976 (ISBN 978-2-08-200433-6)
  • Albert Falco et Yves Paccalet, Capitaine De La Calypso, Paris, Editions Robert Laffont,‎ mai 1990, 387 p. (ISBN 978-2-221-05829-9)
  • Albert Falco, Passion de la mer, Marseille, auto édité,‎ 1993
  • Jocelyne de Pass, Moi, Calypso : Autobiographie secrète d'un bateau de légende, Paris, Editions Michalon,‎ mai 2004, 220 p. (ISBN 978-2-84186-233-7)
  • Alain Foret et Pierre Martin-Razi, Une histoire de la plongée et des sports subaquatiques, Marseille, Éditions Subaqua,‎ mai 2007, 864 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]