Île Jacques Cousteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île Jacques Cousteau
Île Cerralvo
Isla Jacques Cousteau
Isla Cerralvo
Île Jacques Cousteau en bas à droite
Île Jacques Cousteau en bas à droite
Géographie
Pays Drapeau du Mexique Mexique
Localisation Golfe de Californie
Coordonnées 24° 14′ N 109° 53′ O / 24.24, -109.89 ()24° 14′ N 109° 53′ O / 24.24, -109.89 ()  
Superficie 136,5 km2
Côtes 68 km
Point culminant 755 m
Géologie Roche métamorphique
Administration
Statut Réserve naturelle

État du Mexique Coat of arms of Baja California Sur.svg Basse-Californie du Sud
Municipalité LAPAZBCSESCUDO.svg La Paz
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte 1533

Géolocalisation sur la carte : Basse-Californie du Sud

(Voir situation sur carte : Basse-Californie du Sud)
Île Jacques CousteauÎle Cerralvo
Île Jacques Cousteau
Île Cerralvo

Géolocalisation sur la carte : Mexique

(Voir situation sur carte : Mexique)
Île Jacques CousteauÎle Cerralvo
Île Jacques Cousteau
Île Cerralvo
Îles du Mexique

L'île Jacques Cousteau, nom officiel (prononciation en espagnol /ʝak 'kusto/) anciennement et communément nommée île Cerralvo (prononciation en espagnol /se'ralbo/), est une île mexicaine située dans le golfe de Californie au large des côtes de la Basse-Californie du Sud. Cette île a vu son nom changé officiellement le 17 novembre 2009 en hommage à l’océanographe français Jacques-Yves Cousteau[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L’île est située à l’entrée du golfe de Californie, séparée du continent par le canal de Cerralvo large de 10 km en moyenne, et se trouve à 65 km à l’est de La Paz. L’île fait environ 29 km de longueur et 7 km de largeur maximales pour 68 km de côtes soit 136,5 km2 de superficie[2] soit la neuvième plus grande île du Mexique. Elle est constituée d’une chaîne de montagne centrale et unique culminant à 755 m[3] qui est constituée principalement de roches métamorphiques complexes.

L'île Jacques Cousteau est inhabitée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de l’île est faite par l’explorateur Fortín Jiménez en 1533 qui la nomme Isla de Santiago. Mais c’est Francisco de Ortega, récolteur de perles, qui la baptise du nom de Cerralvo en 1632 en l’honneur de son mécène le marquis de Cerralvo, vice-roi de Nouvelle-Espagne. À cette époque l’île est habitée par les indiens Pericúes qui vivent de la pêche puis par les Yaquis. Vers 1850, l’île développe une petite industrie de pêche, les buceo. En 1874, le bâtiment SS Montana s’y échoue sur des hauts-fonds.

En 2005, l’île a été classée avec 244 autres au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO comme Îles et aires protégées du Golfe de Californie[4].

L'île Cerralvo et la mer de Cortés furent visitées à de nombreuses reprises par l’équipe du commandant Cousteau à bord de La Calypso et de L’Alcyone[5] et pour cette raison, le gouvernement mexicain décide en 2009 de renommer l'île Cerralvo en île Jacques Cousteau en son hommage[1]. Des chercheurs, des universitaires et des environnementalistes de Basse-Californie du Sud rejettent cette décision « unilatérale » du président Felipe Calderón. Pour l’historien et anthropologue Fermín Reygadas Dahl, il s’agit d’une aberration et d’un manque de respect pour l’histoire et les habitants de l’État qui n’ont pas été consultés[6]. Plusieurs sénateurs mexicains ainsi que Miguel León-Portilla, ancien représentant du Mexique auprès de l’UNESCO, s’opposent au changement de nom et ont demandé l’annulation du décret[7].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

L’île est considérée comme une importante réserve d’espèces de poissons de l’océan Pacifique qui a attiré de nombreuses missions scientifiques et conditionné l’ouverture le 22 juin 2009 de l’Observatorio Jacques Cousteau de los Mares y Costas en México à La Paz voisine. Le canal de Cerralvo est un lieu de passage des baleines lors de leur migration dans la mer de Cortès.

Par ailleurs, il existe quelques espèces endémiques à l’île[8] :

Notes et références[modifier | modifier le code]