Précontinent II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Précontinent II est le second projet de maison sous la mer réalisé par l'Équipe Cousteau en juin 1963. Ce projet a eu lieu sur le récif corallien de Shab Roumi - « le récif du chrétien » - en Mer Rouge au large du Soudan durant un mois.

Structure[modifier | modifier le code]

Précontinent II constitue une expérience plus importante que Précontinent I car dans ce cas-ci le projet comportait :

  • un garage en forme de dôme pour la soucoupe plongeante,
  • un lieu d'habitation à 10 mètres de profondeur pour cinq hommes (Raymond Vaissière, Pierre Guilbert, Albert Falco, Pierre Vannoni, Claude Wesly) durant un mois ; cette maison principale était surnommée l'« étoile à quatre branches » en raison de sa forme (elle comprenait une salle de séjour centrale où était établi le poste de contrôle et, dans ses quatre bras, des chambres à coucher, des laboratoires et des dépendances) ,
  • un hangar pour les scooters,
  • une maison à 25 mètres de profondeur pour deux hommes (Raymond Kientzy, André Portelatine) durant une semaine.

Ces structures, remorquées depuis la France, furent assemblées sur place[1].

Sur le plan des navires :

Les différents bâtiments étaient reliés entre eux et à la surface par téléphone et télévision, et le vaisseau de surface, le Rosaldo, fournissait l'énergie nécessaire au fonctionnement de l'appareillage électrique, ainsi que l'air comprimé destiné à maintenir à la valeur de deux atmosphères la pression intérieure.

Héritage[modifier | modifier le code]

Il est précédé de Précontinent I et suivi par Précontinent III.

Le lieu est désormais un but de visite de pratiquants de plongée sous-marine[1].

Film[modifier | modifier le code]

Cousteau a réalisé un film, tourné lors de l'expérience et sorti en salle l'année suivante, en 1964: Le Monde sans soleil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Plongeurs International, janvier-février 2009, n°95, Sur les traces du commandant Cousteau, par Didier Brandelet, p.20