Dyspnée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dyspnée
Classification et ressources externes
CIM-10 R06.0
CIM-9 786.0
DiseasesDB 15892
MedlinePlus 003075
MeSH D004417
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La dyspnée (en latin dyspnoea, en grec dyspnoia de dyspnoos - court d'haleine) est une difficulté respiratoire. On distingue deux types de dyspnées : la difficulté à inspirer de l'air (ou faire entrer de l'air dans ses poumons), ou dyspnée inspiratoire, et la difficulté à expirer de l'air (ou faire sortir de l'air de ses poumons), ou dyspnée expiratoire. Cette difficulté à respirer comporte une composante subjective, représentée par la gêne éprouvée par le patient, et une composante objective.

Signes cliniques aperçus[modifier | modifier le code]

  • Une respiration trop lente ou trop rapide.
  • Le tirage = utilisation des muscles accessoires. Il peut être sternal, intercostal ou sus-sternal. Le battement des ailes du nez est également un signe de difficulté respiratoire.
  • Wheezing = Bruit audible à l'expiration.

Différents types de dyspnée[modifier | modifier le code]

L'analyse des différents types de dyspnée dépend de l'allongement du temps respiratoire impliqué.

Dyspnée expiratoire[modifier | modifier le code]

  • L'asthme provoque typiquement une dyspnée expiratoire.
  • Obstruction des voies respiratoires ou obstruction partielle (système respiratoire)

Dyspnée inspiratoire[modifier | modifier le code]

Le tirage est le signe de la dyspnée inspiratoire. Il se traduit par un creusement des tissus entourant la cage thoracique. On voit une dépression des espaces inter-costaux, des creux sus-claviculaires. La dyspnée inspiratoire se rencontre en présence de corps étrangers dans les voies respiratoires.

Dyspnée de Kussmaul[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dyspnée de Kussmaul.

La dyspnée de Kussmaul présente quatre temps : inspiration, pause, expiration, pause. Elle est observée classiquement au cours de l'acidose métabolique diabétique[1].

Dyspnée de Cheyne-Stokes[modifier | modifier le code]

Respiration cyclique, avec mouvements respiratoires dont l'amplitude et la fréquence augmentent progressivement, puis décroissent jusqu'à une pause respiratoire. Observée classiquement au cours de l'acidose urémique et certains comas neurologiques[1],[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Les circonstances d'apparition de la dyspnée permettent une orientation diagnostique. Soit elle s'installe très rapidement (c'est une dyspnée aiguë), soit elle existe depuis longtemps (c'est une dyspnée chronique).

Dyspnée aiguë[modifier | modifier le code]

Dyspnée chronique[modifier | modifier le code]

Maladies cardiaques[modifier | modifier le code]

Maladies respiratoires[modifier | modifier le code]

Anémie[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • troubles de la cage thoracique, par exemple cyphose, lésions d'une côte,
  • troubles des organes adjacents (pouvant rendre douloureux le mouvement respiratoire),
  • troubles du système nerveux,
  • troubles dus à des médicaments ou à des toxines,
  • hernie hiatale, dont la dyspnée est l'un des symptômes
  • symptômes d'apnée du sommeil (SAS)
  • tabagisme...

Agir face à une dyspnée[modifier | modifier le code]

Du fait de la dyspnée, l'organisme ne peut pas « faire le plein d'oxygène », ce qui peut mettre en danger les fonctions vitales. Pour du personnel non médical (proche, témoin), la première action consiste, si la victime est consciente, à mettre la personne au repos, en position assise ou semi-assise (voir Position d'attente) : cela relâche les muscles abdominaux, et le poids tire les viscères vers le bas, ce qui facilite la respiration. Si la victime indique qu'il s'agit d'une maladie et qu'elle doit prendre un traitement, on l'aide à prendre son traitement ; sinon, ou si le traitement ne provoque pas d'amélioration, il convient d'alerter les secours. Si la personne est inconsciente, il convient de la mettre en position latérale de sécurité avant d'aller prévenir les secours, cette position permettant d'assurer le passage de l'air en attendant les secours médicalisés.

Dans le cas d'une équipe de secouristes organisés et équipés, l'utilisation d'un oxymètre permet de quantifier l'hypoxie et de compléter le bilan transmis à la régulation médicale. La victime est mise par principe sous inhalation d'oxygène, le débit étant adapté pour avoir entre 93 et 97 % de saturation capillaire ; si l'équipe ne dispose pas d'oxymètre, on utilise des débits normalisés (3 L/min pour un nourrisson, 6 L/min pour un enfant et 9 L/min pour un adulte).

Mesure de la dyspnée[modifier | modifier le code]

Il existe deux façons reconnues de grader la dyspnée : l'échelle de la New York Heart Association [3](pour grader l'insuffisance cardiaque qui donne la dyspnée, x/4), et celle du British Medical Council (pour grader la dyspnée, x/5).


  • NYHA 1 = Asymptomatique
  • NYHA 2 = Limitation minime de la capacité d'effort : un effort inhabituel provoque palpitations ou dyspnée.
  • NYHA 3 = Limitation évidente de la capacité d'effort : un effort habituel provoque palpitations ou dyspnée.
  • NYHA 4 = Le patient est dyspnéique ou ressent des palpitations au repos.


  • BMC 1 = Le patient est essoufflé à l'effort intense.
  • BMC 2 = Il est essoufflé lorsqu'il marche vite ou sur une pente légère.
  • BMC 3 = Il marche plus lentement que les individus de son âge ou arrête pour reprendre son souffle lorsqu'il marche sur une surface plane.
  • BMC 4 = Il arrête pour reprendre son souffle après avoir marché 100 m.
  • BMC 5 = Trop essoufflé pour quitter la maison ou s'essouffle lorsqu'il s'habille, prend sa douche, etc.

Autres dysfonctionnements de la respiration[modifier | modifier le code]

  • polypnée, respiration trop rapide.
  • bradypnée, respiration insuffisante, trop lente.
  • orthopnée, ou dyspnée de décubitus, respiration difficile en position allongée et facilitée en position assise ou debout.
  • platypnée, dyspnée en position assise ou debout
  • dyspnée paroxysmale nocturne, dyspnée au cours du sommeil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pneumologie: soins infirmiers - Par Philippe Godard, Jean-Louis Pujol, Arnaud Bourdin, William Jacot. Elsevier Masson, 2005. ISBN 2-294-01925-3, 9782294019258, 253 pages. Dyspnée p36-38
  2. Cardiologie - Par François Jan. Elsevier Masson, 2005. ISBN 2-294-01467-7, 9782294014673. 509 pages. p146-147
  3. NYHA Classification - The Stages of Heart Failure

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Apnée, absence de respiration
  • Tachypnée, respiration rapide
  • Bradypnée, respiration lente
  • Orthopnée, difficulté respiratoire en position couchée améliorée en position assise ou debout.